Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




AOC n°46
Une publication du club Présences d’Esprits
Fanzine, n°46, SF - fantasy - fantastique, nouvelles, automne 2017, 96 pages, 3,50€

La cuvée 2017 du concours « Visions du futur » organisé chaque année par le Club Présences d’Esprits offre un bon échantillonnage de ce qui s’écrit aujourd’hui dans le domaine de la SFFF.



Comme d’habitude, outre les trois lauréats distingués officiellement, deux accessits sont décernés. Le premier récompense une nouvelle de Lilie Bagage, “Silence et la Verte” C’est le second texte que je lis de cette auteure, et encore une fois, elle fait mouche. Dans un contexte post-apocalyptique tout ce qu’il y a de plus classique, Lilie Bagage introduit avec talent la dose d’originalité qui fait que ce récit échappe au conformisme. Ses personnages sont vraiment à part et la chute judicieuse est la cerise sur le gâteau.
Mon enthousiasme retombe avec le second accessit, “La Retraite d’Eugénie” de Bernard Henninger. Je sens bien le parallèle entre ces extra-terrestres parqués sur Terre et le traitement réservé aux juifs durant le second conflit mondial – une référence directe à Beaune-la-Rolande y est d’ailleurs faite – ainsi qu’aux Justes qui accueillirent et en protégèrent certains, mais comment dire ? Il manque quelque chose pour rendre ce récit poignant et crédible. Dommage.

“Ø ensemble vide” d’Alexandre Garcia est d’une toute autre envergure. Avec beaucoup d’à propos, l’auteur renouvelle un thème aussi éculé que celui de la création du monde. Subtil, surprenant, le lecteur est mené par le bout du nez jusqu’à la révélation finale. Un troisième prix plus que mérité !

Les voies du jury sont impénétrables, et on peut s’interroger à la lecture de “Le Miroir d’Hécate” de Sylwen Norden sur les raisons qui ont motivé sa seconde place au classement. Certes, la peinture de la planète Hécate est très colorée et l’évocation de sa géographie plutôt réussie, mais l’histoire ne va pas jusqu’au bout de ses possibilités. L’espèce humaine est ici considérée comme un facteur de désordre dans l’univers, mais justement,cet aspect entropique est survolé et ce récit se conclut finalement par une condamnation des Terriens assez décevante.

Premier prix :“Comme un têtard dans l’eau” d’Andréa Deslacs. Disons-le tout de suite : ce texte est un régal. Il mélange joliment humour noir, tendresse, désespoir et, belle prouesse, son contraire. Cette histoire de gamins située dans un futur a priori pas très radieux – celui-ci est évoqué par touches légères et justes – est désabusée. Tout est foutu, mais on s’accroche, on survit par tous les moyens techniques possibles, et ce n’est pas parce que vous souffrez d’une multitude de cancers que vous n’irez pas au boulot abattre vos seize heures par jour, non mais ! Une belle réussite qui mérite amplement sa distinction.

En conclusion, un cru tout à fait honorable cette année que vous pouvez déguster sans limitation grâce à cet « AOC » spécial « Visions du futur ».


Titre : AOC (Aventures Oniriques et Compagnie)
Numéro : 46
Directeur de la publication : Evelyne Beuzit
Rédacteur en chef : Olivier Bourdy
Couverture : Holy Mane
Type : fanzine
Genre : Science-fiction, fantasy, fantastique
Sites Internet : le club Présences d’Esprits ; le numéro 46
Période : automne 2017
Périodicité : trimestrielle
ISSN : 1772-3442
Dimensions (en cm) : 12,9 x 19,7
Pages : 96
Prix : 3,50 €



Didier Reboussin
28 décembre 2017






JPEG - 34.9 ko



WebAnalytics