YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Green Mechanic (T1)
Yami Shin
Ki-oon Shonen

La terre n’est plus qu’un immense désert où les seuls êtres vivants continuant d’y vivre sont les humains. Les animaux de compagnie et autres créatures ont toutes été remplacées par des robots. Toutefois, un légende urbaine raconte que les cités sont hantées par des robots convertissant les humains en leurs semblables. Pouvant s’attaquer à n’importe qui, n’importe quand. Ces robots à forme et apparence humaine sont appelés ersatz. Misha n’a pas l’habitude de sortir dans la ville, elle vit heureuse, enfermée chez elle, à ne s’occuper que d’elle. Mais alors qu’elle sortait enfin à la recherche de pièces détachées de robots, elle tombe nez à nez avec un robot morphing, androïde extrêmement rare, surtout perdu au milieu de nulle part. La jeune fille décide non seulement de lui donner un nom, Reborn, mais également le visage d’un être des plus chers. Ce dernier, Michael, a été victime d’une moisson, une attaque massive d’ersatz qui l’ont enlevé devant ses yeux de petite fille. Misha garde toutefois l’espoir de le retrouver un jour et que Reborn prenne son visage lui redonne du courage.



Mais alors qu’elle rentre avec Reborn, Misha a le malheur de croiser le chemin de deux ersatz. Ces derniers ne sont pas là par hasard : ils cherchent des victimes pour les convertir, les transformer à leur image. Reborn tente pourtant de s’opposer devant ces robots dégénérés, mais il ne peut parer leur coup, sa poitrine étant perforée par le bras d’un des robots, ainsi que Misha pourtant cachée derrière lui. Toutefois, avant qu’elle ne perde connaissance, elle aperçoit un étrange individu, comme revêtu d’une armure, et qui semble prendre facilement le dessus sur les ersatz. C’est ainsi que Misha fit la connaissance des « renforts », des humains qui tentent d’éradiquer le danger que représentent les ersatz et rétablir le calme dans la cité. Duo de choc, les renforts ont pour seul but altruiste de protéger les humains contre ces fléaux mécanique qui mettent le bazar quand ils sont énervés et leur travail s’avère bien difficile face à des dégénérés. C’est donc un peu déboussolée que la jeune fille se réveille dans l’antre de Neil et de Setsu. En tout cas cette attaque a poussé Misha à s’interroger sur le monde où elle vivait mais dont elle ignorait beaucoup de choses.

JPEG - 66 ko

Yami Shin est la gagnante du premier Tremplin manga Ki-oon avec son histoire Revenge Reborn. Cela fait dix ans que la jeune artiste (27 ans) peaufine son trait, améliorant son art. Après une plongée dans le fanzinat et le webcomic, elle passe dans le grand bain avec sa première série soutenu par les éditions Ki-oon.

La jeune mangaka nous entraîne dans un monde post-apocalyptique (peut-être pas si loin grâce à un certain Donald Trump). La terre n’est plus qu’un désert où les animaux ont disparu, remplacés par des robots. En fait, ce monde est partagé entre une humanité déclinante et des robots prenant parfois le dessus sur les humains, comme les ersatz. Difficile de ne pas y voir une référence à “Blade Runner” de Philip K. Dick ou encore le film “Planète Hurlante” pour les ersatz. En tout cas, la terre dépeinte par Yami Shin n’est guère engageante. Son héroïne a en plus tout d’une asociale, devenue presque agoraphobe par un don inné chez elle, qui lui permet de ressentir au plus profond d’elle les sentiments de ceux qu’elle côtoie. Et le jour où elle prend sur elle pour enfin sortir, sa vie bascule suite à deux rencontres. Tout d’abord celle avec un robot morphing amnésique, qui semble posséder des capacités sortant de l’ordinaire et à qui elle donne le visage de celui qu’elle a aimé. Oui, Misha a donc un petit côté masochiste. Ensuite, la seconde rencontre qui va définitivement la sortir de son train-train quotidien sera celle avec un ersatz qui va lui perforer le cœur. Misha ne devra la vie sauve qu’à l’intervention de Setsu mais également aux morceaux de Reborn qui vont venir se greffer sur son cœur... Non Misha ne s’appelle pas Stark et Reborn n’est pas Iron Man... Quoique ce dernier va devenir une forme d’armure vivante aidant Misha à combattre les ersatz. Oui, là on est clairement dans une référence à la tête de fer de chez Marvel. Nos héros se lancent peu à peu dans deux quêtes qui ne sont pas du tout indépendantes : la recherche de Michael, celui dont Reborn a dorénavant le visage, et le soin des ersatz afin qu’ils retrouvent leur humanité. Deux quêtes qui pourraient bien finir par se rejoindre.

Côté graphisme, la couverture reprend un design faisant penser à celui de City Hall par le lettrage et l’organisation, comme une marque des mangas à la française. Les traits des personnages sont assez classiques du shonen, même si Yami Shin fait tout pour éviter les yeux bien ronds, mais ne peut s’empêcher d’arrondir les visage. Rapidement, Reborn passe de l’androïde à l’humanoïde, et quelque part heureusement car sa version androïde était encore très perfectionnable. Ses ersatz sont largement plus réussis, avec un côté organique plus que mécanique très prononcé. Les ersatz perdent d’ailleurs rapidement le côté robot défectueux pour celui des humains transformés en machines organiques. La lutte de Misha pour délivrer les humains transformés en ersatz devient un combat plus compréhensible avec ce format, bien mis en avant avec le tout premier ersatz humanisé. Les fameuses armures seront loin des modes mécha, pas même des modes “Saint Seiya”. Yami Shin a pris le parti d’une armure minimaliste, mettant plutôt en valeur les formes des héroïnes, un grand classique du shonen visant un public masculin qu’il faut tout de même un peu émoustiller. En tout cas, Yami Shin imprime peu à peu sa marque graphique avec cette série. Va-t-elle s’attaquer à des questions plus philosophiques pour se rapprocher d’oeuvre comme “Blade Runner” ou plutôt que “Gunnm” ? Les prochains tomes nous le diront.

“Green Mechanic” n’est pas un manga écolo comme aurait pu le laisser penser le titre, pour le moment en tout cas, mais plus sur une vision de l’homme et de la machine comme dernière trace de l’humanité sur terre.


Green Mechanic (T1)
- Auteur : Yami Shin
- Éditeur français : Ki-oon
- Format : 130 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 176 pages couleur
- Date de parution : 8 juin 2017
- Numéro ISBN  : 979-10-327-0168-3
- Prix : 7,90 €


© Yami SHIN / Ki-oon


Frédéric Leray
14 juin 2017






JPEG - 26.1 ko



JPEG - 26.2 ko



JPEG - 27.4 ko



JPEG - 29.4 ko



JPEG - 27.7 ko



WebAnalytics