YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Meminisse (T1 et 2)
Makoto Shiozuka
Doki-Doki

Rai pourrait être un lycéen comme un autre pourtant, non seulement il a perdu ses parents très jeune mais il n’a également aucun souvenir de sa petite enfance. En fait, sa vie semble avoir commencé il y a dix ans. Il n’est pas vraiment dans le besoin, il reçoit tous les mois de l’argent du gestionnaire de son héritage, et son ancien professeur principal ne le lâche plus depuis le collège. Toutefois, un matin, il retrouve son bureau de classe empalé au sommet d’une montagne de barres d’acier. Qui a bien pu réaliser cet ouvrage de malade ? Et qui est donc la jeune fille assise sur une poutre de métal et qui annonce que ceci n’est qu’un avertissement venant d’une personne en voulant à Rai. Une personne qui paraît pourvue de pouvoirs dépassant ceux d’un humain normal. D’ailleurs, Sai est, elle-aussi, une de ces personnages dotée de capacités surnaturelles, les Shiki Recepters. Sai possède la capacité de lire dans les souvenirs mais aussi de les modifier. Étrange pouvoir pour quelqu’un qui a perdu tout souvenir de son passé.



Rai a été recruté par le groupe Leviathan, une organisation regroupant des Shiki Recepters enquêtant sur les méfaits d’autres Shiki Recepters. En fait, quand une affaire criminelle semble sortir de l’ordinaire, les Leviathan sont appelés en renfort. La première enquête de Rai concernent des personnes qui paraissent être mortes d’une crise cardiaque, mais avec un rictus de terreur déformant leur visage. C’est en réalité le douzième meurtre perpétré par un nouveau tueur en série. Rai n’est pas habitué à ce genre d’enquête et très vite, il se retrouve en opposition avec son supérieur. Se bastonner avec son chef n’est pas la meilleure manière de réussir une intégration. Seulement Rai a aussi un ennemi qui cherche à lui nuire de la pire des façons. Ce dernier a déjà convaincu un Shiki Recepter de l’attaquer, sous prétexte que Rai aurait tué sa sœur avant de perdre la mémoire. N’ayant aucun souvenir de cette période, Rai ne sait trop quoi penser de ses dires. Tout ce qu’il sait est la nature de son pouvoir : Rai peut détruire toute matière entrant en contact avec lui.

JPEG - 79.8 ko

“Meminisse” est la première série que Makoto Shiozuka réalise du scénario au dessin. Comme le précise le mangaka dans le premier tome, “Meminisse” signifie se souvenir en latin, et la mémoire est au cœur de ce diptyque. Les deux personnages principaux sont à la recherche de leurs souvenirs. Rai se satisfait de sa condition car il vit une vie de simple lycéen et avoir un trou de mémoire sur sa jeunesse ne le dérange pas plus que cela. Sai, quant à elle, s’est faite une raison et cela avec un petit côté cynique car son pouvoir est de lire les souvenirs des autres et les modifier. Ce duo se forme par obligation, Rai devenant la cible d’un Shiki Recepter. Sortie de ce problème de souvenirs perdus qui est, soyons clair, le cœur de l’histoire, Makoto Shiozuka invente également une nouvelle forme de pouvoir : la manipulation de particule nommée Shiki, permettant à leur manipulateur d’obtenir un pouvoir spécifique, variant selon les personnes. Bien évidemment, le pouvoir du héros est terrifiant, pouvant détruire tout ce qu’il touche, une capacité mortelle comparée au pouvoir de Sai. Ce genre de duo apparaît comme plutôt classique au début de la série mais la vérité sur l’identité des deux personnages ouvrira également la porte vers une explication plus fouillée et une relation plus complexe.

Attention, qui dit diptyque dit exercice assez casse-gueule car il faut développer l’histoire sans trop donner l’impression d’exagérer les ellipses ou les résumés. Et plus le récit avance, plus il devient clair que ce diptyque doit plus être pris comme une forme de pilote pouvant ouvrir sur une série bien plus longue et qui permettrait de développer le passé des personnages et surtout les faire évoluer vers le bien ou vers le mal. Makoto Shiozuka laisse toujours planer une forme d’ambiguïté sur le personnage de Rai, qui est rapidement accusé de meurtre. Le travail graphique du mangaka est aussi très intéressant. Même si parfois les personnages perdent de leur lisibilité dans des plans trop éloignés, le mangaka nous présente un travaille soigné, des personnages très expressifs et facilement identifiables. Les pouvoirs sont également bien mis en scène et les combats laissent penser qu’avec un peu plus de temps et de pages, le mangaka aurait pu les rendre encore plus épique. Le design de la mort frappant en tant qu’illusion est très impressionnant et démontre la qualité de dessinateur de Makoto Shiozuka. On regrette que le mangaka n’ait pu donner libre court à son talent sur plus de longueur car on sent qu’il avait encore beaucoup à nous dire. Rai n’est qu’à l’aube de la découverte de son passé, mais avec le risque de se laisser dévorer par une personnalité pouvant mener le monde à sa perte.

Meminisse est une très bonne surprise malheureusement trop courte. Espérons que l’on retrouvera rapidement ce mangaka pour une série du même calibre.


Meminisse (T1 et 2)
- Auteur : Makoto Shiozuka
- Traducteur  : Julia Brun
- Éditeur français : Doki-Doki
- Format : 127 x 180 mm, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 192 pages
- Date de parution : 23 aout 2017
- Numéro ISBN : 978-2-81894-269-7 ; 978-2-81894-270-3
- Prix : 7,50 €


© Edition Doki-Doki - Tous droits réservés


Frédéric Leray
17 septembre 2017






JPEG - 40.4 ko



JPEG - 32.4 ko



JPEG - 27.1 ko



JPEG - 41.1 ko



JPEG - 35.2 ko



JPEG - 31.6 ko



WebAnalytics