YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Adam et Eve (T1 et 2)
Hideo Yamamoto et Ryoichi Ikegami
Kaze Seinen

Dans un luxueux club privé, un groupe de yakuzas se réunit afin de mettre au point un projet d’une envergure encore inégalé. Pour garantir leur incognito, toutes les hôtesses mises à leur disposition se retrouvent les yeux bandés. Elles peuvent bien sûr entendre tout ce qui se dit autour d’elles, mais attention à ne jamais répéter à qui que ce soit le contenu de ces conversations, sous peine de subir une peine sans la moins pitié de ces peu sympathiques messieurs. Les sept yakuzas présents ont tous une capacité hors du commun, un sens exacerbé à l’extrême. Le leader du groupe se fait appeler Smell et il a la faculté assez surprenante de boire ses verres d’alcool avec le nez. En fait, Smell est capable de percevoir des senteurs qu’aucun humain ne peut distinguer. Toutefois, sa capacité ne lui permit pas d’éviter le premier mort. A ce moment, Sakurai s’apprêtait à punir une fille un peu trop bavarde quand le colosse fut terrassé par des coups venus de nulle part, comme portés par un être invisible.



Le duo d’êtres invisibles massacre sans le moindre effort apparent les membres du club privé les uns après les autres, parvenant à contrer leurs capacités hors du commun en les retournant les unes après les autres contre leur possesseur. Toutefois, Minato compte bien stopper cette spirale infernale et mettre la main sur ces étranges créatures, en particulier la femme. Son don est le toucher et avec ses doigts, il est capable de donner une mort certaine mais également apporter un plaisir incomparable à ses partenaires. La présence de cette femme lui a titillé les sens, surtout qu’elle vient le provoquer directement. L’affrontement se transforme en une course poursuite au dessus des tables jusqu’à ce qu’il se retrouve enfin face à face. Comme il le pensait, la femme est totalement nue et les doigts de Minato commencent à caresser le corps de déesse de la créature invisible, il découvre ses courbes parfaites, et avec le talent d’un expert, il commence à doigter la mystérieuse créature. Toutefois, aussi surprenant que cela puisse paraître, le partenaire de la femme invisible semble prendre tout simplement son mal en patience...

JPEG - 84.2 ko

“Adam et Eve” est quelque part un petit ovni dans les mangas de l’année 2017. Tout d’abord, il associe le scénariste Hideo Yamamoto dont les séries majeures sont “Ichi the Killer” aux éditions Tonkam ou encore “Homunculus” également aux éditions Tonkam, avec un dessinateur mythique : Ryoichi Ikegami. Ce dernier n’est autre que le dessinateur des séries cultes comme “Crying Freeman” ou “Sanctuary”. Plus récemment, il s’est associé à un autre grand scénariste sur la série “Lord” : Buronson.

Avec une telle carte de visite, “Adam et Eve” ne pouvait qu’être surprenant. Hideo Yamamoto étant un spécialiste du monde de la mafia, il n’est donc pas étonnant de se retrouver pour un huis clos impliquant un groupe de yakuzas. Toutefois, dès les premières planches, l’ambiance est donnée avec une voiture conduite par un être invisible. Ces intentions ne semblent guère être paisibles, s’attaquant aux gardes de l’entrée du club. La logique des deux tomes sera des plus simples : les yakuzas présents vont affronter non pas un être mais un couple invisible. Chaque yakuza aura de son côté une caractéristique spécifique : un sens sur-développé dans des proportions surhumaines. Les êtres invisibles utiliseront les pouvoirs des yakuzas contre eux. Hideo Yamamoto parvient à mettre en scène chaque combat pour ajouter un peu de suspens, varier les modes d’assassinat pratiqués par les êtres invisibles. Le mangaka nous fera même le coup d’une avance rapide sur l’après massacre pour mieux revenir en arrière et nous présenter un final assez surprenant. En fait, le mangaka va garder un vrai mystère sur l’identité réel des êtres invisibles tout en avançant pourtant une explication. Jusqu’à la dernière page, le mangaka joue avec les nerfs de ses lecteurs sur ces êtres invisibles mais, peu à peu, des aspects sensuels et sexuels vont se mêler avec la violence des combats, transformant de simples affrontements en des danses mortelles où tous les sens sont exacerbés, transcendant les personnages et surtout leur mort.

Le dessin de Ryoichi Ikegami est tout simplement bluffant. Le côté hyper-réaliste colle parfaitement à l’histoire. Le mangaka suggère un érotisme larvé sans passer vers le porno. La scène de masturbation de la femme invisible en est la parfaite illustration. Ryoichi Yamamoto passe de la violence à l’érotisme sans prendre de gants, jouant sur ces ambivalences chez les yakuzas qui n’hésitent pas à mélanger les deux dans leurs actes. Les deux couvertures annoncent la couleur sur la qualité du dessin qui attend le lecteur et encore, la colorisation est trompeuse car le crayonné de Ryoichi Ikegami n’a nullement besoin de cet artifice. Il se suffit à lui-même, avec une précision diabolique, ne négligeant aucune case, grande ou petite. Le mangaka nous ravit avec des pleines pages et des doubles pages. Il parvient à résoudre la difficulté de représenter des êtres invisibles sans devoir représenter leurs contours avec son talent habituel. L’imagination des Ryoichi Yamamoto est toujours aussi impressionnante et nous surprend encore.

“Adam et Eve” est ce genre d’ovni qui nous réjouit car inattendu et original . Une vraie réussite en seulement deux tomes.


Adam et Eve (T1 et 2)
- Scénario : Hideo Yamamoto
- Dessin : Ryoichi Ikegami
- Traducteur  : Yohan Leclerc
- Éditeur français : Kaze Manga
- Collection : Seinen
- Format : 127 x 182, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 240 pages
- Date de parution : 2 novembre 2017
- Numéro ISBN  : 9782820329257
- Prix : 8,29€


ADAM TO EVE © 2016 Hideo YAMAMOTO, Ryoichi IKEGAMI/SHOGAKUKAN
© Edition Kaze Manga- Tous droits réservés


Frédéric Leray
10 novembre 2017






JPEG - 26.9 ko



JPEG - 25.7 ko



JPEG - 26.8 ko



JPEG - 23.4 ko



JPEG - 28.7 ko



JPEG - 37.8 ko



WebAnalytics