YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Mushoku Tensei (T1)
Rifujin na Magonote, Yuka Fujikawa
Doki-Doki

Il avait raté sa vie. Ce n’était qu’une loque humaine, passant son temps le cul vissé dans son fauteuil à tchatter sur internet ou à jouer à des jeux vidéos. Même à la mort de ses parents, il ne s’était pas déplacé pour assister à leur enterrement. Seulement ses frères et sœurs n’ont plus accepté que cette vermine profite de l’héritage et il s’est tout simplement fait virer de chez lui ou ce qu’il croyait être son chez lui. Il avait gâché son peu de vie, devenu un gros dégueulasse que l’on ignore. Mais il aura réussi sa mort en sauvant un groupe de jeunes d’un camion fou... pour renaître dans la peau d’un bébé. Il était dorénavant Rudeus Greyrat, fils de Paul et Zenith. Il s’était réincarné dans un monde d’heroic fantasy, où faire de la magie était des plus naturels. Sa mère la pratiquait alors que son père était chevalier. Mais surtout, il s’était juré de profiter de cette seconde chance pour devenir l’homme qu’il avait toujours rêvé. Pas question de retomber dans ces travers... à condition que ce monde soit bien réel.



Rudeus ou plutôt Rudy pour les intimes a une vie rêvée. Dorloté par ses parents, il décide d’apprendre les rudiments de la magie avec les grimoires de sa mère. Et sa spécialité est la manipulation de l’eau. Mais avec l’esprit d’un humain de plus de vingt ans d’expérience, lire et écrire est d’une grande facilité. Toutefois, Rudy s’exerce en cachette, même Lilia la domestique ne l’a pas pris sur le fait. Seulement, à force de tester des sorts de plus en plus puissants, Rudy finit par provoquer un accident majeur. Pas vraiment la pluie qu’il provoque malgré lui sur les champs voisins (qui s’en plaindrait ?) mais bien le gigantesque trou dans la façade de la maison. La réaction de son père est de voir dans ce trou l’attaque d’un monstre. mais Lilia a l’œil et repère rapidement le grimoire à côté de Rudy ; Ayant décidé de changer totalement de comportement, il choisit d’avouer qu’il pratique la magie en cachette. Ce qui rend sa mère folle de bonheur, mais moins son père qui rêvait d’en faire un épéiste de renom. Qu’à cela ne tienne, il apprendra les deux, mais pour la magie, il lui faut un professeur. Et ce sera une petite femme aux cheveux bleus, Roxy. Seulement Roxy est aussi une démone....

JPEG - 75.9 ko

“Mushoku Tensei” est l’adaptation en manga du roman de Rifujin na Magonote. Un peu comme dans Re:Monster, nous suivons un héros se réincarnant dans un autre monde. Toutefois, celui de “Mushoku Tensei” a plus de chance que son homologue puisqu’il arrive dans un monde d’heroic fantasy plutôt paisible, dans une famille assez équilibrée. Contrairement aux séries du même genre, nous connaissons le passé du héros : un no life, un parasite comme le présente ses frères et sœurs, sans cœur, ayant profité de ses parents jusqu’à leur mort. Sa réincarnation est une chance pour lui de se forger une autre vie, où il deviendrait un homme de renommé, estimé de tous. Notre héros, que nous appellerons Rudy comme sa réincarnation, s’avère bien meilleur qu’il ne l’était dans sa première vie. On peut dire qu’il a su retenir la leçon et qu’il fait tout pour se montrer bon et digne de la confiance et de l’amour que lui donnent ses nouveaux parents. Par contre, ayant gardé l’expérience de sa première vie, il a aussi une notion pointue de la justice et il n’hésitera pas à combattre les injustices quelles qu’elles soient. Rifujin na Magonote évoque diverses formes de persécutions qui sont malheureusement bien réelles : être d’une race différente, détesté de tous, subir les brimades d’enfants et surtout les mensonges de ses mêmes enfants. Le nouveau monde de Rudy n’est guère différent du notre, bon hormis l’utilisation de la magie.

Rifujin na Magonote aborde différent sujet avec, il faut avouer, du culot et une certaine finesse. Même le thème de l’adultère est abordé d’une façon assez surprenante, mais surtout très intéressante. L’auteur raconte avoir tout de suite aimé le dessin de Yuka Fujikawa pour illustrer son roman. Il faut avouer que son style graphique très riche en détails a de quoi séduire. Les personnages sont très bien représentés et leurs traits sont facilement reconnaissables. Et si l’auteur lui-même reconnaît que ses illustrations de Roxy et de Sylphy sont trop mignonnes, impossible de le contredire. Il faut aussi admettre que la jeune mangaka a très bien su retranscrire le côté innocent de Sylphy ou encore le côté « gentille bougonne » de Roxy. Si le style des tenues rappelle évidemment l’univers d’heroic fantasy, il y a toujours un petit mixte avec du plus moderne. Niveau décor, pour le moment, l’aventure se borne à la ferme de la famille de Rudy et quelques plan extérieurs. Toutefois, le potentiel de Yuka Fujikawa est clairement là et la mangaka nous montre qu’elle a encore de quoi nous surprendre dans les prochains tomes. Le lecteur prend réellement plaisir à suivre cette deuxième chance offerte à Rudy qu’il a saisi à bras le corps.

“Mushoku Tensei” est un manga qui se veut pour le moment très positif, et surtout parfaitement moral, démontrant que faire le bien paie, contrairement à ce que la rumeur raconte.


Mushoku Tensei (T1)
- Scénario : Rifujin na Magonote
- Dessin : Yuka Fujikawa
- Character design : Shirotaka
- Traduction : Jean-Benoit Silvestre
- Éditeur français : Doki-Doki
- Format : 127 x 180 mm, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 192 pages
- Date de parution : 7 juin 2017
- Numéro ISBN : 978-2-81894-175-1
- Prix : 7,50 €


© FUJIKAWA YUKA © RIFUJIN NA MAGONOTE KADOKAWA CORPORATION
© Edition Doki-Doki - Tous droits réservés


Frédéric Leray
26 juin 2017






JPEG - 56.1 ko



JPEG - 27.1 ko



JPEG - 31.9 ko



JPEG - 32.3 ko



WebAnalytics