YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Stray Dog (T2)
VanRah
Glénat

Toru a promis à son maître de prendre soin de sa fille après sa mort. Senri lui a demandé de l’aider à mourir, seulement pour les autres humains, le chercheur de la BIRD a été assassiné par un lycan. Et c’est aussi ce que croit Ari, sa fille. Alors la mission de Toru n’en est que plus compliquée, surtout que la haine de la jeune fille pour les lycans lui colle au corps. Toru se voit obligé de supporter les piques et autres petites insultes de la demoiselle. Et pourtant, elle qui souhaite se montrer comme une femme forte et indépendante joue la carpette devant une harpie. En fait, Ari étudie dans un lycée où les karats et les humains vivent ensemble. Mais connaissant la supériorité de leurs pouvoirs, certains n’hésitent pas à malmener la jeune fille comme cette harpie et sa bande. Mais devant l’aura d’un alpha, les monstres ne font plus trop les malins et Ari doit bien admettre que son loup l’a sortie de nouveaux problèmes... Mais cela ne suffit pas pour qu’elle l’accepte à ses côtés. Décidément, Toru hait les humains.



Les équipes du BIRD enquêtent sur les morts mystérieuses d’humains, retrouvés carbonisés. Pour les membres du BIRD, cela ne peut être l’oeuvre que d’un lycan alpha de type feu. Les émanations venant des corps ne laissent aucun doute sur cette origine. Et qui de mieux qu’un autre lycan pour enquêter et surtout chasser ce genre d’assassins. Black est donc l’agent parfait. Mi-karat, mi-humain, il n’est peut-être qu’un loup oméga, mais il possède des pouvoirs lui permettant de tenir la dragée haute à des alpha. Toutefois, étant de rang inférieur, s’il peut retrouver un alpha, il est dans l’incapacité de les différencier. Mais il est rare que deux alpha chassent sur le même territoire. Pendant ce temps, Ari se réveille d’une journée des plus intenses. Mais Toru n’est plus à ses côtés. Où est donc passé ce maudit loup-garou ? Décidément, elle déteste les lycans. Mais alors qu’un karat de son lycée cherche à l’humilier une nouvelle fois, Toru fait une apparition des plus remarquées, car ce ne sont pas de simples élèves qui pourront tenir tête à un alpha de sa catégorie. Pourtant le fossé séparant Ari et Toru est encore bien trop important pour qu’ils parviennent à se comprendre.

JPEG - 72.9 ko

Après un début tonitruant, “Stray Dog” passe par une phase extrêmement verbeuse où VanRah tente d’étoffer la profondeur de ses personnages en se lançant dans une analyse des sentiments de Ari pour les lycans et de Toru pour les humains. La totale opposition entre les deux personnages est exploité à l’extrême, pour ne pas dire à outrance par le mangaka qui tourne un peu trop autour du pot tout en tendant systématiquement à faire durer le plaisir ou plutôt la confrontation verbale des deux personnages. Il faut dire que plus têtu que ces deux-là, il faut réellement chercher bien loin. Ari est obsédée par sa haine des lycans à cause de la mort de son père. Evidemment, Toru ne peut pertinemment lui expliquer pourquoi il a dû accepter de lui ôter la vie. Cette épée de Damoclès risque de pendre au-dessus de la tête de l’alpha pendant un certain temps. Le contexte de vie de la demoiselle la rendait pourtant ouverte aux autres karats, mais en réalité, elle est maltraitée par les monstres étudiant à ses côtés, et sa haine des lycans apparaît également comme sa seule possibilité pour extérioriser le ressentiment qu’elle éprouve pour ceux qui la torture psychologiquement et même physiquement. Ce contraste n’échappe pas à Toru qui tente de protéger sa maîtresse contre les autres karats, mais la jeune femme ne semble rien lui attribuer de positif, jusqu’à ce qu’elle se retrouve dans une situation critique.

La deuxième partie de ce tome reprend du poil de la bête avec l’enquête du BIRD sur des meurtres attribués à un alpha dont les pouvoirs ressemblent beaucoup à ceux de Toru. Une course poursuite va commencer avant de passer enfin à un nouveau combat titanesque entre Black et Toru. Mais alors qu’il est censé représenter la justice, « les gentils », Black semble se plaire à se faire détester. Son absence d’esprit critique et son côté arbitraire le rend non seulement antipathique, mais le lecteur en vient presque à souhaiter sa mort. Sa méprise envers Toru y sera évidemment pour beaucoup, mais sa violence inouïe en font un être particulièrement détestable. Son jugement expéditif sur Toru va pousser notre héros dans ses derniers retranchements. Cette confrontation est très étrange car Black demeure sourd aux explications de Toru et quand il prend conscience de son erreur, il justifie l’exécution de Toru par le risque mortel que le karat incarne. La pure provocation que lancera Black montre à quel point ce personnage n’a qu’un sens très approximatif de la justice, respectant principalement son propre intérêt. Une réflexion philosophique parfaitement en phase avec les sujets posés au bac philo de cette année. Je n’irai pas jusqu’à dire que Black incarne fortement le faux gentil qui met le bazar à tous ses passages, mais presque.

Ce deuxième tome de “Stray Dog” nous laisse sur une impression mitigée, avec une première partie lassante et une seconde partie bien plus intéressante.


Stray Dog (T2)
- Auteur : VanRah
- Editeur : Glénat
- Format : 130 x 180 mm
- Pagination : 320 pages noir et blanc
- ISBN : 9782344012161
- Parution : 16 juin 2016
- Prix : 9,15 €


A lire sur la Yozone
Stray Dog (T1)


© Edition Glénat - Tous droits réservés


Frédéric Leray
16 juin 2017






JPEG - 32.2 ko



JPEG - 26.2 ko



JPEG - 27.1 ko



JPEG - 28.3 ko



JPEG - 29.7 ko



WebAnalytics