YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Green Worldz (T7 et 8)
Yusuke Osawa
Pika

Le groupe de Yui est parvenu au pied du gigantesque arbre, source de la maladie qui transforme les humains en êtres d’osier, mais qui peut également leur apporter le vaccin contre ses spores maudits. Seulement le temps joue contre nos héros, maintenant qu’ils ont pénétré dans l’arbre, ils doivent impérativement récupérer l’échantillon nécessaire au vaccin avant le levé du jour et le réveil des défenses de l’arbre. Bien sûr, des créatures d’osier surveillent le cocon, source des néo-humains mais également objectif de Nano. Toutefois,ces créatures ne font pas réellement le poids. Non, le véritable danger n’est pas d’origine végétale mais bien du même sang que nos héros. Et le traître à sa propre race n’est autre que Ryukoden. Malheureusement, le groupe de Yui a été noyauté par les espions de ce fou. Car son souhait n’est pas de sauver l’humanité mais de devenir un véritable dieu grâce au cocon. Un petit séjour à l’intérieur et il sera un humain supérieur. Toutefois, rien ne se passe comme il l’avait prévu.



Nano et ses nouveaux alliés sont revenus au Cocyte afin de donner les échantillons devant permettre l’élaboration du vaccin. Et il y a une personne en particulier qu’ils souhaitent sauver : Akira. Yui apprend horrifiée que celui qu’elle aime a été infecté par les spores et que sa transformation en homme d’osier a déjà atteint un stade avancée. Pire que cela, Akira a perdu un bras et un œil et même si le vaccin fonctionne, ses terribles blessures se rouvriront et pourraient lui être fatales sans une aide médicale immédiate. Pendant ce temps, Eudyptes a montré à Yamasato la formule tatouée dans son dos devant lui permettre de construire une machine à remonter le temps. Seulement, le scientifique a une mauvaise nouvelle à lui annoncer : le Yamasato du futur n’a pas dit toute la vérité à Eudyptes. Certes, il est revenu dans le passé mais celui d’une autre dimension et peu importe ce qu’il réalise ici, il ne modifiera pas du tout le passé de sa véritable dimension. En réalité, tous les changements dans le déroulement des événements ne servent que le Akira et les survivants de cet univers, il en restera encore tant d’autres à sauver...

JPEG - 123.9 ko

Suite et fin de cette série qui a gardé assez longtemps son mystère. Maintenant, nous savons qu’Eudyptes n’est autre qu’un Akira du futur. mais Yusuke Osawa nous a gardé une ultime surprise sur sa vision des voyages dans le temps, en tout cas avec la machine et la théorie appliquée par Yamasato. Mais avant de se lancer dans de la mécanique quantique, le tome 7 nous propose le dernier baroude d’honneur ou plutôt de déshonneur de Ryukoden. Le lecteur se doutait bien que d’avoir laissé vivant ce psychopathe n’était certainement pas la meilleure idée de Yui, seulement notre héroïne est à 100% gentille, un des rares personnages qui ne possède pas vraiment de côté obscur. Luly et son garde du corps vont donner le meilleur d’eux-mêmes pour sauver la jeune femme et permettre de créer le vaccin. Il est tout de même assez surprenant que Ryukoden soit suivi jusqu’au bout par certains. Tant qu’il cherchait à se faire de l’argent sur le dos de l’humanité, on pouvait encore concevoir que l’appât du gain puisse pourrir certains hommes, mais que les mêmes lui restent fidèles alors qu’il est devenu un néo-humain, là j’avoue être un rien sceptique. Mais soit, pourri un jour, pourri toujours et la vision que nous propose Yusuke Osawa de l’humanité n’est quand même pas des plus brillantes. Comme dans l’ancienne gare devenue un repère d’anciens repris de justice. Toutefois, n’ayant plus vraiment le temps de tergiverser, le mangaka ne va pas faire dans la dentelle avec eux et les combats vont se résumer à leur plus simple expression.

Le dernier tome sera évidemment celui des grandes retrouvailles, mais pour Akira, une étape s’impose : lui rendre son humanité. Ce sera aussi un test grandeur nature du vaccin. Les retrouvailles entre Yui et Akira ne seront donc pas tout à fait celles que les lecteurs et les deux protagonistes pouvaient espérer. Ce sera violent et traumatisant pour les deux personnages. Toutefois, Yusuke Osawa n’est pas le genre de mangaka à décevoir son lectorat et il va donc rester très classique dans sa conclusion. Toutefois, le mangaka se devait de finir sur un « happy end ». Il venait quand même de franchement mettre le morale d’Eudyptes dans les chaussettes, après sa grande révélation, surtout qu’il nous avait offert un long flash-back pour bien nous faire comprendre d’où venait son personnage et lever le voile sur les cauchemars de Yui. Le duel final mettra tous les personnages en action, certains révélant même un bon côté inattendu. Yusuke Osawa voulait clairement partir sur une note optimiste et l’ultime combat sera l’occasion de remettre Akira au premier temps et pouvoir enfin boucler cette boucle en 8 tomes. Comme Yusuke Osawa avait beaucoup à dire, il faut noter la taille exceptionnellement imposante des deux derniers tomes : plus de 250 pages chacun. Même s’il voulait cacher le sujet du voyage dans le temps le plus longtemps possible, comme il nous l’explique dans le tome 8, il ne pouvait finir sans faire un petit tour plus loin dans le passé. Mais pour changer quel futur ? En tout cas, son dernier chapitre ne ferme évidemment aucune option, laissant à l’imagination du lecteur de poursuivre l’aventure.

Bon, sous la couverture au début d’un sujet écologiste, “Green Worldz” s’est détourné du sujet pour faire de grandes hypothèses sur le voyage dans le temps. Une série qui aura su mener sa barque sur les 8 tomes, ce qui est déjà pas mal.


Green Worldz (T7 et 8)
- Auteur : Yusuke Osawa
- Traducteur  : Julien Favereau
- Éditeur français : Pika
- Format : 120 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 256 pages
- Date de parution : 5 avril et 31 mai 2017
- Numéro IBSN : 9782811634094 ; 9782811634100
- Prix : 7,50 €


A lire sur la Yozone :
Green Worldz (T1 et 2)
Green Worldz (T3 et 4)
Green Worldz (T5 et 6)


GREEN WORLDZ © 2014 Yûsuke ÔSAWA / Kodansha Ltd.
© Edition Pika - Tous droits réservés



Frédéric Leray
19 novembre 2017






JPEG - 28.7 ko



JPEG - 35.8 ko



JPEG - 32.2 ko



JPEG - 29.4 ko



JPEG - 36.7 ko



JPEG - 35.6 ko



WebAnalytics