Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Nouvelles charcutières (Les)
Céine Maltère
Ginkgoéditeur, L’Ange du Bizarre, recueil illustré (France), étrange, septembre 2017, 128 pages, 9€

Le recueil « Les nouvelles charcutières » qui inaugure la collection recèle une bonne dose d’absurde, tout en étant inquiétant, ce qui n’est rien moins que le credo de L’Ange du Bizarre, référence et hommage au texte éponyme d’Edgar Alan Poe.
De plus, il s’agit aussi d’un clin d’œil à la collection éphémère lancée par les Humanoïdes Associés à la fin des années 1970.



Céline Maltère nous lance dans le monde de la charcuterie, profession présentée comme un art, contrairement à la boucherie. Pour elle, c’est une affaire de femmes qui, par leur créativité et leur sensibilité, rivalisent d’ingéniosité pour faire saliver les plus récalcitrants.
Le titre est à double sens : le mot Nouvelle peut signifier Texte, mais il ramène aussi à ces femmes nouvelles dans le métier et remplaçant finalement l’homme, trop bourrin pour sublimer la charcuterie et juste bon pour la boucherie ou la boulangerie.

La charcutière séduit par ses créations et non plus par son physique, finalement secondaire par rapport au plaisir de la bouche. “La guerre de Troyes” qui n’est pas sans faire penser à la grande Histoire fait sourire, avec une certaine crainte à la lecture de : « ...quatre saucisses alléchantes, baignant dans la gelée, grosses comme un sexe d’homme... ». Le pire est imaginable, mais il n’est pas toujours de mise. Céline Maltère se situe toujours à la limite et sème le doute avant de le lever pour le meilleur ou le pire.

Rien que la construction évoque la charcuterie, car le recueil est décomposé en 5 tranches, chacune comportant textes et poèmes, certains aux titres aussi évocateurs que “Sacrifice à Boudin Premier”, “Enfant de lait”, “L’andouillette magique”...
Même si certains textes sont plus percutants, c’est toujours bien tourné, dans l’esprit général du recueil qui récuse tout sérieux et qui n’hésite pas à revisiter des classiques (ex : le dérangeant “Golem”).
Mieux vaut éviter de tout dévorer à la suite sous peine d’indigestion. Galantines, saucisses, andouillettes... parsèment les pages, ouvrent l’appétit, donnant envie de passer à table pour contenter des papilles stimulées par la lecture. Qu’importe ce qui est dans l’assiette, seul compte le goût, le plaisir pris à la dégustation. La raison ignore ce qui est ingurgité.
Céline Maltère joue de ce registre, bien secondée par Jean-Paul Verstraeten qui a déjà œuvré à ses côtés pour « La Cité des Brumes ». Il nous présente de nombreuses illustrations aux allures de gravures, mais qui doivent être des montages numériques, à l’air désuet, fin XIXe - début XXe siècle, tout à fait dans le ton de l’ensemble et qu’on ne peut s’empêcher de regarder avec un sentiment de malaise.

Le recueil « Les nouvelles charcutières » se lit aussi bien qu’il se contemple. L’écriture de Céline Maltère et les illustrations de Jean-Paul Verstraeten se complètent et mettent à l’honneur ces femmes sublimant la charcuterie, en faisant un art à part entière en empruntant des chemins inédits, dictés par leur sensibilité.
Atypique en diable, ce recueil à l’esprit volontairement mal tourné se déguste à l’image de la charcuterie, et c’est bon de savoir que certains auteurs/éditeurs n’hésitent pas à se lancer dans de telles entreprises que l’on peut difficilement qualifier de porteuses, mais qui méritent d’être encouragées.


Titre : Les nouvelles charcutières
Auteure : Céline Maltère
Illustrations de couverture et intérieures : Jean-Paul Verstraeten
Éditeur : Ginkgoéditeur
Collection : L’Ange du Bizarre
Site Internet : roman (site éditeur)
Pages : 128
Format (en cm) : 12 x 18,1
Dépôt légal : septembre 2017
ISBN : 9782846792882
Prix : 9 €


Autres ouvrages de Céline Maltère sur la Yozone :
- « Le Cabinet du Diable »
- « Les Corps glorieux »
- « La Cité des Brumes » en collaboration avec Sylvain-René de la Verdière


Pour écrire à l’auteur de cette chronique :
francois.schnebelen[at]yozone.fr


François Schnebelen
19 décembre 2017






JPEG - 33.2 ko



WebAnalytics