YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Museum (T3)
Ryôsuke Tomoe
Pika

Hisashi Sawamura est le prisonnier du tueur. Avoir découvert son identité ne lui sert pas à grand chose, coincé dans cette pièce où le tueur l’alimente par la tuyauterie du plafond. La seule porte de sortie ne s’ouvre qu’avec un mot de passe, mais lequel ? Son seul indice est ce puzzle d’un dessin de son fils. Après avoir tout tenté pour sortir par ses propres moyens, Hisashi finit par s’attaquer au puzzle et un mot apparaît écrit sur le dessin : eat. Serait-ce cela le mot de passe : manger ? En tout cas, pas question d’entamer les horribles hamburgers que lui sert le tueur. Son premier essai s’avère concluant. Était-ce aussi simple que cela ? Armé de son revolver, Hisashi traverse l’espèce de cuisine abandonnée qui se trouve derrière la porte. Toutefois son instinct est en alerte maximum quand il s’approche du réfrigérateur au fond de la cuisine. Hisashi hésite à regarder à l’intérieur, mais il sait qu’il ne peut rester avec cette terreur qui s’installe en lui. Ce qu’il y découvre aurait détruit la santé mentale de n’importe qui : les hauts des têtes de sa femme et de son fils...



Nakano a un rêve : devenir écrivain. Mais ce n’est pas vraiment le genre d’ambition dont on se vante auprès de ses amis. Bon, d’un autre côté, Nakano n’a pas vraiment beaucoup d’amis. Pour être franc, il n’en a que deux : Jin et Sei. Ce dernier vient d’avoir son permis de conduire et il propose à ses deux potes de faire une petite virée pour fêter l’événement. Leur destination : la montagne des pendus. Il semblerait qu’un professeur de leur lycée s’y serait rendu et qu’il n’en serait pas revenu. De quoi générer les rumeurs les plus folles. Alors pourquoi ne pas s’organiser une petite chasse au corps ? Bon, ce n’est juste qu’une excuse pour se faire un petit délire entre potes, seulement la balade va tourner au cauchemar quand Sei renverse par inadvertance une personne traversant la route. Le choc est tel que le visage de la victime est devenu méconnaissable. Sei panique complètement, refusant de devoir assumer cet accident. Ils sont au milieu de nulle part, en direction de la montagne des pendus. Il suffirait d’enterrer le corps dans un coin de la forêt, ni vu ni connu ! Seulement, Jin refuse d’être complice d’un meurtre...

JPEG - 94.1 ko

Suite et fin de ce polar de Ryosuke Tomoe. Vu la situation où se trouvait l’inspecteur Sawamura à la fin du tome 2, la conclusion de son enquête approchait à grands pas. Nous connaissions alors l’identité du tueur et Sawamura commençait à voir sa raison flanchée. Une fin à la “Seven” s’annonçait même avec la découverte des têtes dans le réfrigérateur. Toutefois, pour des raisons éditoriales ou pour câliner son lecteur, Ryosuke Tomoe va gâcher fortement le plaisir en nous révélant trop rapidement les clés de son intrigue. Au lieu de rester avec son personnage principal jusqu’à la scène cruciale dans le couloir souterrain, le mangaka nous fait des apartés avec le tueur, expliquant son plan, retirant malheureusement tout effet de surprise. Surtout que le comportement de Sawamura est alors totalement prévisible par ses propres flash-backs. La fin de l’enquête en devient même presque anecdotique. Pourquoi d’ailleurs passer autant de temps sur l’après enquête ? Certes, Ryôsuke Tomoe cherche à finir sa série en mode « fin de film d’horreur » mais la déception est telle que cela ne suffit pas. Les choix scénaristiques du mangaka ne convainquent pas car c’est un peu comme si votre voisin vous expliquait la scène suivante avant qu’elle n’arrive.

Et l’histoire principale étant particulièrement courte, cela laisse la possibilité d’y ajouter une petite nouvelle qui s’avère une excellente surprise. Le format court oblige non seulement à la concision mais surtout à l’efficacité. Cette histoire de potes tournant en vrille après un accident fait d’abord penser à “Souviens-toi l’été dernier”, mais il n’y aura pas de vengeance d’outre-tombe. Ce sera un bon vieux pétage de plomb qui finira en carnage. Mais cette fois le mangaka a une double surprise pour son lecteur, une double fin réellement originale qui, certes, ne rattrape pas le rater de l’histoire principale, mais qui mérite le détour et rend ce tome intéressant. Attention, cette nouvelle n’a rien à voir avec l’histoire du tueur en série, mais est bien un travail indépendant qui montre toutefois que Ryôsuke Tomoe pouvait faire bien mieux que le final qu’il nous avait proposé.

Bon, “Museum” ne termine pas sur la note que l’on aurait espéré mais la petite nouvelle en fin de tome nous laisse penser que Ryôsuke Tomoe a de quoi nous proposer mieux... bien mieux.


Museum (T3)
- Auteur : Ryôsuke Tomoe
- Traducteur  : Thibaud Desbief
- Éditeur français : Pika
- Format : 133 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 240 pages
- Date de parution : 18 octobre 2017
- Numéro IBSN : 9782811635329
- Prix : 8,05 €


A lire sur la Yozone :
Museum (T1)
Museum (T2)


MUSEUM © Ryosuke TOMOE / Kodansha Ltd.
© Edition Pika - Tous droits réservés



Frédéric Leray
6 novembre 2017






JPEG - 17.4 ko



JPEG - 25 ko



JPEG - 25.4 ko



JPEG - 31.1 ko



WebAnalytics