Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Brins d’Éternité n°48
Revue des littératures de l’imaginaire
Revue, n°48, Science-fiction - fantastique - fantasy, nouvelles - critiques - article, automne 2017, 128 pages, 10$ CAD

Sous une belle couverture signée Cyril Rolando se cachent 6 nouvelles, 30 pages de recensions et un long article de Jean-Louis Trudel, le tout parsemé d’illustrations.
Le « Brins d’Éternité » nouveau est arrivé !



Un professeur de CM1 enseigne à une classe où se trouve une élève surdouée. Un inconnu l’aborde et lui explique l’origine de ce don. Loïc Henry développe son récit en 8 arabesques que le lecteur ne découvre pas dans l’ordre chronologique, sans que cela nuise à la compréhension. Quasi d’entrée, la conclusion apparaît inéluctable. “Quatorze” distille plusieurs sentiments allant de l’attendrissement à l’effroi ; cette entame fait mouche aussi bien par la manière que par les faits.

Orian Dorais nous plonge dans un cauchemar récurrent affligeant un enfant. Hélas, rien n’est le fruit du hasard, comme va l’apprendre sa mère et l’enfant. “Sa majesté d’ailleurs” relève d’un fantastique un peu daté par le cadre comme par la malédiction, ce qui fait tout son charme.

Pour décompresser d’un déménagement stressant, une femme rêve d’un bon bain, d’autant que l’imposante baignoire à l’ancienne est l’élément qui l’a poussée à choisir cette maison. Pour France Gosselin, fantastique aussi au menu de “Bain d’envies” qui se déroule dans une salle de bain plutôt spéciale. Court et réussi, sans en faire de trop.

L’appel de la mer hante Steliana qui doit s’en méfier, car elle lui a déjà enlevé des membres de sa famille. C’est dur de résister... “Le bruit des vagues” est affaire d’ambiance ; entre présent, songes et souvenirs, Teo Silis fait monter la pression. Sur le moment c’est plaisant à lire, mais l’ensemble s’oublie assez vite.

“Le chemin sanglant” porte bien son titre, le texte se finissant justement dans le sang suite à une bataille épique. Olaf témoigne d’une expédition viking, se finissant par un naufrage sur un rivage inconnu. Jean Carlo Lavoie se montre efficace tout du long, avec un déroulement allant crescendo.

Jeanne Bastin nous livre une nouvelle étonnante qui n’est pas sans inspirer un certain malaise. Ponome est une fille passant son temps libre dans la serre jouxtant la maison de ses parents, elle s’y adonne au jardinage sans grand succès. Seul un châtaignier dans un grand pot se plaît dans la serre. Asociale, Ponome n’a pas moins la visite journalière de Vertumne, allant dans la même école. “Bogues” s’avère intrigante, dérangeante. Rien que les prénoms choisis interpellent et la suite n’est pas en reste. Pas de grands effets, mais cela fonctionne très bien.

En début du volet Articles, Pierre-Alexandre Bonin fait un erratum sur le dernier article de sa rubrique “Le cabinet du Docteur Bonin” et nous donne rendez-vous d’une façon pleine d’humour au prochain numéro. Suivent de nombreuses chroniques d’ouvrages et de revues couvrant 30 pages, avant l’article “Ce que le premier film de loups-garous doit au Canada : petit survol historique de l’horreur au Québec” de Jean-Louis Trudel qui livre un travail remarquable sur le sujet. C’est bien documenté, fort instructif et en rien fastidieux.

J’aurais du mal à dégager une partie d’une autre, car le sommaire de ce « Brins d’Éternité » se révèle d’une belle homogénéité, l’ensemble se lisant vraiment avec plaisir. Remarquons juste une propension pour le fantastique dans la grande majorité.
La voie vers la cinquantième livraison est toute tracée et annonce encore de belles choses...


Titre : Brins d’Éternité
Numéro : 48
Éditeurs : Guillaume Voisine, Ariane Gélinas, Alamo St-Jean
Couverture : Cyril Rolando
Illustrations intérieures : Émilie Léger, Tina Mailhot-Roberge et Louise Dekeuleneer
Genres : nouvelles, articles, critiques, entretien
Site Internet : Brins d’Éternité
Période : automne 2017
Périodicité : quadrimestrielle
ISSN : 1710-095X
ISBN : 9782924085301
Dimensions (en cm) : 13,9 x 21,4
Pages : 128
Prix : 10 $ CAD



Pour écrire à l’auteur de cet article :
francois.schnebelen[at]yozone.fr


François Schnebelen
2 janvier 2018






JPEG - 39.3 ko



WebAnalytics