Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Tokyo Ghoul : Re (T7 et 8)
Sui Ishida
Glénat Manga

Ce qui devait être un coup de filet historique tourne peu à peu au cauchemar pour les équipes anti-goules. L’arrestation de l’auteure Sen Takatsuki, nom de code Eto chez les goules, ne s’est pas déroulée comme les Colombes l’avaient prévue. Sen a avoué devant tous les médias que non seulement elle était une goule, mais que son dernier roman, « Le Roi Bileygr », allait révéler le lien entre certaines familles dites honorables et les goules. Mais ce roman est aussi, pour les siens, la preuve du lien entre la famille Washu et le groupe surnommé « V ». Des mouvements de défenses du droit des goules apparaissent dans le pays et le doute commence à naître dans toutes les strates de la société sur le bien-fondé de l’action du CCG. Ce doute a même atteint Sasaki qui décide d’effectuer un ultime travail. Pendant ce temps, le CCG a choisi de passer à l’action et d’éradiquer une bonne fois pour toute le groupe Aogiri et surtout en finir avec son chef, le Roi à l’Oeil écarlate. L’assaut de l’île où se trouve leur repère est déclenché... ne laissant que peu de colombes pour défendre la Cochlée...



Ken était prêt à tout abandonner et à se laisser tuer par Arima, mais la vision de Hide lui a fait totalement changer d’avis. Toutefois, même si Ken est parvenu à se régénérer malgré les terribles blessures qu’il a pu recevoir, le combat est encore loin d’être à son avantage. Arima est armé d’un nouveau quinque de niveau SSS, dit la chouette. Pendant ce temps, Tooru est toujours prisonnière de la goule surnommée Torso. Comme les autres de ses victimes, Tooru a été privée de ses membres et ne peut se défendre contre les tortures que Karao lui inflige. Toutefois, pour gagner un peu de temps, l’ancien membre de l’équipe de Sasaki parvient à faire parler la goule et cette dernière n’est pas avare de détails sur ce que fut son enfance et surtout sur le terrible événement qui la transforma irrémédiablement en Torso. Karao vivait alors avec son père, une véritable brute qui leur avait fait dévorer sa mère pendant une période de disette. Chaque matin, son père partait dans le monde des humains pour lui ramener à manger. Mais Karao n’en pouvait plus d’être isolé du monde et il décida un jour de passer outre les ordres de son père et de partir visiter le village voisin.

JPEG - 99 ko

Les tomes précédents nous le faisaient bien sentir, cet arc de “Tokyo Ghoul” avec Ken devenu une colombe était des plus bancals et Sui Ishida n’était vraiment pas à l’aise dans ce récit. Il n’est donc pas vraiment étonnant qu’il stoppe rapidement les dégâts dès le tome 7 pour revenir à un équilibre des forces plus proche du premier arc. Toutefois, le mangaka a créé un flic surhumain, hors normes en Arima. Le premier affrontement entre Ken et ce dernier n’avait pas fait un pli et notre héros était quasiment laissé pour mort. Le tome 7 va revenir sur cette période durant laquelle Ken devient peu à peu Sasaki. Le fait que Arima l’ait sauvé une première fois avait déjà de quoi laisser sceptique alors pourquoi le tuerait-il lors du second combat ? Ce duel est la clé de cette fin de cycle et il sera riche en révélations, pas tellement sur Ken lui-même, il faut dire que Sui Ishida nous a quasiment tout raconté sur son héros. Non, ces révélations concernent en réalité le cœur même du CCG : la famille Washu. Le livre de Takatsuki était en lui-même un premier indice d’envergure et nous ouvrait la voit sur la réalité de ces groupes de policiers anti-goules. Arima a pourtant bien plus à nous apprendre, sans toutefois que ce soit réellement une surprise car Sui Ishida n’était pas vraiment discret dans ses allusions ou encore dans ses mises en scène.

Sortie de cet affrontement qui s’achèvera au tome 8, le mangaka nous entraîne de nouveau dans ce chaos de combats multiples dont il est passé maître. Avec malheureusement ce don pour nous embrouiller par ses dessins bien trop sombres, avec ces personnages qui se ressemblent tous beaucoup trop. L’opération de libération des goules de la Cochlée est la partie la plus réussie, l’invasion de l’île d’Aogiri étant bien plus bordélique : il faut suivre car les personnages sont difficiles à reconnaître hormis certaines goules et les combats sont toujours trop brouillons pour assurer un maximum d’intérêt. Je ne parle plus de ces fichus caractères qui peuvent servir de test pour la vision et qui gâchent fortement le plaisir de lire. C’est toujours un des gros points faibles de cette série. A trop vouloir ouvrir de front, Sui Ishida nous perd dans des micro-actions pas toujours bien passionnantes. D’ailleurs, il faudra attendre le tome 8 pour comprendre l’intérêt de l’épisode entre Tooru et Torso. Certes, il permet de faire une pause dans la lutte entre les Colombes et les goules, mais cela demeure un peu léger pour mériter une place aussi importante. Sui Ishida joue ici clairement la montre en se focalisant sur le personnage de Torso... pour l’abandonner comme une vieille chaussette quand le temps semble de nouveau le presser.

Sui Ishida ferme de nouveau un arc de sa série, ressuscitant l’ancien Ken pour lui offrir le trône qui lui était promis depuis si longtemps. Quel va être dorénavant le rôle de Ken dans cette guerre ouverte entre les Washu et les goules ? A suivre.


Tokyo Ghoul : Re (T7 et 8)
- Auteur : Sui Ishida
- Traduction : Akiko Indei et Pierre Fernande
- Editeur : Glénat
- Format : 130 x 180 mm
- Pagination : 242(T7) et 226(T8) pages noir et blanc
- ISBN : 9782344019955 ; 9782344023044
- Parution : 1er février et 5 juillet 2017
- Prix : 6,90 €


A lire sur la Yozone :
Tokyo Ghoul (T1)
Tokyo Ghoul (T2)
Tokyo Ghoul (T3)
Tokyo Ghoul (T4)
Tokyo Ghoul (T5 et 6)
Tokyo Ghoul (T7 et 8)
Tokyo Ghoul (T9 et 10)
Tokyo Ghoul (T11 et 12)
Tokyo Ghoul (T13 et 14)
Tokyo Ghoul : Re (T1 et 2)
Tokyo Ghoul : Re (T3 et 4)
Tokyo Ghoul : Re (T5 et 6)


© Edition Glénat - Tous droits réservés



Frédéric Leray
17 décembre 2017




JPEG - 23 ko



JPEG - 25.3 ko



JPEG - 23.7 ko



JPEG - 18 ko



JPEG - 28.4 ko



JPEG - 32.3 ko



WebAnalytics