Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Cœurs glacés
Gunnar Staalesen
Gallimard, Folio Policier, roman traduit du norvégien, policier, 400 pages, septembre 2017, 8,20€

Bergen, Norvège, en Janvier : le détective privé Varg Veum reçoit la visite d’une prostituée, une ex petite amie de son fils. Hege s’inquiète pour sa copine Margrethe Monsen qui a disparu depuis le vendredi soir, la fameuse nuit où elle a refusé de partir avec des clients.
En acceptant la mission, Veum va appréhender la vie de ces filles qui n’ont pas eu d’autres choix que de se vendre, mais aussi fouiller le passé de Margrethe dont le frère n’est pas retourné en prison après une autorisation de sortie pour le week-end.
Il lui faudra toute sa ténacité, mais également ignorer les menaces, pour comprendre ce qui s’est passé.



Varg Veum, le détective privé imaginé par Gunnar Staalesen, est une célébrité en Norvège, dont l’anniversaire est fêté chaque 15 octobre. À Bergen, il existe même un parcours Varg Veum organisé par des guides locaux. « Cœurs glacés » est sa treizième aventure et le même mois, les éditions Gaïa publient « Le vent l’emportera », sa quatorzième.
Varg Veum est un solitaire, il a divorcé, fait le désespoir de son banquier, car les affaires ne sont pas légion. Il connaît du monde, aussi bien dans la société que dans la police. On peut le qualifier de têtu, car pas grand-chose ne l’atteint. Une fois qu’il s’est fixé un but, il va jusqu’au bout quels qu’en soient les risques. Dès le début, il ignore les avertissements qui lui sont adressés. Il faut dire qu’il met les pieds dans un monde de l’ombre où les filles préfèrent se taire qu’encourir la colère de leurs souteneurs. Des gens troubles gravitent dans ce milieu.
Comme si cela ne suffisait pas, Veum découvre que l’enfance de Margrethe et de ses frère et sœur était tragique. Ce n’est qu’à force de questionnement qu’il met le doigt sur la vérité, sur l’horreur, peut-être la cause de toute une série d’événements tragiques.
Gunnar Staalesen livre un récit aux détails particulièrement sordides.

À l’image de l’inspecteur Columbo, Varg Veum ne cesse de revenir voir les différents protagonistes de l’affaire, ses questions se précisant toujours plus pour en cerner toutes les caractéristiques et ainsi parvenir à une conclusion, du moins faire réagir. Au début, il est accueilli avec le sourire, tout le monde faisant bonne figure, pensant lui cacher les détails gênants, mais quand il revient à la charge, les visages s’assombrissent, les réponses deviennent plus acerbes. Varg Veum n’hésite pas à remuer la fange pour en extraire la vérité. Il est plus dans la persuasion, il préfère la parole à l’action mais lorsqu’il y est obligé, il ne se défile pas et prouve qu’il n’est pas manchot en la matière, ce n’est juste pas son truc. Il faut aussi remarquer sa droiture, alors qu’il aurait pu profiter de nombreuses situations.
Son enquête est très bien ficelée, le lecteur prend plaisir à suivre son cheminement et la profusion de dialogues donne du rythme au récit. Les 400 pages peuvent quasiment se lire d’une traite. Une fois immergé dans « Cœurs glacés », il est difficile de décrocher.

Gunnar Staalesen traite des sujets d’actualité, il ne donne pas une vision idyllique de la Norvège. Il évoque la société avec ses failles (le proxénétisme, les enfants maltraités, les personnes préférant détourner le regard plutôt que d’affronter la réalité...). Il n’oublie pas de traiter de la solitude, du poids à tout devoir garder en soi pour causes diverses. Son discours n’en devient que plus percutant et touche davantage les lecteurs.

En la personne de Varg Veum, Gunnar Staalesen met en scène un détective privé aux enquêtes très prenantes. « Cœurs glacés » en est la treizième aventure et donne envie de découvrir les autres tomes de cette série, d’autant que la vie de Veum y est exposée et qu’il ne s’agit en rien d’un surhomme, tout simplement d’un homme avec des principes et qui fait ce qu’il peut dans une société en rien idéalisée par un auteur réaliste sur la situation actuelle. C’est aussi l’occasion de voyager dans Bergen, ville que Veum connait parfaitement.

La Norvège ne manque pas d’auteurs de polar de talent et Gunnar Staalesen en fait partie. Une série vraiment à découvrir !


Titre : Cœurs glacés (Kalde Hjerter, 2008)
Auteur : Gunnar Staalesen
Traduction du norvégien : Alexis Fouillet
Couverture : ©Wehner/Plainpicture (détail)
Éditeur : Gallimard (1ère édition française : éditions Gaïa, 2015)
Collection : Folio Policier
Site Internet : Roman (site éditeur)
Pages : 400
Format (en cm) : 10,9 x 17,8
Dépôt légal : septembre 2017
ISBN : 9782070792344
Prix : 8,20 €


Pour écrire à l’auteur de cet article :
francois.schnebelen[at]yozone.fr


François Schnebelen
23 octobre 2017






JPEG - 31.2 ko



WebAnalytics