Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Géante Rouge 25 (cahier C)
Rédacteur en chef : Bruno Pochesci
Fanzine, n°25C, SF-nouvelles-entretien-BD, novembre 2017, 46 pages, 11€ les 4 cahiers

Après le cahier A de Ketty Steward et le B de Gulzar Joby, « Géante Rouge » revient avec la version C, celle de Bruno Pochesci, loin d’être un inconnu sur la Yozone qui l’a déjà interviewé en 2015.
Quasi trois années se sont écoulées depuis et l’auteur en est à une quarantaine de textes publiés dont un roman « Hammour ». En guise d’introduction, pas d’éditorial de Bruno Pochesci, mais un entretien réalisé par Elian Krawiek dont l’identité est révélée à la fin. Rien d’étonnant à la réflexion, tant « Géante Rouge » et Hugo van Gaert, soit Pierre Gévart, sont indissociables. D’ailleurs, ce fanzine est presque une affaire de famille, fredgev ayant un temps été le rédacteur en chef.



La première nouvelle “Verflucht sei der Krieg” est signée... Bruno Pochesci. Elle aurait été mauvaise, voire moyenne, je n’aurais pu m’empêcher d’être mauvaise langue, mais elle est vraiment superbe et véhicule un très beau message. Maudite soit la guerre, rien n’est plus vrai, et si toutes les formes de conflits étaient éradiquées, toutes les tensions n’auraient plus de sens et s’éteindraient pour une ère de paix et de respect mutuel entre tout le monde. Est-ce seulement possible ? Et comment le serait-ce ? Quel meilleur point de départ que la Guerre de 14-18 et la bataille de Verdun !
Bruno Pochesci développe toute une histoire parallèle, la jalonnant des dates importantes de notre espace-temps et n’hésitant pas à invoquer des figures connues dans un registre à contre-emploi. Il n’explique rien, part d’un phénomène des plus fantastiques et macabres et s’en sert comme d’un symbole défiant les années. Bien sûr, l’humour n’est jamais loin, notamment lors d’une rencontre entre deux généraux.
Un grand texte qui interpelle sur la stupidité des conflits.

Le bonheur peut-il se résumer à une série d’équations ? Émilie Querballec répond à sa manière à cette épineuse question. Meetiel -un nom loin d’être anodin !- permet à un homme et une femme de se rencontrer, de lier connaissance, de s’apprécier, avant de franchir le pas de la liaison. Même si les deux comprennent qu’il y une part d’artificiel dans tout ça, lors des étapes importantes de leur vie, ils se réfèrent toujours à Meetiel pour savoir quel choix faire.
L’auteure illustre la perte du libre-arbitre orchestrée par les réseaux sociaux qui dictent les conduites à tenir. La peur de faire les mauvais choix pousse les utilisateurs à suivre le mouvement, histoire d’éviter les fausse notes. L’individu perd sa personnalité qui le caractérise pour se déshumaniser. “La parfaite équation du bonheur” pousse non sans raison sa logique très loin. “Je ne suis pas un numéro, mais un homme libre !” comme disait le prisonnier, et rien n’est moins vrai !
Seconde nouvelle de haut vol.

Et Lilian Devigne termine la partie Fictions par un feu d’artifice. Un philosophe parisien, rentrant à la maison après avoir trompé une énième fois son épouse, croise la route de Gill Bates, le créateur de Macrosoft. Ordinateur portable à la main, ce dernier est saoul, complètement abattu et un philosophe tombe bien pour évoquer l’absurdité de la vie.
“Apollinienne mon c...”, voilà un titre qui résume la fin, mais ne dévoile rien de ce qui précède. C’est amusant et illustre parfaitement les questions dérisoires que l’homme peut parfois se poser dans les moments graves. L’ensemble est léger et original.

Pour terminer et à l’insu, je crois, du rédacteur en chef, Jean-Pierre Andrevon s’est fendu d’une bande dessinée de deux pages pour résumer la trajectoire littéraire de Bruno Pochesci. Après l’entretien où ce dernier dit tout le bien qu’il pense de Jean-Pierre Andrevon, la pareille lui est rendue et ces cases ne manquent pas d’émotions.
Très belle manière de conclure le cahier C du numéro 25 de « Géante Rouge » qui envoie du très lourd au niveau des nouvelles. Un vrai plaisir !


Titre : Géante Rouge
Numéro : 25
Version : C
Responsable de publication : Pierre Gévart
Rédacteur en chef : Bruno Pochesci
Couverture : Abraham Jakab
Type : fanzine
Genres : SF, nouvelles, articles, entretiens...
Site Internet : Géante Rouge
Dépôt légal : novembre 2017
ISSN : 1778-011X
Dimensions (en cm) : 13,4 x 21
Pages : 48 pages tout compris
Prix : 11 € les 4 cahiers


Également sur la Yozone, les chroniques de :
- Géante Rouge 25 (cahier A)
- Géante Rouge 25 (cahier B)


Pour écrire à l’auteur de cet article :
francois.schnebelen[at]yozone.fr


François Schnebelen
16 février 2018


JPEG - 29.9 ko



JPEG - 36.9 ko



WebAnalytics