Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Destins Parallèles (T1) Elle et Lui
Daisuke Imai
Komikku éditions

Elle, elle s’appelle Chihiro. Fille d’un potier, elle vient de s’inscrire à l’université. Ce n’est pas la meilleure école de Kyoto mais c’est le choix de Chihiro. La jeune fille n’est pas vraiment du genre à prendre soin d’elle, ne se maquillant pas, laissant ses cheveux vivre leur vie. Sa première journée ne commence pas sous les meilleurs hospices, sa grand-mère ayant eu la mauvaise idée de lui prendre le peigne et l’étui que lui avait offert sa mère. Et comme par hasard, elle arrive quelques minutes trop tard pour le récupérer. Bon, direction l’université pour la cérémonie de la rentrée. Mais encore une fois, Chihiro arrive trop tard. Le hasard lui fait rencontrer Kaho, une connaissance qui va la prendre sous son aile. Membre du club de photo, elle décide de faire de Chihiro l’image du club, transformant le vilain petit canard en belle jeune femme. En acceptant de se prêter au jeu, Chihiro n’imagine pas que le destin s’est mis en marche et il ne va pas s’arrêter en si bon chemin. Il va lui faire croiser celui de l’acheteur du peigne...



Lui, il s’appelle Yukichi. Quelle idée a bien pu le prendre de s’incrire dans cette petite université de Kyoto ? Il pensait vraiment que la belle Hinata tenait tant à lui qu’elle lui a demandé de la retrouver dans cette université ? En tout cas, il éprouve assez de sentiment pour la demoiselle pour lui acheter ce peigne et son étui dans une brocante. Il a même rejoint son club de Wangel ! Bon il en est aussi devenu le trésorier. Seulement, tous les membres sont amoureux d’Hinata et la concurrence est rude. Même celui qu’il considérait comme son ami finit par lui planter un couteau dans le dos en allant draguer Hinata. Cela n’aurait pas eu tant d’importance si la jeune femme ne lui avait alors avoué qu’elle s’était jouée de Yukichi uniquement pour profiter de lui. Elle révèle même à tous que Yukichi n’a pas refusé la meilleure université de Kyoto pour venir dans celle-ci comme il le prétend, mais que cette université est la seule qui l’ait accepté. En entendant cette conversation, Yukichi décide alors de jouer avec cette bande de nuls de la même façon. Il va leur montrer qui il est vraiment. Le destin est en marche mais pas dans le sens où il l’espère vraiment, car il va croiser par hasard l’ancienne propriétaire du peigne...

JPEG - 52.6 ko

La série “Destins Parallèles” aborde la rencontre entre un jeune homme et une jeune femme en regardant comment celle-ci est vécue par chacun des deux partis. La série se lit donc du point de vue de « lui » et d« elle ». Après la série fantastique “Sangsues”, publiée aux éditions Casterman, Daisuke Imai revient avec une série de mœurs qui cherche toutefois l’originalité. Le mangaka avait abordé les mondes parallèles dans sa précédente série, il s’attaque cette fois à des destins parallèles, regardant comment une même situation peut être abordée de façon totalement différente si elle est regardée du point de vue de l’homme ou de la femme. La version “Elle” se veut fleur bleue, Chihiro est un peu la caricature du vilain petit canard qui se transforme en cygne. Seulement l’histoire d’amour qui prend forme ne sera pas simple du tout car la jeune fille est un peu trop romantique et se laisse dominer par ses sentiments qui la dépassent un peu trop. Elle s’imagine très vite que le destin l’a amené à croiser Yukichi et elle va malheureusement déchanter en poussant au maximum cette relation naissante. Chihiro s’avère un peu naïve, très influençable et n’arrive pas à assumer son statut d’égérie de son club de photo. Toutefois, elle va aussi se faire de véritables amies qui l’épauleront sans la moindre hésitation. C’est une version très shojo de l’histoire.

La version “Lui” est plus nuancée. En fait Yukichi n’est pas vraiment quelqu’un de très sociable et surtout il apparaît comme imbu de sa personne, méprisant ses camarades d’université qu’il considère comme bien moins intelligents que lui. Il se berce d’une illusion de supériorité intellectuelle qu’il va également appliquer à Chihiro. Si la jeune fille tombe sous le coup de foudre, elle s’avère être en fait un second choix pour Yukichi qui vit une histoire d’amour compliquée avec la belle Hinata... Disons qu’il vit une histoire à sens unique avec une perverse narcissique. Malheureusement, quand il va laisser paraître un peu d’humanité, ce sera à ses dépens. Oui, Daisuke Imai n’est pas vraiment tendre avec son héros et si la version “Elle” est très shojo, la version “Lui” se veut plus shonen. En fait, le mangaka semble avoir clairement ciblé son public selon que l’on choisisse l’une ou l’autre version. Ce qui les rassemble, c’est évidemment le style graphique qui reste le même quelle que soit la version. Ce style est classique, pas de grand effet dans les décors, les traits des visages sont assez minimalistes mais le lecteur n’est toutefois jamais perdu, parvenant à reconnaître les personnages sans grande difficulté. La lecture est particulièrement fluide. Ayant commencé par la version “Lui”, la lecture de la version “Elle” fut plaisante, même si elle est clairement destinée principalement au lectorat féminin. Toutefois, la double approche est très intéressante et le mangaka fait mouche à chaque fois, parvenant à rendre tout à fait logique les différences de compréhension des deux personnages.

“Destins Parallèles” est parvenu à intéresser un réfractaire au shojo comme moi, ce qui est une belle performance. Son approche intelligente des deux visions de l’histoire en fait une mini-série (trois volumes) vraiment atypique.


Destins Parallèles (T1) Elle et Lui
- Auteur : Daisuke Imai
- Traducteur  : Fabien Nabhan
- Éditeur français : Komikku éditions
- Format : 13 x 18 cm
- Date de parution : 22 février 2018
- Numéro IBSN : 978-2372873055 ; 978-2372873024
- Prix : 8,50 €


Version - elle -
© Daisuke Imai 2015 / Futabasha Publishers Ltd.

Version - lui -
© 2015 Daisuke Imai (AKITASHOTEN)
© Komikku éditions- Tous droits réservés



Frédéric Leray
6 avril 2018




JPEG - 22.5 ko



JPEG - 20.2 ko



JPEG - 21.3 ko



JPEG - 20.2 ko



JPEG - 28.1 ko



JPEG - 20.7 ko



WebAnalytics