Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Streamliner (T1) Bye-Bye Lisa Dora
Fane
Rue de Sèvres

“Streamliner” est l’histoire de la plus dingue des courses de vitesse dans un désert appartenant à une légende, encore vivante, des courses de Streamline, Evel O’Neil, l’homme venu de nulle part qui fit la nique à toutes les écuries professionnelles dans les années 50. Déclaré mort dans le crash de sa célèbre Black Widow, alors qu’il venait de réaliser ce chrono hallucinant de 478 km/h, il s’est en fait retiré dans une immense zone désertique, qu’il a pu acheter avant que l’État, juste après la fin de la Grande Guerre Continentale en 1951, ne s’y intéresse.
O’Neil a anticipé la création de la route 666, reliant les deux États autrefois en guerre, et a créé, sur le lieu du crash de son bombardier, en 1950, la station Lisa Dora, du nom de son B-17.



Le bombardier, abandonné là par les autorités, trône fièrement sur le domaine, emblème d’une station et monument érigé par O’Neil en mémoire de ses neufs camarades morts cette tragique nuit.

JPEG - 234.6 ko

Le génie du mécano fit sa gloire dont les gangs et autres opposants à l’État fédéral, amateurs de runs sauvages, se souviennent encore.
Quand Billy Joe, chef du gang des Red Noses, déboule au Lisa Dora, ce n’est pas pour saluer O’Neil dont il méconnaît la présence en ce lieu. Non, c’est pour profiter de cette étendue désertique immense, hors des lois fédérales, où il va pouvoir organiser le run annuel qui, chaque fois, met à la tête des Red Noses le plus rapide, lui permettant d’arborer leur symbole de puissance, une Winchester où l’homme gravera son nom.
Il veut imposer leur présence aux propriétaires des lieux, le vieil O’Neil et sa fille Cristal, passer un bon moment, foncer dans le désert dans sa vieille Ford V8, un roadster des plus performants, et repartir pour une cinquième année consécutive comme indiscutable chef des Red Noses.

JPEG - 213.9 ko

L’aventure ne se passera pas comme il le souhaite car son lieu secret, sorte de circuit fermé hors de toute juridiction, enlevant le caractère alors illégal de cette course, va attirer une multitude de concurrents voulant s’inscrire au run le plus fou de tous les temps.
Le gang des Black Panties, de Sue Ferguson, bande de filles à moto qui va imposer sa présence, le furieux William Boney, dit « The Kid », criminel en fuite qui arrive au Lisa Dora les Fédéraux au cul et qui profite d’avoir piqué la Ford 1932 Turdo Sandan à son beau-frère pour s’inscrire à la course et profiter de la planque. Et Calamity, la rock-star qui vient régler un vieux contentieux amoureux avec Billy Joe et profiter d’un moment qui se médiatise pour faire un coup de promo avec sa Ford A 1931 Tudor.

JPEG - 162.7 ko

Car le run tranquille, au fin fond du désert, attire aussi l’État Continental. Le Bureau Fédéral décide d’y éliminer « The Kid » pendant la course, engageant une puissante Chevrolet’52, avec deux hommes à bord et quelques détonnantes surprises sous le capot. Ils doivent dégommer la cible, gagner la course et foutre une belle pagaille pour que l’État puisse mettre la main sur ce territoire, sous le prétexte d’y restaurer un peu d’ordre. Pour le plus grand désespoir de Cristal, le Bureau Fédéral monte un deal avec la Continental Vision qui pourra filmer et diffuser en direct de son ballon dirigeable, l’USS Graffberg, hyper médiatisant l’événement. Pire, son père, lors d’une partie de poker très alcoolisée, met en jeu le titre de propriété du Lisa Dora. Si elle ne veut pas perdre leur propriété, elle se doit de très vite remettre d’aplomb la Black Widow, retapée secrètement par 0’Neil, et tout jouer, y compris sa vie, dans la plus dingue de toutes les courses : la Runaway Rebel Race.

Le gagnant deviendra propriétaire des lieux et chef des Red Noses, de quoi férocement motiver « The Kid » et cette tête brûlée du gang, Nicky « The Head », capable de tout pour mener son coupé Ford’32 sur la ligne d’arrivée.

JPEG - 249.4 ko

Pour l’instant, Fane, qui porte ici un son grand projet personnel, nous laisse sur la ligne de départ, dix minutes précisément avant le coup de feu libérant les participants. Sur un récit fort de 156 pages, il présente tous les intervenants de cette folle aventure, s’amusant à mêler son encre de chine au cambouis des moteurs poussés à l’extrême. Dans un théâtre qui ressemble à une Amérique uchroniquement décalée, il développe une histoire assez simple, aux personnages parfois un peu caricaturaux, mais qui rappellent qu’il n’a pas envie d’une dramatique pure et dure, mais plutôt de quelques bons moments de comédie, dans une forme de western mécanique dont les premières armes de duels sont des moteurs trafiqués et poussés au plus fort de leurs possibilités de vitesse. On embarque, on s’amuse, suivant le trait plein de spontanéité et d’énergie, ne chicanant pas sur quelques défauts vite absorbés par le rythme et la douce folie de ces personnages avides de sensations fortes et d’une liberté, revendiquée hors-la-loi. L’univers est bien construit, avec quelques fausses pubs et illustrations inter-chapitres fort réussies et bien dans l’esprit de l’époque. Un régal !

Ce premier tome de “Streamliner” est un très bon moment de plaisir, une sucrerie à croquer juste avant que les moteurs ne vrombissent et ouvrent le temps de la course, pour un tome 2 intitulé “All-in-Day”.

Sortez humer l’air du désert, avant qu’il ne s’embrase... vous ne le regretterez pas !


Ce projet a d’abord été porté chez les éditions Comix Buro, avant d’arriver chez Rue de Sèvres, sous le regard bienveillant d’un Olivier Vatine qui avait ouvert les pages d’un Sketchbooks où Fane, repreneur de la série “Joe Bar Team”, affichait sa passion pour les carbu, pistons et autres moteurs pétaradant, sans oublier quelques jolies filles des Black Panties. Un très bon Sketchbook à retrouver sur la Yozone...


(T1) Bye-Bye Lisa Dora
- Série : Streamliner
- Scénario et dessin : Fane
- Couleurs : Isabelle Rabarot
- Éditeur : Rue de Sèvres
- Pagination : 160 pages couleurs
- Format : 21 x 27,5 cm
- Dépôt légal : 19 Avril 2017
- Numéro ISBN : 9782369815556
- Prix public : 22,50 €


À lire sur la Yozone :
Fane, un Sketchbook tout feu, tout flamme


Illustrations © Fane et Éditions Rue de Sèvres (2017)


Fabrice Leduc
27 octobre 2017






JPEG - 69.2 ko



JPEG - 98.2 ko



JPEG - 89.8 ko



JPEG - 96.4 ko



JPEG - 91.6 ko



JPEG - 71.7 ko



JPEG - 91.3 ko
Essai de couverture pour ce T1



JPEG - 95.3 ko



JPEG - 79.7 ko
Illustration du Sketchbook Fane chez Comix Buro



JPEG - 96.9 ko



WebAnalytics