Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




The Promised Neverland (T1)
Kaiu Shirai et Posuka Demizu
Kaze Shonen

L’orphelinat de Grace Field House est un petit paradis où les enfants se développent dans une excellente ambiance. Ils s’épanouissent sous l’œil bienveillant de celle qu’ils appellent tous avec affection Maman. Aucun de ces enfants n’a connu ses vrais parents. Pour eux, les habitants de l’orphelinat sont leur seule et unique famille. Emma fait partie des plus anciens. Elle a 11 ans et déborde de joie de vivre. Elle aime s’occuper des plus jeunes, jouer avec eux. Les journées dans l’orphelinat sont toutes rythmées de la même façon : lever, un copieux petit déjeuner puis vient l’heure des tests. Chaque matin, ils passent tous des épreuves de logique, censées remplacer les cours classiques donnés à l’extérieur. En fait, ils ne connaissent pas l’extérieur, car il leur est interdit de quitter l’enceinte de l’orphelinat, interdit de s’approcher du portail ou encore de dépasser la barrière et pénétrer trop profondément dans la forêt. Ils auraient pu rester dans ce monde idyllique, mais un jour, tout bascula pour Emma.



C’était pourtant un jour heureux pour les enfants de l’orphelinat. Une d’entre eux avait trouvé une famille d’accueil et allait pouvoir découvrir le monde extérieur. Ce n’était au départ qu’un oubli qui paraissait anodin, l’oubli de sa peluche préférée. Emma et Norman décidèrent de lui apporter avant qu’elle ne quitte définitivement l’orphelinat. Prenant leurs jambes à leur cou, les deux enfants se précipitèrent vers le portail espérant arriver à temps. Pour la première fois, ils découvrirent la grille grande ouverte, un camion stationnant. Mais quand Emma souleva la bâche, elle se pétrifia en voyant celle qu’elle avait portée si souvent dans ses bras, horriblement mutilée. En entendant des pas, les deux jeunes se cachèrent sous le camion et furent alors témoins de la pire des horreurs. Deux êtres démoniaques se délectaient à l’idée de dévorer leur amie. Ils venaient ici car ils pouvaient compter sur Maman pour leur fournir la meilleure des marchandises ! La réalité éclatait aux yeux d’Emma et de Norman. Parvenant à s’enfuir, ils savaient maintenant qu’ils ne leur restaient plus qu’une chose à faire : s’enfuir ou mourir !

JPEG - 66.3 ko

“The Promised Neverland” est une série phénomène au Japon, les 6 premiers tomes s’étant déjà vendus à plus de 6 millions d’exemplaires. Deux jeunes mangakas sont aux manettes de ce titre : Kaiu Shirai, qui n’a à son actif qu’un one-shot “Poppy no Negai”, et Posuka Denizu, qui s’était déjà joint à la scénariste pour son premier titre. Ce duo nous offre un titre qui joue rapidement avec son lecteur pour son plus grand plaisir.

Tout commence sur le ton d’un épisode de “La Petite Maison dans la Prairie”, avec cet orphelinat où les enfants vivent heureux, dorlotés par la directrice de l’établissement que tous appellent affectueusement Maman. Mais très vite, des détails viennent peu à peu assombrir ce monde idyllique : les fenêtres ont des barreaux, les enfants ne peuvent sortir de l’enceinte de l’établissement et tous les matins, ils passent des tests de QI. L’angélisme des premières planches se craquelle pour laisser place à de terribles ténèbres jusqu’à ce que trois enfants découvrent la terrible réalité sur ce qu’il pensait être leur maison et surtout sur celle qu’ils aimaient tant. A partir de ce moment, la série tourne à un mélange des plus plaisants entre L’Ile de Hozuki et “La Grande Evasion”. Kaiu Shira prend l’atmosphère du premier, la logique du second, et y ajoute une dose de fantastique. Pour les trois jeunes héros, il n’y a pas beaucoup d’options qui s’offrent à eux : s’enfuir ou mourir. Mais comment faire s’évader plus d’une trentaine d’enfants allant du bébé au pré-ado ? De plus, comme dans la série “Le Prisonnier”, nos héros n’ont aucune idée de l’endroit où ils sont réellement. Qui y a-t-il derrière le mur de l’orphelinat ? Un monde d’humains ou de monstres ? Kaiu Shirai crée non seulement un excellent suspense sur la stratégie mise en oeuvre par ses héros mais également sur ce qu’ils découvriront s’ils parviennent à réaliser cette évasion. On pourrait comparer le jeu du chat et de la souris que se jouent Emma, Norman, Ray et Maman avec celui de L et Light dans Death Note.

Ma comparaison avec L’Ile de Hozuki vient également du style de dessin de Posuka Demizu. Tout comme Kei Sanbe, elle trompe le lecteur par un dessin tout doux en apparence, des héros avec de bonnes bouilles, une maman toute souriante, une couverture faussement joyeuse... Jusqu’à la double page montrant qui sont réellement les commanditaires des enfants quittant l’orphelinat. L’horreur prend le pas, même si cela demeurera très ponctuel. La deuxième partie de ce premier tome met surtout en avant tout ce que les enfants ignoraient ou feignaient d’ignorer. Les personnages deviennent très expressifs, ne devant rien montrer de leurs peurs, bien au contraire. Le titre frôle avec la science-fiction avec finesse et les décors ou encore les tenues des personnages sont intemporels pour justement créer une forme d’ambiance irréelle, cachant la réalité du monde extérieur en trompant le lecteur sur les références qui pourraient lui indiquer quand et où il se situe. Les enfants évoquent une année, mais est-ce réellement le présent pour eux ?

Que de questions en refermant ce premier tome de “The Promised Neverland” ! Que de suspense sur l’avenir de nos jeunes héros ? En tout cas, ce duo de jeunes mangakas est parvenu à attiser ma curiosité au plus haut point. Vivement juin pour le tome 2... Bon déjà dévorez ce premier volume sans la moindre hésitation.

A noter que ce tome bénéficie d’une couverture alternative réalisée par l’incroyable Benjamin Lacombe, dans le cadre du projet Rediscover que mène Kaze sur plusieurs de ses titres, offrant à des dessinateurs français, la possibilité de retravailler les couvertures de titres phare de l’éditeur.


The Promised Neverland (T1)
- Scénario : Kaiu Shirai
- Dessin : Posuka Demizu
- Traducteur  : Sylvain Cholet
- Éditeur français : Kaze Manga
- Collection : Shonen Up
- Format : 127 x 182, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 192 pages
- Date de parution : 25 avril 2018
- Numéro ISBN  : 9782820332233
- Prix : 6,79€


YAKUSOKU NO NEVERLAND © 2016 by Kaiu Shirai, Posuka Demizu/SHUEISHA Inc.
© Edition Kaze Manga- Tous droits réservés



Frédéric Leray
2 avril 2018




JPEG - 33.1 ko



JPEG - 31.6 ko



JPEG - 27.2 ko



JPEG - 20.2 ko



JPEG - 28.2 ko



WebAnalytics