YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Venosa (T1) Cinq cadavres sur le pavé
Olivier Milhiet et Albertine Ralenti
Delcourt

Après Spoogue et Caravane, voici un autre chef d’œuvre signé en intégralité Olivier Milhiet. C’est simple, c’est l’album de l’année… A l’intérieur tout est comestible, il y a tout ce que j’aime. Et particulièrement cet humour noir et complètement décalé que j’affectionne tout particulièrement. Sur un bon fond d’heroic fantasy, la recette prend vite. Faudra donc faire attention, vous risquez d’être vite addict. Mais ne vous inquiétez pas, cela ne se soigne pas !



Pour la petite histoire maintenant, en quelques lignes comme d’habitude. C’est une ville du nom de Venosa, réputée pour ses poisons et ses drogues, et assiégée par les troupes du roi Jaranis désireux de se débarrasser d’une drogue dont sa fille entre autres est grande consommatrice, l’opalium. Dans cette ville vivent aussi de vils et vifs voleurs non violents (à lire vingt fois très rapidement) qui ont, malheureusement pour eux, volé le mauvais coffret à la mauvaise personne. Déjà que deux des leurs ont, dans un coup de folie, tué ou plutôt massacré les cinq convoyeurs de la marchandise volée, les voilà avec ce coffret dont ils ne savent quoi faire. Protégé à l’aide d’un sortilège, le contenu doit en être précieux. Ils décident donc de le ramener à l’adresse du destinataire, répondant au nom d’Ibzik, et de lui en demander rançon. Le commencement des ennuis pour Epine. Ses amis voleurs vont subir des sorts peu enviables tour à tour. Las, Battoir est le premier. Puis c’est au tour de Lardu et de Brosse et pour finir, alors qu’il était, lui aussi, là pour donner un coup de main ou de pied à Epine, c’est Kato qui meurt sous les crocs de Bichou, une gentille petite bestiole de la race des diables d’Iseth. Et ensuite me direz-vous ? Et bien il y a plein d’autres morts. Et pour tous les goûts. Du démembré, du vidé de l’intérieur, de l’embroché, de l’égorgé, du matraqué, chacun de nous aura sa préférence. Un vrai bijou d’humour noir et saignant que je vous disais. J’adore !!!

Avec, en final, une troupe de la brigade dragon qui se prend un vent et ne peut empêcher Ibzik et Epine de franchir le mur. Le mur maudit, mur derrière lequel il y a … ben cela, on le saura au prochain épisode. Et à voir la tête d’Epine, ça promet d’être drôle.

JPEG - 111.1 ko

Olivier Milhiet nous gratifie d’un scénario soigné, prenant et bourré d’humour. Un premier tome qui, tout en installant l’histoire et les personnages, rentre immédiatement dans le vif du sujet. Et immédiatement, c’est dès la première planche. Première planche avec accès direct à l’humour noir et grinçant que j’affectionne. Pas de blabla donc, de l’action à toutes les pages, du rire à chaque coin de case. C’est du bonheur à lire et à relire, au coin du feu ou aux toilettes, le lieu importe peu, seul le plaisir des zygomatiques se déchaînant à l’insu de votre plein gré est important. Et il y a de quoi les faire fonctionner au fil des pages de ce volume. Gageons que les prochains seront du même acabit, avec des abatis d’abattus battus aussi.

JPEG - 95.7 ko

Concernant le dessin, Olivier Milhiet a un style propre. On n’est pas dans la beauté esthétique de séries d’heroic fantasy plutôt estampillées Soleil. Non, on est là aussi dans le ton décalé qui sied à merveille à cet auteur. Un monde à part où il peut être légèrement difficile pour le profane de pénétrer mais il faut y aller. N’hésitez pas à franchir le cap, franchement cela vaut son pesant de cacahuètes ou de ce que vous voulez.

JPEG - 150.4 ko

Alors, vous l’aurez compris, je suis fan. Un seul regret, avoir manqué la séance de dédicace de ce grand monsieur lors de sa venue chez son libraire favori à Tours. Je n’ai pas pu me libérer mais j’espère que j’aurai une autre occasion d’échanger quelques mots avec lui sur un salon ou autre. Ne serait-ce que pour savoir s’il est vraiment aussi barré que ses scénarios. Et question barré, j’ai quelques amis qui diraient que j’en connais un rayon sur le sujet…

Mais cela est une autre histoire.


(T1) Cinq cadavres sur le pavé
- Série :Venosa
- Scénario : Olivier Milhiet
- Dessin : Olivier Milhiet
- Couleurs : Albertine Ralenti
- Editeur : Delcourt
- Collection : Terres de légendes
- Format : 23 x 32 cm
- Pagination : 48 pages couleurs
- Dépôt légal : 26 avril 2017
- Numéro ISBN : 978-2-7560-6563-2
- Prix public : 14,50 €


A lire sur la Yozone :
Caravane (T1)
Caravane (T2)


Illustrations © Olivier Milhiet et Delcourt (2017)


Peps37
10 mars 2018






JPEG - 34.9 ko



JPEG - 41.7 ko



JPEG - 44.7 ko



JPEG - 40.6 ko



WebAnalytics