YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Galaxies n°51 (Nouvelle Série)
Directeur de publication : Pierre Gévart
Revue, n°51, SF - nouvelles - articles - critiques, février 2018, 192 pages, 11€

Pour ce numéro de « Galaxies » / « Mercury », en sa qualité de rédacteur en chef délégué, Jean-Pierre Andrevon a abattu un travail titanesque !
Il signe une importante étude sur “Ces étrangers venus du ciel” couvrant plus de 60 pages, chronique les sorties cinéma dans les genres de l’imaginaire sur une trentaine, est l’auteur de l’éditorial, introduit chaque nouvelle... Même la couverture est de son fait ! En gros, la moitié du numéro est l’œuvre de Jean-Pierre Andrevon.



L’étude “Ces étrangers venus du ciel” montre l’intérêt que porte Andrevon à la littérature et au cinéma relevant de l’imaginaire. Je n’ose imaginer la somme de travail effectuée pour le rendre. Il faut vraiment saluer son investissement dans ce numéro. Dans la présentation de l’illustrateur, donc de lui-même, il se fait d’ailleurs l’écho des mauvaises langues qui diront qu’il a bien profité de sa position de rédacteur en chef délégué pour occuper la place.
Essayez de faire de même, vous verrez que ce n’est de loin pas à la portée de tout le monde.

Nonobstant ce qu’il a signé, il a aussi inspiré “La bête dans la pierre”. En effet, Nashtir Togitichi a développé un des « Soixante-six synopsis », publié en 2013 à La Clef d’Argent. Fred s’ennuie et, en plus, ses parents sont en instance de divorce. Il cherche à s’occuper en se baladant à vélo. En forêt, il découvre un monolithe dont le contact lui ouvre un nouvel horizon. C’est plutôt intriguant, mais à un moment cela devient brouillon et la fin ne laisse pas un grand souvenir, c’est le cas de le dire. Avis mitigé.

En entame, l’association Philippe Gontier / Laurent Mantese, autrement dit Laurent Genesti laissait présager du meilleur. Hélas, “Migrants” s’avère assez obscur et cette histoire de longueur de doigts m’a laissé circonspect. Dans le genre, ils sont parmi nous, c’est plutôt léger !

Il faut l’humour de George W. Barlow pour éveiller l’intérêt. Un homme aimerait bien avoir plus de rapports charnels avec son épouse. En bonne grenouille de bénitier, cette dernière ne voit pas l’intérêt de la chose, la fornication ne doit pas être un plaisir. De peur de déroger à son serment de mariage, il imagine une façon détournée de parvenir à ses fins. “Le problème du cœur” est volontiers subversif, se moque des préceptes religieux d’un autre âge. Si l’homme est sevré de plaisir, ce n’est pas le cas du lecteur !

“L’appel du surhumain” de Jean-Pierre Laigle se déroule à proximité d’un trou noir. Un vaisseau en déperdition y est aspiré, mais disparaître dans son disque n’est pas une fatalité. Rencontre d’une autre forme de vie, question sur la nature humaine, sur l’attachement à cette condition... les questions soulevées donnent de l’intérêt à cette nouvelle plutôt bien menée.

“Le service des affaires classées” revient sur Daniel Drode (1932-1984). Quelques rares textes, dont “Dedans” (et non “Ce qui vient des profondeurs”) présenté ici. Quel style ! Et un déroulement sortant vraiment de l’ordinaire ! Une fois la dernière ligne lue, il est difficile de résumer l’ensemble mais il reste une très bonne impression. Une remise en avant salutaire.

Toujours dans l’éditorial, Jean-Pierre Andrevon se fait aussi alarmiste sur les soumissions de nouvelles françaises en terme de nombre et de qualité, notamment en parlant de la relève. En cela, il rejoint Olivier Girard dans un précédent « Bifrost ». Après lecture des cinq textes proposés (et non 6 comme évoqués par Andrevon !), je ne peux m’empêcher de constater que les deux nouvelles pour moi sortant du lot vont dans ce sens, car elles datent pour le moins.

Franck (Zaïtchick) Jammes traite de la BD « La guerre des étoiles » parue chez Lug. Il fait le parallèle entre les films et les BD, désignant les problèmes engendrés par cette filiation. Ses papiers sont toujours intéressants.
Dans “L’écran du souvenir”, Jean-Pierre Fontana s’intéresse à « Gibel Sensatsii » (Perte de sensation), une adaptation de la pièce de théâtre « R.U.R. » du Tchèque Karel Capek, où le mot robot apparait pour la première fois dans la littérature.
Suivent les recensions des films relevant de l’imaginaire sortis le dernier semestre.

Un « Galaxies » / « Mercury » porté par Jean-Pierre Andrevon qui abat un travail titanesque. On retiendra surtout son étude sur “Ces étrangers venus du ciel” et les nouvelles de George W. Barlow et de Daniel Drode. Quant à la relève, on l’attendra encore...


Titre : Galaxies Nouvelle Série
Numéro : 51 (93 dans l’ancienne numérotation)
Directeur de publication : Pierre Gévart
Rédacteur en chef délégué : Jean-Pierre Andrevon
Couverture : Jean-Pierre Andrevon
Type : revue
Genres : SF, études, critiques, entretiens...
Site Internet : Galaxies
Dépôt légal : février 2018
ISSN : 1270-2382
Dimensions (en cm) : 13,8 x 20,9
Pages : 192
Prix : 11€



Pour écrire à l’auteur de cet article :
francois.schnebelen[at]yozone.fr


François Schnebelen
30 mars 2018






JPEG - 37.3 ko



WebAnalytics