Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Platinum End (T6 et 7)
Tsugumi Ohba et Takeshi Obata
Kaze Shonen Up

Mukaido s’est lancé tête baissée dans le piège de Metropoliman pour sauver sa femme et sa fille. Inquiet pour son ami, Mirai est lui aussi entré dans le dôme et se doit de respecter l’obligation de voler sous peine d’en mourir. Le plan mis en place par Kanade semble cette fois avoir réussi. Il n’a plus besoin de rester sur place pour surveiller les derniers instants de ses deux adversaires. Son nouveau pion, Hajime, est parfaitement capable de réaliser cet ennuyeux travail. Dans leur prison de miroirs, Mirai tente un stratagème pour duper ses surveillants. Ils comptent faire croire à Hajime et Kanade qu’ils sont parvenus à s’enfuir en ne prononçant plus aucune parole. Malheureusement, Kanade ne tombe pas dans le panneau, toutefois, Hajime est loin d’être tout à fait convaincu. Pendant ce temps, Ruben s’efforce de devenir plus puissant, mais le temps joue contre lui et quand Saki décide de partir aider Mirai, même sans ailes, l’ange verse alors une larme...



Le combat final peut avoir lieu, quatre contre quatre. Mirai et ses amis contre Kanade et ses pantins. Mais ceux qui suivent Metropoliman sont de véritables psychopathes. Hajime est parvenu à stopper le fou furieux armé jusqu’aux dents, mais l’affaire se complique avec cette infirmière infernale, menaçant de répandre un virus mortel sur la ville si Mirai ne se sacrifie pas en testant une de ses décoctions capables de faire fondre un être humain. Le jeune homme laisse paraître une certaine abnégation en s’approchant de la jeune femme. Mais quand celle-ci pense avoir gagné, Mirai détruit le virus en utilisant sa flèche blanche. Toutefois, le jeune homme ne prend pas vraiment le dessus malgré son avantage, son incapacité à tuer qui que ce soit devient une nouvelle fois son point faible. Et quand l’infirmière folle à lier lui lance une pluie de seringues soutenues par la flèche blanche de Kanade, le jeune homme est tétanisé. Saki décide alors de se sacrifier pour son ami...

JPEG - 98.6 ko

Le duo de mangakas accélère soudainement leur récit. Pourtant, tout commençait dans la même logique que pour les tomes précédents, avec Metropoliman mettant en danger nos héros par intermédiaire d’un autre prétendant ou d’une de ses marionnettes. Toutefois le tome 6 sera surtout celui de la réussite de Ruben mais également la première intervention direct de Dieu dans ce jeu de massacre. La position de ce Dieu est d’ailleurs très ambiguë, surtout après la décision prise pour Rubel. Il va se montrer bienveillant et récompenser l’ange qui saura le mieux comprendre le cœur des hommes... ou plutôt d’une femme puisqu’il s’agira de Saki. Mais il continue à laisser les prétendants à son titre s’entretuer en mettant en danger la vie d’innocents comme la famille de Mukaido. Difficile de comprendre quelle image de dieu inspire les deux mangakas. Ou elle serait assez proche de celle du film Légion. Un dieu à la fois vengeur et miséricordieux, mélange des deux testaments. En tout cas, il récompense Rubel pour avoir versé des larmes et donne des ailes à deux psychopathes devenus ainsi prétendants au titre de dieu. Certes, noyer dans un manga, les questions théologiques n’ont guère leur place toutefois, elles demeurent bien présentes surtout quand s’affrontent deux conceptions du monde : celle de Mirai et celle de Kanade.

Et j’avoue avoir été très surpris en voyant soudain tous les prétendants se retrouver pour un affrontement à quatre contre quatre. Le bien contre le mal, difficile de ne pas voir ce duel final sous cette forme, les personnages étant d’un manichéisme parfois consternant. Les alliés de Kanade sont des malades mentaux, entre le fou furieux des armes et la psychopathe des virus. Encore une fois, de nombreuses vies innocentes sont mises en danger et les combats verront des pertes des deux côtés. Et comme si cela ne suffisait pas pour faire détester Kanade par leurs lecteurs, les deux mangakas nous exposent la vérité sur l’accident qui a mis la sœur de ce dernier dans le coma. Si l’on pouvait douter de la santé mentale de Kanade, tout doute nous est alors retiré. Sa conception du monde parfait, élitiste où ceux n’entrant pas dans son carcan sont tués, est effrayante. Les deux mangakas cette fois proposent des réactions assez variées chez les spectateurs du grand discours de Metropoliman, même si la majorité est effrayée. Tout semble annoncer un grand final dans le prochain tome, mais l’apparition de nouveaux protagonistes pourraient rebattre les cartes et changer beaucoup de choses dans cette lutte pour devenir dieu. De quoi créer un peu de suspense pour terminer le tome 7.

“Platinum End” a encore des secrets et des mystères à nous révéler dans un tome 8 qui est évidemment très attendu.


Platinum End (T6 et 7)
- Scénario : Tsugumi Ohba
- Dessin : Takeshi Obata
- Traducteur  : Thibaud Desbief
- Éditeur français : Kaze Manga
- Collection : Shonen Up
- Format : 127 x 182, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 194 pages
- Date de parution : 20 septembre 2017 et 24 janvier 2018
- Numéro ISBN  : 978-2-82032-901-1 ; 978-2-82032-940-0
- Prix : 6,99€


A lire sur la Yozone :
Platinum End (T1)
Platinum End (T2)
Platinum End (T3 et 4)
Platinum End (T5)


PLATINUM END © 2015 by Tsugumi Ohba, Takeshi Obata / SHUEISHA Inc.
© Edition Kaze Manga- Tous droits réservés



Frédéric Leray
26 février 2018




JPEG - 36.7 ko



JPEG - 35.7 ko



JPEG - 37.3 ko



JPEG - 38.7 ko



JPEG - 37.2 ko



JPEG - 31 ko



WebAnalytics