YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Mushoku Tensei (T2 et 3)
Rifujin na Magonote, Yuka Fujikawa
Doki-Doki

Rudy a fini par mettre son père en colère et Paul compte bien lui apprendre qui dirige la famille. Puisque Rudeus se croit si puissant magicien, qu’il le prouve en affrontant le maître bretteur qu’est son père. Rudy comprend rapidement qu’il n’a aucune chance et que sa présomption à croire pouvoir commander ses parents était vaine. En tout cas, l’adulte en lui est parfaitement conscient de son erreur et accepte les conséquences de ses actes. Ainsi, Rudy sera séparé de sa petit Sylphy et envoyé dans la ville-citadelle de Roa pendant cinq ans. S’il remplit sa mission, il lui sera accordé le droit d’entrer dans une école de magie avec la jeune Sylphy. Mais sa mission est loin d’être aisée. Envoyé chez un grand oncle et seigneur de la ville de Roa, il doit devenir le tuteur de sa cousine, Eris. Mais cette dernière est une véritable furie qui n’accepte les ordres de personne, hormis Ghyslaine, sa garde du corps et femme-chatte.



Les progrès obtenus avec Eris sont surprenants, surtout en si peu de temps. Rudy est même parvenu à apprendre la danse à la jeune fille. Il faut dire que la fête pour son dixième anniversaire se prépare et elle doit ouvrir le bal. C’est la première fois que Rudy assiste à une fête donnée dans la somptueuse demeure des Greyrat, mais son oncle Philip lui interdit de révéler sa véritable identité aux autres invités, estimant qu’il pourrait se mettre en danger en étant entraîné dans des conflits politique qui le dépassent. L’attitude de Philip a de quoi surprendre, mais Rudy n’est plus à un caprice près de tous ces membres de sa famille. Toutefois, il ne pensait pas que Eris allait vraiment le choisir comme cavalier. Le voici sur le devant de la scène, devant montrer à tous quelle incroyable danseuse est devenue la jeune fille. Cette journée s’annonce en fait pleine de surprises. Pendant ce temps, Roxy part à l’aventure avec un drôle de trio d’aventuriers. La démone n’est pas insensible à l’un de ses compagnons de route, mais ce dernier est censé avoir déjà une amante, qui est également membre du trio...

JPEG - 103.8 ko

Notre héros va subir un changement radical dans sa vie : il lui faut quitter la maison familiale pour faire ses preuves et pouvoir ensuite entrer dans l’école de magie de son choix, surtout avec sa petite Sylphy. Il faut dire que la famille de Rudy passe un sale moment à cause de l’infidélité de Paul, le père, et la naissance de deux sœurs pour le garçon. L’homme adulte prend évidemment ce qui lui arrive avec une forme de sagesse totalement déconnectée avec son âge apparent. Rifujin na Magonote joue un peu plus sur cet aspect dans ces deux tomes, ce qui amène Rudy à avoir parfois des attitudes qui le font passer pour un jeune pervers. Mais surtout, Yuka Fujikawa met de plus en plus en ombre chinoise l’apparence adulte de Rudeus, celle de cet homme mort apparemment bêtement, après un accident de la route. La justification de ce parallèle visuel trouvera une partie de réponse à la fin du tome 3. Mais avant, Rudy doit démontrer pendant cinq ans qu’il est capable d’être un tuteur digne de ce nom et pour cela, le voilà envoyé dans une grande ville auprès d’une branche de la famille de son père plus qu’étrange.

Le côté humoristique, pour ne pas dire caricatural, est poussé à l’extrême dans ces deux tomes. Soyons franc, tous les membres de cette branche de la famille Greyrat ont un sacré grain : entre le grand oncle tyrannique mais véritable papy gâteau devant sa petite fille, l’oncle Philip qui semble toujours avec une idée perverse derrière la tête, Eris la peste insupportable qui évidemment tombera sous le charme de Rudy, et la plantureuse tante cyclothymique. Les situations rocambolesques se succèdent, à commencer par le faux enlèvement transformé en vrai, où Rudy finit par réellement se mettre en valeur et convaincre la terrible Eris à le prendre comme tuteur. Certes, le déroulement est sans surprise, les personnages réagissant sans véritable originalité devant les obstacles que leur pose Rifujin na Magonote. D’ailleurs, le temps passe à une vitesse incroyable puisque les deux tomes comprennent déjà trois ans du séjour de Rudy. Le côté sexy est aussi plus présent, par des personnages aux tenues parfaitement indécentes comme Ghyslaine ou encore l’ouverture peu à peu à l’âge adulte et au sexe d’Eris. Yuka Fujikawa se lâche un peu, voire beaucoup sur les pages sexy, sans tomber heureusement dans le graveleux ou le vulgaire. On reste dans la logique, « l’heroic fantasy se permet plein de choses côté tenue ».

Le tome 3 s’achève sur un cliffhanger assez surprenant. Car le lecteur s’était habitué à une certaine légèreté dans le récit, qui jouait sans vergogne la carte de l’humour. Cette fois, c’est une terrible tragédie qui s’abat sur notre héros et la dernière page laisse le lecteur sur un incroyable suspens. Rifujin na Magonote semble vouloir revenir à du shonen où le drama a tout autant sa place que l’humour, se rapprochant plus du ton du premier tome. Mais surtout, c’est une nouvelle étape dans la vie de Rudy qui s’ouvre... une étape plus sombre.

“Mushoku Tensei” ne semble pas être une série ronronnant sur un style de récit mais jouant sur la variation des émotions. A suivre avec intérêt.


Mushoku Tensei (T2 et 3)
- Scénario : Rifujin na Magonote
- Dessin : Yuka Fujikawa
- Character design : Shirotaka
- Traduction : Jean-Benoit Silvestre
- Éditeur français : Doki-Doki
- Format : 127 x 180 mm, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 192 pages
- Date de parution : 5 juillet et 20 septembre 2017
- Numéro ISBN : 978-2-81894-181-2 ; 978-2-81894-283-3
- Prix : 7,50 €


A lire sur la Yozone :
Mushoku Tensei (T1)


© FUJIKAWA YUKA © RIFUJIN NA MAGONOTE KADOKAWA CORPORATION
© Edition Doki-Doki - Tous droits réservés


Frédéric Leray
11 décembre 2017






JPEG - 50 ko



JPEG - 29.5 ko



JPEG - 28.3 ko



JPEG - 57.2 ko



JPEG - 28.7 ko



JPEG - 36.2 ko



WebAnalytics