YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Perfect Blue
Edition simple DVD - Kaze
24 mai 2017

L’animation japonaise fête ses 100 ans en 2017. “Perfect Blue”, premier film d’animation du grand réalisateur Satoshi Kon, fête quant à lui le vingtième anniversaire de sa sortie en salle au Japon. Ce film est l’un des premiers longs métrages japonais à avoir eu l’honneur d’être diffusé dans les salles de cinéma françaises. Car soyons francs, à l’époque, pour beaucoup, la Japanimation se résumait à “Dragon Ball”, “Les Chevaliers du Zodiaque” ou “Goldorak”. “Perfect Blue” montrait que les films d’animation pour public adulte étaient d’un excellent niveau, voire même meilleur que bien des polars classiques.



LE SUJET

Mima est la chanteuse phare d’un groupe d’Idols. Elles sont trois dans le groupe, avec leurs fans inconditionnels, les suivant pas à pas dans tous leurs trajets, même pour une petite présentation. Seulement aujourd’hui, Mima a une grande déclaration à faire : ce concert est son dernier. Elle quitte le groupe pour se lancer dans une carrière d’actrice. C’est un véritable challenge pour la jeune fille, un vrai défi, surtout que les Idols comme elle ne sont pas vraiment prises au sérieux. Mais Mima croit en ses chances et se donne à fond pour la série qui doit lui ouvrir les portes du cinéma. Bon, ses premiers rôles se réduisent à peu de texte, mais ce n’est que le début. Sur internet, un fan a créé un site qui lui est entièrement dédié. Il raconte sa vie au jour le jour, mais il ne semble pas accepter son revirement de carrière. mais peu importe, Mima a un rôle à jouer, un personnage à incarner, quitte à laisser ce personnage devenir un autre elle-même...

JPEG - 90.6 ko

CE QUE L’ON EN A PENSE

“Perfect Blue” est le premier long métrage de Satoshi Kon, qui nous donnera par la suite des œuvres mémorables comme Millenium Actress, “Tokyo Godfathers”

, Paranoia Agent ou encore Paprika. Le réalisateur se lançait ici dans un thriller très particulier, où très vite le spectateur ne sait plus trop ce qui est le réel ou l’imaginaire de la jeune Mima. Le rôle qu’elle joue se mélange peu à peu au monde réel, alors que des morts suspects se multiplient dans son entourage. Satoshi Kon tient parfaitement son histoire, et prend plaisir à mener le spectateur vers des fausses pistes pour mieux le surprendre au dernier moment. Son adaptation du roman de Yoshikazu Takeuchi est parfaitement maîtrisée et le résultat est des plus impressionnants.

“Perfect Blue” est un film qui s’avère complexe, à tiroir, Satoshi Kon étant bien plus pervers dans sa mise en scène qu’un premier visionnage ne le laisse paraître, car il donne de nombreux indices sur son récit, et cela dès la première scène. Satoshi Kon raconte avoir voulu mettre dans son film un grand nombre de références à des oeuvres qui l’ont particulièrement marqué comme “Blade Runner”, “Requiem for a Dream”, “The Shining” ou encore “Batman Returns”. Il leur mélange des thèmes de la psychiatrie et de la psychologie comme les théories d’inconscient collectif, de persona ou encore du syndrome de Stendhal. Le résultat est bluffant et il ne faut pas hésiter à regarder plusieurs fois “Perfect Blue” pour vraiment savourer toutes ses finesses.

Vingt ans après, il est facile de critiquer l’animation. Il est vrai que les décors sont un peu figés et le côté dessin en 2D n’a pas la flexibilité et le dynamisme des dessins actuels. Mais pour l’époque, c’était un vrai challenge et le résultat est vraiment de grande qualité. Car d’ailleurs, il n’y avait pas de comparaison réellement possible avec d’autres oeuvres similaire. Vouloir comparer “Perfect Blue” avec les œuvres de Walt Disney est parfaitement hypocrite (n’en déplaise à mon propre collègue ayant critiqué le film à l’époque ou plutôt deux ans plus tard). Les moyens ne sont pas les mêmes, et “Perfect Blue” n’a pas derrière lui la grosse machine de guerre des studios américains. Mais “Perfect Blue” n’a pas besoin de profusion d’effets pour exister, bien au contraire, c’est à la limite du huis clos dans la tête de Mima et le rendu visuel trompant régulièrement le spectateur atteint son objectif sans la moindre difficulté : nous berner.

“Perfect Blue” est un succès mondial, le film étant récompensé à de multiples reprises par des prix tels que celui du meilleur long-métrage d’animation au B-Movie Film Festival (USA), du meilleur film d’animation à FantAsia ou encore meilleur film d’animation lors du Fantasporto (Portugal).

Pour ceux qui voudrait tout savoir sur ce film, les éditions Kaze sortent également une édition collector comprenant les bonus du DVD normal, une interview du réalisateur réalisée à la sortie du film en 1997, un entretien avec la comédienne de doublage qui prêtait sa voix à Mima ou encore une session d’enregistrement de la chanson mythique des Cham, mais également deux livrets exclusifs avec des travaux de recherche, des éléments du story board, de nombreuses illustrations en couleurs ainsi que des documents préparatoires ayant servi à une série de conférences.


PERFECT BLUE
EDITION SIMPLE DVD

Perfect Blue
Film d’animation japonais de Satoshi Kon (1998)
Avec les voix de Junko Iwao, Rica Matsumoto, Shinpachi Tsuji, Masaaki Ôkura, Emi Shinohara, Masashi Ebara, Kiyoyuki Yanada, Tôru Furusawa,...
Réalisation : Satoshi Kon
Scénario : Sadayuki Murai d’après le roman de Yoshikazu Takeuchi
Producteurs : Hiroaki Inoue, Masao Maruyama
Musique originale : Masahiro Ikumi
Image : Hisao Shirai
Montage : Harutoshi Ogata
Direction artistique : Nobutaka Ike
Son : Shizuo Kurahashi, Masafumi Mima
Supervision de l’animation : Katsuhiro Ôtomo
Production : Rex Entertainment

DVD
Couleur, PAL
Audio : 2.0 - 5.1
Audio description : Français - Japonais
Sous-titres pour sourds et malentendants : Français
Région :2
Format d’image : 16/9
Distributeur : Kaze
Date de sortie  : 24 mai 2017
Durée  : 82 minutes

BONUS
- Enregistrement « Angel of the Heart » (4’20)
- Entretien avec Junko Iwao (5’40)
- Entretien avec Satoshi Kon (11’)
- Le trailer japonais (1’55)


©1997 MADHOUSE


Frédéric Leray
11 octobre 2017






JPEG - 26.7 ko



JPEG - 6.7 ko



JPEG - 10.9 ko



JPEG - 8.7 ko



JPEG - 8.7 ko



JPEG - 15.4 ko



JPEG - 17.7 ko



JPEG - 14.6 ko



JPEG - 8.6 ko



JPEG - 8.8 ko



JPEG - 6.1 ko



JPEG - 7.3 ko



JPEG - 33.1 ko



WebAnalytics