Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Journal de Gand aux Aléoutiennes
Jean Rolin
La Table Ronde, La Petite Vermillon, roman (France), faux journal de voyage, 171 pages, janvier 2018, 7,10€

Embarquant malgré une mauvaise adresse et un contact sans langue commune, le narrateur va quitter Gand pour descendre jusqu’aux côtes africaines, traverser l’océan, franchir le canal de Panama et dépasser le Canada. Au fil du voyage, il sera témoin, et parfois acteur, d’étranges comportements, croisera la route de peuples étranges et étrangers...



Écrivain voyageur, Jean Rolin signait en 1982 « Journal de Gand aux Aléoutiennes », son second roman, et le premier primé. On ose espérer que la traversée dont il s’est inspiré fut moins étrange et dangereuse.
Car dans ce journal, tout est ubuesque : l’attitude du capitaine - fumeur d’opium et boudeur pour un rien, parfois pris d’illusions de grandeur - celle des officiers et de l’équipage, parmi lesquels règnent des pulsions versatiles, dans leurs jeux d’une naïveté enfantine souvent cruelle (se jeter du ciment à la figure ou arracher les membres des oiseaux capturés) ou leur attitude mesquine (à l’égard du narrateur, qui sera ostracisé) voire ouvertement raciste, entre eux (selon les villages bretons d’où ils viennent) et avec certaines populations. Ils tomberont aussi dans la barbarie, n’hésitant pas à violer lorsque le manque de femmes a trop duré.

Il convient de lire « Journal de Gand aux Aléoutiennes » avec un certain recul. Car au premier degré, on sera horrifié par tant d’horreurs emballées dans une langue si châtiée, tant de bêtise humaine que les nègres (je cite) et leurs lubies n’en paraissent plus si sauvages. Au fil des 44 courtes entrées, étapes, observations qui cadencent ce voyage, on abolira toute logique, tout vernis humain ou social, pour mieux goûter le sel de chaque situation, ubuesque à souhait, et ce dès la sortie du port qui manque virer en acte de piraterie, le capitaine ayant fait mettre à mort le pilote pour divergence religieuse. Jean Rolin excelle à trouver des causes totalement décousues des conséquences, et fait montre d’un imaginaire fertile généreusement arrosé d’un humour noir et grinçant.

On rit, donc, souvent, parfois jaune, affligé par la bêtise des protagonistes, horrifié par la cruauté dont est capable le genre humain. Amis de la cause animale, passez votre chemin sous peine de défaillir à la lecture du traitement réservé aux animaux, soit à bord du Meistersinger - où les simplons, oiseaux recherchés pour la qualité de leur guano sont bouillis pour faire de la colle sitôt leur sphincter purgé ; les naïves baleines sont pêchées et excisées de leurs fanons, fort recherchés - soit à terre dans les comptoirs où les peuplades locales sont souvent parées de coutumes barbares envers les bêtes, quand il ne s’agit pas de groupes plus faibles, comme les femmes (ô surprise). Tout cela fleure nauséabond le post-colonialisme, et l’auteur n’épargne personne, des Occidentaux imbus d’eux-mêmes, racistes jusque dans leurs rangs, aux autres communautés pétries de veuleries et d’affectations héritées de l’occupation européenne. A chaque passage, l’auteur interroge, du moins l’espère-t-on légitimement, notre regard sur ce monde aux défauts cent fois exagérés, il n’y juge personne, et au travers du narrateur nous ne pouvons que constater, et nous faire notre propre opinion, sur ce dont est capable l’Homme au nom du Pouvoir, du Commerce ou de la Tradition.

Un livre à (re)découvrir, un voyage littéraire merveilleux, où la beauté du texte, en parfait contraste avec l’humour ou l’horreur des situations, enchante, au sens premier du terme, à chaque page.


Titre : Journal de Gand aux Aléoutiennes
Auteur : Jean Rolin
Couverture : Loustal / Cheeri
Éditeur : La Table Ronde (édition originale : Lattès, 1982)
Collection : La petite vermillon
Site Internet : page roman (site éditeur)
Numéro : 335
Pages : 171
Format (en cm) : 18 x 11 x 1
Dépôt légal : janvier 2018
ISBN : 9782710385882
Prix : 7,10 €

- Prix Roger Nimier 1982



Nicolas Soffray
11 janvier 2018






JPEG - 23 ko



WebAnalytics