YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Tokyo Ghoul : Re (T5 et 6)
Sui Ishida
Glénat Manga

Shu a fini par revoir Ken mais il n’est plus la goule si appétissante, si impressionnante. Il est dorénavant une véritable Colombe. Et si à trop vouloir lui faire retrouver ses souvenirs, Shu provoquait un effet impossible à maîtriser ? Sasaki ne sait trop pourquoi il cherche à retrouver cet homme... surtout qu’il est convaincu qu’il s’agit d’une goule. Toutefois, l’enquête que les équipes anti-goules mènent sur les liens entre les Roses et Aogiri cible peu à peu un groupe industriel de premier rang : le groupe Tsukiyama. Les Colombes préparent un plan afin de prendre au piège le chef du clan Tsukiyama sans trop faire de vagues. Sasaki progressait pourtant bien dans ses recherches sur Ken Kanaki. Dans les archives de la police, il trouve le nom d’un inspecteur ayant affronté cette goule à l’œil rouge : Kotaro Amon. Seulement ce dernier est mort pendant l’assaut contre la nouvelle chouette à l’œil écarlate. Et quand il cherche à en savoir plus sur cet inspecteur auprès de Mlle Akira, celle-ci le rembarre sans ménagement. Sasaki est fatigué qu’on lui cache qui il était avant, surtout que cette seconde personnalité le hante de plus en plus.



Les groupes anti-goules sont tous regroupés autour de cet immeuble où s’est caché le fils du clan Tsukiyama. Le plan de son père était de lui permettre de s’enfuir par la voix des airs grâce à un hélicoptère. Malheureusement, la police a fait abattre l’hélicoptère et Shu se retrouve face à Sasaki. La situation tourne rapidement en défaveur du Gourmet et sans l’intervention de Kanae, Shu aurait pu perdre la vie. Pendant ce temps, Shirazu n’a plus le choix : s’il veut s’en sortir et sauver la vie de ses hommes, il se doit d’utiliser le quinque fabriqué à partir du kagune de Nutcracker. Comprenant qu’il ne pourra tuer son adversaire, Shirazu décide alors de se sacrifier pour permettre à Urie de porter le coup de grâce. Ce dernier ne comprend pas tout de suite à quel jeu joue Shirazu, mais en retrouvant son coéquipier à l’article de la mort, Urie prend soudain conscience de la stupidité de son attitude. Vouloir devenir le plus puissant, affronter des goules toujours plus fortes, mais à quoi cela peut-il le mener ? Le choc de voir son ami mourir dans ses bras est plus puissant que n’importe quel discours.

JPEG - 94.1 ko

Il arrive un moment où un scénariste se lasse et met un puissant coup d’accélérateur pour faire avancer son scénario. C’est clairement le cas pour “Tokyo Ghoul : Re”. A peine Shu retrouve-t-il Ken que sa famille devient la cible des Colombes et un nouveau carnage peut commencer. C’est quelque part un peu frustrant car la tentative de Ken pour retrouver la mémoire est clairement bâclée, finissant par une espèce de crise hystérique de Sasaki, ressemblant un peu à une colère de gamin de maternelle. Une véritable pause et un développement plus conséquent auraient donné plus de corps et de suspens à l’histoire, mais Sui Ishida voulait aller vite et nous voici de nouveau plongés dans une tuerie illisible. Je peux paraître un rien monomaniaque, mais j’ai énormément de mal avec la lisibilité de cette série. Les personnages finissent par tous se ressembler et il est parfois impossible de reconnaître les protagonistes sans l’aide des bulles. Ce n’est guère un bon signe, surtout quand le choix des typographies de caractères rend parfois très compliquée la lecture, à moins d’avoir un véritable yeux de lynx. Les choix des tons de gris sont aussi préjudiciables à la lecture. Les seuls à être parfaitement identifiés sont les goules grâce à leurs masques. Bon cela limite le plaisir mais c’est mieux que rien.

J’avoue également que les délires sur le design des kagune deviennent un grand n’importe quoi qui rendent moyennement en version papier. Là encore, la lisibilité n’est pas au rendez-vous et on lit parfois une planche en l’oubliant aussitôt, ce qui n’est toujours pas un très bon signe. L’évolution de Sasaki est difficile à comprendre, le nouveau changement de personnalité du personnage l’éloigne un peu plus des fans de la série. Car le côté obscur qui prend soudainement possession de lui n’a aucune logique, surtout quand on connaît le passé et par quoi le garçon a dû passer pendant sa période de goule. Certes, un des nouveaux inspecteurs va perdre la vie mais Ken a déjà vu les siens mourir, alors pourquoi maintenant et surtout pourquoi vouloir détruire Aogiri et les goules ? J’avoue que le scénario de la version « Re » de “Tokyo Ghoul” ne me convainc pas une seule seconde. Mais comment la série a pu ainsi dériver ? Oui, elle est impressionnante par avec ses combats d’anthologie, mais la lisibilité réduite par des mouvements à en avoir le tournis et des personnages de plus en plus compliqués à reconnaître ont fait énormément chuter l’intérêt de la série. La nouvelle période entamée dans le tome 6 sent la fin de règne et pourtant, la série n’est toujours pas finie...

Sui Ishida parviendra-t-il à éviter des conclusions tirées par les cheveux ou trop accélérées ? Espérons le pour “Tokyo Ghoul”.


Tokyo Ghoul : Re (T5 et 6)
- Auteur : Sui Ishida
- Traduction : Akiko Indei et Pierre Fernande
- Editeur : Glénat
- Format : 130 x 180 mm
- Pagination : 220(T5) et 226(T6) pages noir et blanc
- ISBN : 9782344017449 ; 9782344017456
- Parution : 7 septembre et 2 novembre 2016
- Prix : 6,90 €


A lire sur la Yozone :
Tokyo Ghoul (T1)
Tokyo Ghoul (T2)
Tokyo Ghoul (T3)
Tokyo Ghoul (T4)
Tokyo Ghoul (T5 et 6)
Tokyo Ghoul (T7 et 8)
Tokyo Ghoul (T9 et 10)
Tokyo Ghoul (T11 et 12)
Tokyo Ghoul (T13 et 14)
Tokyo Ghoul : Re (T1 et 2)
Tokyo Ghoul : Re (T3 et 4)


© Edition Glénat - Tous droits réservés


Frédéric Leray
27 août 2017






JPEG - 19.4 ko



JPEG - 25.3 ko



JPEG - 27.4 ko



JPEG - 24.8 ko



JPEG - 24.8 ko



WebAnalytics