YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Never Go Home (T1) La Cavale de Duncan et Maddie
Matthew Rosenberg, Patrick Kindlon et Josh Hood
Glénat Comics

C’est alors qu’il s’entraine au tir avec une arme à feu aux abords d’une route perdue à la nuit tombante que Duncan assiste à une scène improbable. Madison, une fille de son lycée, met une trempe carabinée à Ben, le blaireau de service, tout en muscles et star de l’équipe de football, qui s’est montré vraiment trop pressant près de la jeune fille. Duncan prend conscience que cette fille a un pouvoir incroyable : lorsqu’elle est stressée, elle acquiert une force prodigieuse dont elle ne mesure pas encore les multiples possibilités.
Si Duncan est un adolescent un brin solitaire et décalé, Maddie paraît avoir tiré de meilleurs cartes pour s’affirmer dans la vie. Si différents, ils vont pourtant vite devenir d’inséparables amis car la vie leur est insupportable, dans sa violence domestique comme dans l’imbécilité et la dureté de leurs relations au lycée. Très vite, des événements tragiques et absolument irréparables vont les lancer sur la route d’une vie faite de fuite et de choix très approximatifs quant à leur survie.



Partir, et ne jamais revenir. C’est ce que Duncan propose à Maddie. Il lui avoue avoir également un pouvoir, celui de tuer par la pensée - il aurait tué sa propre mère - et surtout un plan imparable pour une vie ailleurs, loin de tous ces cons. Le gamin est un brin manipulateur et très vite, il s’avère que Duncan pense à braquer un réseau de dealers de drogue, piquer la recette et s’enfuir avec la petite fortune. D’une intention de vol, la catastrophe guette les deux ados qui accumulent des cadavres sur la route d’un avenir qui s’annonce peu brillant : ils ont un énorme gang mafieux à leurs trousses et un groupe de fédéraux spécialisés dans les pouvoirs hors normes qui s’intéresse fortement à Maddie. À l’heure des choix, ces deux Bonnie and Clyde des temps modernes font celui de leur totale liberté et s’enfoncent dans une voie de résistance qui sera particulièrement violente et difficile.

JPEG - 200.6 ko

Née “We Can Never Go Home” aux États-Unis, cette série qui est devenue “Never Go Home” en France raconte la cavale de deux adolescents qui basculent du jour au lendemain, à la suite d’une effroyable succession de mauvais choix, dans une fuite en avant qui sera toujours plus violente. Bien sûr, il y a ce thème du super pouvoir et de son utilisation, qui offre un côté thriller fantastique au récit, et sert de métaphore pour celui du difficile passage de l’adolescence à l’âge adulte.

JPEG - 197 ko

Mais les intentions des scénaristes Matthew Rosenberg et Patrick Kindlon sont aussi de montrer les errances de la société américaine dans son système éducatif, son hyper-violence marquée par celle faite notamment envers les enfants et la dangerosité d’une nation où chacun ou presque possède au moins une arme ! Comment réagir face à un super pouvoir, oui... on y est, mais surtout comment des gens font des choix terriblement dangereux quand ils sont en possession d’une arme. Un désaccord, une colère, une bagarre, et ce sont des morts par armes à feu ! « No Future » a envie de dire Duncan, qui accompagne sa dérive d’une bande musicale au son des Clash, de Magazine, des Stranglers ou autre Hüsker Dü, donnant son côté punk à une BD dont le design en est constamment imprégné. La couverture est d’ailleurs un hommage à celle mythique du “Never Mind The Bollocks” des Sex Pistols, et chaque épisode a sa propre mixtape, enregistrée, bien entendu, sur bande magnétique par des auteurs un brin nostalgiques. C’est une jolie réussite de l’album.

Toujours en mode crise de nerf, le dessin de Josh Hood et Brian Level est aussi nerveux que dynamique, essentiellement axé sur le jeu des personnages et l’action, négligeant parfois un peu trop les décors. On pensera un peu au travail de Rick Remender et Wes Craig avec “Deadly Class” (Urban Comics), pour ce côté absolument furieux et la thématique de l’adolescence foudroyée.

JPEG - 170.9 ko

Sans être toujours totalement convaincu par les soubresauts du scénario, “Never Go Home” reste un titre à découvrir, plutôt intéressant puisqu’on en sort avec l’envie de connaître d’autres développements, sur une bande son totalement punk que vous pourrez retrouver sur Spotify et dont les auteurs vous donnent le détail dans un dossier final des plus réussis.


(T1) La Cavale de Duncan et Maddie
- Série : Never Go Home
- Scénario : Matthew Rosenberg & Patrick Kindlon
- Dessin : Josh Hood & Brian Level
- Couleurs : Amanda Scurti & Tyler Boss
- Couverture : Mickaël Walsh
- Éditeur : Glénat Comics
- Pagination : 160 pages couleurs
- Format : 18,5 x 28,3 cm
- Dépôt légal : 13 septembre 2017
- Numéro ISBN : 9782344019559
- Prix public : 15,95 €


Illustrations © Josh Hood et Éditions Glénat Comics (2017)


Fabrice Leduc
6 décembre 2017






JPEG - 85.5 ko



JPEG - 113.7 ko



JPEG - 93.2 ko



JPEG - 105.7 ko



JPEG - 77 ko



JPEG - 73 ko
Couverture US pour Black Mask Studios



JPEG - 670.2 ko
Variant Cover



WebAnalytics