Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Ready Player One
Film américain de Steven Spielberg (2018)
Le 28 mars 2018

****



Genre : S.F/Aventure/ Distopie
Durée : 2h20

Avec : Tye Sheridan (Wade Watts/ Parzival), Olivia Cooke (Samantha Evelyn Cook / Art3mis), Ben Mendelsohn (Nolan Sorrento), Lena Waithe (Aech), T.J. Miller (i-R0k), Philip Zhao, Win Worisaki, Hannah John-Kamen (F’Nale Zandor), Simon Pegg (Ogden Morrow) et Mark Rylance (James Halliday/Anorak)....

L’histoire :

2045. Le monde réel est devenu presque invivable. Il n’y a que lorsqu’il se réfugie dans l’OASIS, univers virtuel où la grande majorité des hommes passent leur temps, que Wade Watts se sent exister. Dans l’OASIS, où tout est possible, on n’est limité que par son propre imaginaire. Ce monde virtuel a été mis au point par le brillant et excentrique James Halliday : l’inventeur milliardaire a légué son immense fortune et le contrôle absolu de l’OASIS à quiconque remportera les trois manches d’une compétition destinée à lui trouver un digne héritier.

Wade décroche la première manche d’une chasse au trésor qui défie les lois de la physique. Dès lors, avec ses amis du High Five, il se retrouve projeté dans un monde parallèle à la fois mystérieux et inquiétant tout en cherchant à sauver l’OASIS

JPEG - 70.9 ko

« Une aventure trop grande pour le monde réel »

La frénésie m’envahit ! Il va m’être très difficile de vous transmettre mon enthousiasme ainsi que les points forts du film sans rien vous divulgâcher !!! Quelques points pour démarrer.
Premier point : c’est le Spielberg que j’aime. Celui des films d’aventures, de l’enfance, de ces films culte du XXe Siècle.
Second point : C’est une tuerie ! Le film est fantastique sur tous les postes, que cela soit musique, décor, effets visuels, jeux des acteurs, scénario, histoire entre les personnage…. Tout est juste PARFAIT !! La seule réserve est peut-être que Ready Player One est une niche. Truffé de références issues du monde des jeux, du cinéma, de la musique, des mangas, des comics, ce film parle à un public spécifique adepte des eighties et nineties.

JPEG - 67.5 ko

Il ne suffit pas d’une seule projection pour capter toutes les références, car derrière tout cela il y a une histoire. Elle se déroule dans le monde virtuel et réel. On saute d’un univers à l’autre avec une grande rapidité et facilité. La réalité virtuelle a pris le pas sur le monde réel. Comme l’évoque Wade « On vient dans l’OASIS pour tout ce qu’on peut y faire. Mais on y reste pour tout ce qu’on peut être. »
Le monde a sombré dans l’individualisme, bienvenue dans la distopie crée par Ernest Cline en 2011. Pour réveiller le monde, James Halliday offre Oasis au premier « joueur » qui trouvera les 3 clés, qui le mèneront à l’œuf ! Pour cela, Wade va devoir jongler avec son personnage virtuel et se faire un clan pour y arriver. Tension, énigme, amour, amitié, nous retrouvons la magie des premiers Indiana Jones.

JPEG - 39.7 ko

Ready Player One est une ode au partage, aux échanges et surtout au réel, car rien ne vaut la réalité ! Sautez le pas, rendez-vous dans les salles obscures pour discuter du film.


SPOIL ZONE


Je ne peux décemment terminer cette critique sans évoquer la jouissance que ce film m’a procurée et les multiples rires et oh d’exclamation que j’ai eus. Pour moi, Ready Player One est un fell good movie.

L’acmé étant la recherche de la deuxième clé. Cette dernière se trouve juste dans un de mes films préférés. Je n’en pouvais plus sur mon siège !!! Je ne vais pas vous dévoiler son titre, mais je suis sûre que cette scène vous marquera également.
J’ai adoré également les clins d’œil à Zemeckis, l’ami de toujours de Spielberg, avec la fameuse Delorean et le cube Zemeckis. Est-il adepte au Rubiscube, est-ce une référence que je n’ai pas trouvée ou est-ce une private joke entre les deux compères ?
En tout, cas je pourrais passer les prochaines heures à vous évoquer la musique – Prince, George Mickael, Duran-Duran-, les références à Akira, Batman, Superman, Star Wars, Star Trek, Chucky, les Goonies, Indiana Jones etc etc… mais le mieux est de vous faire votre opinion, Voilà !


SPOIL ZONE


FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Steven Spielberg
Scénario : Zak Penn et Ernest Cline
D’après le livre éponyme d’Ernest Cline
Photographie : Janusz Kaminski
Décors : Adam Stockhausen
Montage  : Michael Kahn et Sarah Broshar
Costumes  : Kasia Walicka-Maimone
Musique : Alan Silvestri
Producteurs : Donald De Line, Steven Spielberg , Kristie Macosko Krieger et Dan Farah
Producteurs exécutifs  : Adam Somner, Daniel Lupi, Chris Defaria et Bruce Berman

LIENS YOZONE

Bande-annonce
Critique du Livre




Images © WarnerBros France



Ingrid Etienne
25 mars 2018



JPEG - 19.9 ko



WebAnalytics