Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Généalogie du mal
Jeong You-jeong
Éditions Philippe Picquier, Littérature Grand format, roman traduit du coréen, thriller psychologique, avril 2018, 402 pages, 21,90€

Un matin, Yujin se réveille couvert de sang, avant de découvrir en bas du duplex qu’il partageait avec elle, sa mère la gorge tranchée. Il ne se souvient de rien, il demeure juste le sentiment de l’entendre l’appeler : Yujin !
Qui a fait ça ? Qu’est-ce qui s’est passé ? Sujet à des crises d’épilepsie, Yujin suit un traitement qui lui malmène le cerveau et il est sujet à des pertes de mémoire, notamment quand il ne prend pas ses médicaments pour éviter tous leurs désagréments.
Que faire ? Tout le désigne coupable, alors il essaie de faire disparaitre le corps et les traces de sang, avant que son frère adoptif Haejin n’arrive.



Jeong You-jeong plonge les lecteurs dans la tête de Yujin, jeune homme de 26 ans. Le décor est d’emblée planté : la mère morte dans une mare de sang et son fils couvert de sang. La situation semble claire, mais pas pour Yujin qui s’interroge et qui peine à se souvenir des événements de la dernière nuit.
L’auteure entretien à dessein un certain flou autour du traitement qu’il suit et la raison pour laquelle il le prend. Quand il l’observe, il est sujet à de forts maux de tête, alors que le sauter revient à s’exposer à des crises d’épilepsie, mais il se sent mieux. En tout cas, sa mémoire n’en sort pas intacte et il vit dans un certain brouillard. Il lui faut retrouver le fil du passé récent et de son enfance, peut-être la clé de tout.
Le déroulement s’avère diabolique, une fois que Yujin a décidé de ne rien dire, donc de cacher cette mort atroce, il s’empêtre de plus en plus dans le mensonge, vis-à-vis de son frère Haejin et aussi de sa tante, celle qui a décidé de son traitement et qui s’immisce à son goût bien trop dans son existence.

Qui est vraiment Yujin ? De quoi souffre-t-il ? Le lecteur le découvre au même rythme que lui, au fil du journal que sa mère écrivait, relatant les grandes dates de sa vie. Et comme il ne le parcourt pas dans l’ordre, la compréhension n’en est que plus parcellaire. Les sentiments envers Yujin, dans la tête duquel chacun est plongé, évoluent au fur et à mesure des révélations. Habilement, Jeong You-jeong le présente sous un profil souvent sympathique, notamment quand il poursuivait la natation malgré un traitement très handicapant. Assassin, victime... il est parfois difficile de le classifier. Les pièces du puzzle s’emboîtent lentement, d’autant que les souvenirs apparaissent sélectifs. Sa mère était dure avec lui, ne lui pardonnait pas grand-chose, alors que son frère, mort en même temps que son père qui tentait de le sauver, ou Haejin qu’elle a adopté, ne subissaient pas les mêmes désagréments.
L’intrigue s’avère subtile, menée avec doigté pour toujours conserver une part de mystère et d’ambiguïté. La mécanique est bien huilée jusqu’au final qui révèle vraiment la personnalité de Yujin.

Derrière le titre révélateur « Généalogie du mal » se cache un thriller psychologique redoutable. La Coréenne Jeong You-jeong rivalise d’ingéniosité pour livrer parcimonieusement les clés de l’histoire aux allures de huis-clos, d’une part dans le duplex que Yujin partageait avec sa mère et son frère, et d’autre part, dans la tête de Yujin. Les lecteurs sont vite accrochés par le sujet, avides de démêler les fils de l’intrigue. De plus, l’auteure parvient à tenir la distance, ce qui n’était pas gagné, car le début pouvait sembler réducteur avec un cheminement couru d’avance. Mais elle a parfaitement su mener de front la découverte du passé de Yujin et le présent avec sa volonté de s’en sortir. Le résultat en est aussi effrayant que passionnant.

Présentée comme la Stephen King coréenne (on comprend mieux pourquoi après lecture), Jeong You-jeong séduit et impressionne avec le présent « Généalogie du mal », son second roman traduit en français après « Les nuits de sept ans ».
Le polar n’a pas de frontières, elle en est la preuve éclatante.
À découvrir !


Titre : Généalogie du mal (The Good Son, 2016)
Auteur : Jeong You-jeong
Traduction du coréen : Choi Kyungran et Pierre Bisiou
Couverture : © Design by Sean Garrehy LBBG / Image from Getty / Westend61
Éditeur : Éditions Philippe Picquier
Collection : Littérature grand format
Site Internet : roman (site éditeur)
Pages : 402
Format (en cm) : 13,2 x 20,5
Dépôt légal : avril 2018
ISBN : 9782809713442
Prix : 21,90 €


Pour écrire à l’auteur de cet article :
francois.schnebelen[at]yozone.fr


François Schnebelen
19 avril 2018


JPEG - 40.5 ko



WebAnalytics