Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Riku-Do, la rage aux poings (T4 et 5)
Toshimitsu Matsubara
Kaze seinen

Le tournoi de l’East Japan Rookie King commence pour Riku avec un combat loin d’être gagné d’avance. En fait, son adversaire a subi un entrainement extrêmement violent par Tokorozawa. Et très vite, le jeune homme reconnaît le style de son ancien protecteur, même s’il ne comprend pas vraiment pourquoi ni comment son adversaire a bien pu assimiler ces techniques. Peu à peu, ce dernier lui impose son style de boxe, le poussant au corps à corps et lui portant des coups qu’il ne peut esquiver. Tokorozawa veut montrer à son ancien élève qu’il est encore loin d’avoir le niveau pour se confronter aux véritables pointures de sa catégorie et un petit revers face à un parfait inconnu lui remettrait les idées en place. Surtout que Riku cogite bien trop, se laissant déstabiliser et il prend peu à peu conscience de ses faiblesses, cherchant immédiatement une parade au in-figthing que lui impose son adversaire. Le décompte qu’il parvient à obtenir en fin de premier round semble plus dû au hasard qu’à une véritable performance, un coup réflexe qui ne fait que cacher son impuissance.



L’affrontement entre Riku et Hyodo approche. Le premier doit défier les pronostics, le second attend avec impatience de goûter au poing sensé être identique à celui ayant séché son père. Au détour d"un footing dans le cimetière, Riku tombe nez-à-nez avec Tokorozawa et Hyodo. Le nouveau génie n’a qu’une envie : défier celui qui est parvenu à vaincre son père. Mais le yakuza refuse d’entrer dans son jeu et le laisse pavoiser, mais il a un message pour son ancien protégé : son combat contre Hyodo est perdu d’avance. Le choc est rude pour un Riku attendant plutôt des félicitations de cet homme qu’il vénère plus que tout. Surtout que Tsubaki, le champion poids léger du Japon, lui avait détruit l’intérêt de la ceinture OPBF, la décrivant comme une sous-ceinture indigne de Hyodo. Riku est-il donc un petit boxeur sans avenir comme tout le monde semble vouloir lui faire comprendre ? N’est-il pas fait pour ce sport comme le lui martèle Naeshiro ? Son combat n’est-il en réalité qu’un rêve hors de sa portée ? Riku ne connait qu’une façon de répondre à toutes ces questions : avec ses poings sur un ring. Et pour un match de la Japan Rookie King, la salle est pleine à craquer, tous ces spectateurs venant voir le phénomène du moment Hyodo gagner comme d’habitude par KO...

JPEG - 123.9 ko

Plus les tomes passent et plus Riku devient plus humain mais également plus fragile. Le combat face au protégé, si l’on peut l’appeler ainsi, de Tokorozawa en est l’exemple flagrant. Notre jeune héros se laisse trop facilement influencer par l’ombre de son mentor. Même absent, ce dernier hante le jeune boxeur. En fait, après l’avoir poussé dans un ring, le yakuza semble tout faire pour dissuader Riku de poursuivre sur cette voie. Pire que cela, le tome 4 est celui où tous ceux qui semblaient servir de soutien pour le jeune garçon finissent par vouloir le convaincre d’arrêter, de raccrocher définitivement les gants. Riku redevient le petit garçon battu, craintif qui ne maîtrise plus son destin, d’ailleurs Toshimitsu Matsubara le dessine dans plusieurs cases sous cette apparence enfantine. Seulement Riku possède la puissance de caractère des survivants et c’est cette énergie qui lui permet de trouver les forces de battre l’adversaire imposé par Tokorozawa. Toutefois, cette victoire se transforme quelque part en échec. D’abord à travers Tokorozawa qui ne semble pas voir d’un si bon œil de le voir affronter Hyodo, le prodige des poids léger et également fils du champion que le yakuza avait humilié sur le ring. Mais surtout Riku perd ainsi Naeshiro qui pensait lui ouvrir les yeux en lui déclarant son amour. Riku est toujours un petit enfant qui ne pense qu’à obtenir la reconnaissance de l’homme qu’il admire plus que tout, peu importe la manière et surtout peu importe les sacrifices.

Le tome 5 est donc l’introduction et le début de cette confrontation entre Riku et Hyodo, ce combat que Tokorozawa qualifie comme perdu d’avance pour Riku. Pour la première fois, le jeune homme arrive non seulement en position d’outsider mais surtout comme perdant sur lequel la seule incertitude serait : dans quel round sera-t-il mis KO. Toshimitsu Matsubara continue de montrer Hyodo comme un amateur de masochisme, voulant subir les coups de Riku pour s’en délecter. Son rapport avec son père nous est également plus détaillé, comme pour lui trouver des circonstances atténuantes. Le club Hyodo prend aussi une place plus importante dans le récit avec l’introduction du champion japonais des poids légers. Tout est fait pour prouver que Riku n’a clairement pas le niveau d’un champion, en tout cas pas pour le moment, et qu’il va devoir cravacher sérieux pour progresser. A noter que Toshimitsu Matsubara utilise beaucoup de métaphores visuelles pour illustrer une technique, un coup, avec parfois une interprétation à rebours, laissant pendant quelques pages le lecteur sur l’expectative, ne comprenant pas immédiatement où le mangaka veut en venir. Son dessin très réaliste l’est parfois un peu trop pour illustrer des coups, des chocs et le résultat peut interpeller, par exemple l’épaisseur des gouttes de sang, comme prises au ralenti dans leur chute.

Difficile de dire comment Toshimitsu Matsubara voit la vint de la confrontation entre Hyodo et Riku ? Serait-ce la première défaite sur un ring de notre jeune héros ?


pour public averti

Riku-Do, la rage aux poings (T4 et 5)
- Auteur : Toshimitsu Matsubara
- Traducteur  : Arnaud Delage
- Éditeur français : Kaze Manga
- Collection : Seinen
- Format : 127 x 182, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 192 pages
- Date de parution : 23 août et 18 octobre 2017
- Numéro ISBN  : 9782820328939 ; 9782820329219
- Prix : 7,99€


A lire sur la Yozone :
Riku-Do, la rage aux poings (T1)
Riku-Do, la rage aux poings (T2 et 3)


RIKUDOU © 2014 by Toshimitsu Matsubara/SHUEISHA Inc.
© Edition Kaze Manga- Tous droits réservés



Frédéric Leray
8 décembre 2017




JPEG - 32.2 ko



JPEG - 35.5 ko



JPEG - 32 ko



JPEG - 28.9 ko



JPEG - 31.7 ko



JPEG - 35.6 ko



WebAnalytics