Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Pochi & Kuro (T3 et 4)
Naoya Matsumoto
Kaze Manga

Kuro et ses amis ont maintenant un navire volant pour leur permettre d’atteindre la cité de Sunkust, lieu où se trouve le seul portail donnant sur le monde des humains. Le navire, sous ses apparences de chat que ce soit de l’extérieur ou de l’intérieur, possède toutefois tout le confort nécessaire à leur voyage. Malheureusement, le Frankenship possède également un terrible défaut : il consomme énormément de carburant et celui embarqué ne leur permet que d’atteindre la ville de Mercuria. Et histoire de corser l’affaire, nos héros n’ont pas l’argent nécessaire pour acheter le carburant manquant. Mercuria offre pourtant une chance à Kuro et son équipage : c’est l’époque du festival annuel. Pendant ce temps, Ishizu a la mauvaise surprise de voir arriver son frère aîné, Ishhar. Ce dernier est bien plus puissant que son cadet, car contrairement à Ishizu, il possède deux cornes. Une corne solitaire n’aurait aucune chance face à un détenteur de deux belles cornes. Mais Ishhar n’est pas le seul autre prétendant au trône...



Ishhar est parvenu à kidnapper Pochi. Il peut maintenant prendre la direction de Sunkust et la sacrifier pour devenir le nouveau roi des démons. Il n’avait évidemment aucune intention de la livrer à son père. Son frère Idja s’est aussi rallié à lui, au grand dam d’Ishizu, bien isolé face à sa fratrie. Seule sa sœur Ijulia refuse de s’associer aux deux frères. En fait, la surprenante résistance de Kuro à ses sorts d’envoûtement l’a séduite. Elle a décidé que le jeune démon serait son futur mari et par conséquent, le futur roi des démons... et peu importe s’il refuse catégoriquement toutes ses propositions, elle est convaincue qu’il finira par tomber sous son charme. Contre toute attente, Kuro et Ishizu finissent par accepter de s’allier pour délivrer Pochi d’Ishhar, même si Ishizu considère qu’il ne fait que profiter de Kuro pour combattre ses « merdeux » de frères. Pour Ishizu, c’est l’occasion ou jamais de démontrer à tous que ne posséder qu’une seule corne ne prouve en rien qu’on soit plus faible que les autres démons multi-cornus. Et pourtant...

JPEG - 116.2 ko

Suite et fin de cette mini-série tout ce qu’il y a de plus plaisante. Nos héros ont donc trouvé leur mission : ramener Pochi sur terre. Mais la chair humaine est particulièrement convoitée dans le monde des démons et pas par n’importe qui : les héritiers du roi démon. La fratrie doit alors prendre position pour la défense de l’humaine ou pour la dévorer. La présentation des frères et sœur d’Ishizu est assez amusante, leur ressemblance aussi bien physique qu’au niveau des pouvoirs indique clairement au lecteur que leur différence se situe à un autre niveau et nous ne tarderons pas longtemps à le connaître : leurs cornes. En nous donnant cet indice, Naoya Matsumoto révèle en fait une partie de la conclusion de son récit car il n’est guère difficile de comprendre ce qui mettra notre cher Ishizu sur le devant de la scène. Mais je m’avance beaucoup car avant cela, nos héros auront droit à un petit voyage bien sympathique dans une ville un peu folle, à l’image de la série. Ce sera l’occasion pour Kuro et Pochi de se rapprocher un peu plus. Le jeune démon persiste à vouloir jouer les indifférents mais les signes ne trompent plus, encore nous ont-ils seulement trompés une seule fois ? D’un autre côté, cela n’a pas tellement d’importance si le scénario est tout de même vraiment téléphoné car ce n’était clairement pas l’objet de cette série que de vouloir nous proposer un récit complexe, mais plutôt l’occasion de s’amuser en compagnie de personnages bien sympathiques.

Le quatrième et dernier tome revient à des fondamentaux du shonen avec les combats entre les différents protagonistes, la pauvre Pochi se retrouvant malgré elle au milieu de cette guerre de testostérone cornue. A noter que pour un démon sans corne, Kuro se débrouille plutôt bien. Le personnage de Ijulia ajoute une deuxième touche féminine bien déjantée des plus plaisantes. Naoya Matsumoto ne joue pas du tout sur des designs sexy avec ses personnages féminins mais uniquement sur leur caractère souvent bien trempé. Ijulia et son obsession pour Kuro nous forment un vrai faux trio amoureux car le pauvre Kuro ne ressent strictement rien pour elle. Reste donc les trois frères et leurs cornes. Idja va toutefois tricher un peu utilisant un produit bien particulier pour voir ses forces décuplées. Kuro n’aura en fait qu’une source où il puisera à l’infini son pouvoir : son amour pour Pochi. Bon ok, c’est encore téléphoné, mais la logique de cette série est telle qu’on ne pouvait imaginer une autre manière pour Kuro de gagner. C’est cette capacité à nous faire accepter et aimer des ficelles déjà bien usées grâce à ses personnages, un vrai sens de la mise en scène qui montrent le talent narratif de Naoya Matsumoto, capable de séduire même des vieux loups récalcitrants comme moi. J’avoue m’être laissé séduire par ce couple improbable et même s’il était facile de deviner une grande partie du scénario, j’ai pris du plaisir à suivre les aventures de tous ces fous et folles furieux.

“Pochi & Kuro” est une sympathique surprise, ne cherchant pas à révolutionner le genre mais offrir une histoire amusante, bien rythmée qui saura en séduire plus d’un.


Pochi & Kuro (T3 et 4)
- Auteur : Naoya Matsumoto
- Traducteur  : Sayaka Okada, Manon Débienne
- Éditeur français : Kaze Manga
- Collection : Shonen
- Format : 115 x 175, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 192 pages
- Date de parution : 13 septembre et 15 novembre 2017
- Numéro ISBN  : 9782820329004 ; 9782820329325
- Prix : 6,79€


A lire sur la Yozone :
Pochi & Kuro (T1 et 2)


© Edition Kaze Manga- Tous droits réservés



Frédéric Leray
26 janvier 2018




JPEG - 33.1 ko



JPEG - 28.5 ko



JPEG - 30.4 ko



JPEG - 32.3 ko



JPEG - 28.3 ko



JPEG - 35.5 ko



WebAnalytics