YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Chats écrivent des haïkus (Mes)
Minami Shinbô
Éditions Philippe Picquier, recueil traduit du japonais, merveilleux, novembre 2017, 80 pages, 12€


Minami Shinbô met les chats au cœur des 26 haïkus au sommaire. Il les a écrits selon leur point de vue, ce qui se traduit forcément par des situations qui ne sont pas familières à l’homme. Leur quotidien est ainsi décrypté au fil des saisons.
De plus, il accompagne chaque haïku par un dessin. Il croque ainsi des chats qu’il connaît et volontairement ils affichent des têtes toute rondes, des mimiques que chaque possesseur de ces petits félins reconnaîtra et dont il s’amusera.
Chaque duo haïku-dessin est mûrement pensé, les deux se complètent, ils se nourrissent l’un de l’autre afin de mieux capter l’attention du lecteur.
Même si un haïku est très bref, il faut prendre le temps de le parcourir, en savourer les sonorités donc la musique éveillée par les mots.
Dans « Mes chats écrivent des haïkus », le mangaka Minami Shinbô allie la magie des mots à celle des dessins, mettant à chaque fois un chat en situation.
Les félins se découpent dans les dessins dont la fausse naïveté ne les rend que plus attractifs et d’autant plus en accord avec les pseudos poètes aux moustaches. L’emploi d’une couleur dominante à chaque fois permet de mettre l’accent sur les détails.

Chaque haïku n’est pas forcément accessible à la première lecture, forcément c’est un chat qui l’a écrit ! Plus sérieusement, il faut sûrement maîtriser ses classiques pour en saisir toutes les subtilités, ce qui n’est pas à la portée de tout le monde.
Intelligemment, des notes en fin de volume apportent des précisions sur chaque haïku, ce qui donne une autre lecture des miniatures.
La figure du chat éveille la sympathie et donne le ton de ce livre qui existe pour donner du bonheur aux lecteurs. Ceux-ci doivent trouver le temps de s’imprégner de la philosophie de cet ouvrage, d’apprécier les plaisirs simples, donc de profiter des petites joies que la vie peut leur offrir, tout en conservant la capacité de s’émerveiller.

« Mes chats écrivent des haïkus » relève de la curiosité, car il en faut pour franchir le pas et s’intéresser à cet art délicat et complexe. Minami Shinbô le rend d’autant plus attractif et accessible qu’il lui adjoint le dessin et qu’il a imaginé donner la parole aux chats pour l’occasion.
À lire et à relire sans modération pour en saisir toute la richesse.
Lisez tout l’article sur Wikipédia pour comprendre la complexité du haïku.


Titre : Mes chats écrivent des haïkus (Nekohai 2, 2016)
Auteur : Minami Shinbô
Traduction du japonais, postface et notes : Brigitte Allioux
Couverture et illustrations intérieures : Minami Shinbô
Éditeur : Éditions Philippe Picquier
Site Internet : Recueil (Site éditeur)
Pages : 80
Format (en cm) : 16 x 22,5
Dépôt légal : novembre 2017
ISBN : 9782809713060
Prix : 12 €


Pour écrire à l’auteur de cet article :
francois.schnebelen[at]yozone.fr


François Schnebelen
21 novembre 2017






JPEG - 24.5 ko



WebAnalytics