YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




No Body (Episode 2) Rouler avec le diable
Christian De Metter
Soleil - Noctambule

C’est avec « Soldat inconnu », premier tome de cette série d’anthologie prévue en quatre albums que l’on a découvert cet étonnant personnage, arrêté en 2007, dans l’état américain du Montana sur le lieu d’un crime. Il s’accuse d’avoir assassiné son ancien coéquipier, mais tant et tant de zones d’ombres planent sur son identité, sur les aveux qu’il fait, sur l’absence de corps, sur le passé qu’il raconte, qu’il est bien difficile d’avoir des certitudes sur cet homme de 57 ans, épais, barbu et chevelu, au corps couvert de tatouages et qu’on appelle Nobody.



« Je ne suis pas fou, je suis cent pour cent coupable. »

Mais il n’est pas personne pour tous, notamment le FBI, qui possède un copieux dossier sur lui, mais qui bloque l’enquête pour que Nobody ne raconte trop d’éléments de son passé. Un an après son arrestation, une jeune psychologue a été chargée par le juge instruisant l’affaire de dresser le profil psychologique de cet homme qui livre des éléments dont beaucoup ne collent pas à la réalité.

JPEG - 138 ko

Rapidement, un lien de confiance s’est créé entre les deux personnages, le docteur Brennan lui montrant son esprit d’indépendance, son absence d’envie de juger, son désir d’entendre et de comprendre les vérités d’un homme, piégé par le FBI et obligé de travailler pour eux. Dans les années 60, il collabore au projet Cointelpro, un programme imaginé par J.-F. Hoover visant à infiltrer et neutraliser les organisations dissidentes en les rendant violentes et alors faciles à discréditer auprès de l’opinion publique (voire tome 1).
Pour cette nouvelle rencontre avec la psychologue, Nobody se projette dix ans plus tard, au milieu des années 70. Il est agent du FBI, spécialiste des infiltrations, et sa mission est de faire tomber un gang de bikers ultra-violents, les Napalm’s Soldiers, des un-pourcentistes, spécialistes des braquages de banques. Le gouvernement américain a créé le B.E.T. (Bikers Enforcement Team), un puissant moyen de faire tomber les groupes de bikers violents, notamment les Hells Angels. Toutes les agences gouvernementales sont concernées par cette guerre secrète, dont le FBI. Nobody est de la fête, avec ce fameux Henry, un junkie qui et aussi son indic, ce même homme qu’il s’accuse d’avoir assassiné en 2007 !

JPEG - 201.6 ko

Étonnement, j’avoue ne pas être vraiment monté dans cette aventure “No Body”, à lecture du tome 1. Déçu un peu par le graphisme de De Metter, que j’apprécie pourtant pour ses choix de scénarios, souvent très littéraires et audacieux, et pour ses ambiances si picturales (Dusk, Shutter Island, “Rouge comme la neige”, “Au-revoir là-haut”).

Et là, dans cette tranche très sombre du passé de Nobody, dans cet univers désespérant et particulièrement violent, j’ai à nouveau rencontré cet auteur aux histoires sombres, glauques, mais passionnantes. Car dans cet enfer à la “Sons of Anarchy”, il induit un degré de danger, de malignité malsaine, qui interpelle tout en traçant le récit d’une amitié forte, au bout de la rencontre de deux hommes, brisés, orphelins de tout lien social, qui vont affronter, droit dans les yeux, le mal le plus absolu. Une expérience appelée à changer Nobody, mais cela, le scénariste le racontera plus tard, nous laissant sur un final saisissant qui incite à entrouvrir la suite des « mémoires », vraies ou fausses, de cet étrange et intriguant personnage.

Graphiquement je suis vraiment plus monté sur la moto (!), il y a tant de force dans le trait de De Metter... et je vais rapidement replonger dans ce premier tome, peut-être un peu trop rapidement abordé !
Sur le principe des séries d’anthologie, comme pour les séries TV, “No Body” couvre quatre époques différentes de la vie de ce personnage dont la perception entre le bien et le mal est totalement bouleversée. Ces épisodes pourraient se lire indépendamment, même si un fil rouge les relie, qui nous dira peut-être au bout du compte une vérité, celle d’une personnage sans identité, d’un meurtre sans corps, d’une certaine réalité américaine.

Du polar captivant, aux ambiances pesantes et glauques, et une suite qu’on voudrait très vite explorer...


Dans le même temps où est sorti l’épisode 3 de “No Body”, “Entre le ciel et l’enfer” (4 octobre 2017), les épisodes 1 et 2 sont publiés sous un coffret du plus bel effet, au prix imbattable de 25 €. Parfois, on se demande pourquoi acheter les BD au fil des parutions ? En tout cas, voici une très bonne idée pour la fin d’année.


(Episode 2) Rouler avec le diable
- Série : No Body
- Scénario, dessin et couleurs : Christian De Metter
- Éditeur : Soleil
- Collection : Noctambule
- Pagination : 76 pages couleurs
- Format : 19,5 x 27,5 cm
- Dépôt légal : 5 avril 2017
- Numéro ISBN : 978-2-3020-5973-3
- Prix public : 15,95 €


Illustrations © Christian De Metter et Éditions Soleil (2017)


Fabrice Leduc
17 octobre 2017






JPEG - 66.1 ko
No Body (Episode 2) Rouler avec le diable



JPEG - 67.9 ko



JPEG - 60.7 ko



JPEG - 57 ko



JPEG - 78.7 ko



JPEG - 67.7 ko
No Body (Episode 3) Entre le ciel et l’enfer



WebAnalytics