YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Une armée, des zombies et un maître Kaï
Nouveaux Défis fantastiques et Loup Solitaire inédit
Deux dés sont plus fort qu’une épée

Gallimard Jeunesse poursuit sa réédition des livres-jeux d’aventures qui ont transporté quelques générations de lecteurs en pleine héroïc-fantasy depuis les années 80. Ian Livingstone et Steve Jackson et leurs Défis Fantastiques, Joe Dever et son Loup Solitaire, ils ont toujours la cote.



Si vous ne connaissez pas le concept, il est simple et bougrement efficace : des paragraphes numérotés, sans ordre logique. A la fin du premier, qui vous explique qui vous êtes et votre mission, on vous propose un choix, et un renvoi au numéro de paragraphe qui correspond. Aller à gauche ou à droite ? Achever votre adversaire ou l’épargner ? Autour d’une trame centrale, vos choix dessinent peu à peu des ramifications qui vous conduiront au succès ou à l’échec.

Ce mois-ci, trois titres particuliers paraissent.

Si vous êtes souvent un aventurier solitaire dans les Défis Fantastiques, le but dans « Les Sombres Cohortes » est de recruter une armée pour justement endiguer la marée démoniaque qui approche et menace le royaume d’Allansia, puis d’utiliser à bon escient archers elfes, fantassins nains et chevaliers, qu’on espère en nombre suffisant, lors de la bataille finale. Ado, il m’a donné du fil à retordre, mais ce n’est pas le défi le plus difficile de la série.

Le livre sur le site de l’éditeur, format poche, 225 pages, 7,30€. Dès 10-12 ans.

« Le sang des zombies » est davantage fantastique que fantasy, vous entraînant dans l’ambiance très gothique d’un château isolé, en Transylvanie. Loin du guerrier habituel, vous n’êtes qu’un étudiant piètrement armé pour ce qui suit. Si cela rappelle fortement Jonathan Harker au début de « Dracula », vous aurez ici à endiguer la propagation de zombies, et d’en noter le nombre avec précision, car si une seule des créatures venait à vous échapper, le résultat ne vaudrait guère mieux que si vous aviez succombé sous leurs dents. Subtilité, ce n’est pas l’habituel paragraphe 400 qui marque la victoire, mais celui correspondant à votre nombre de victimes ! Et on ne triche pas en feuilletant ! (ne dites pas non, on l’a tous fait ! C’est pour cela qu’il existe un portage des Défis Fantastiques sur tablettes)

Le livre sur le site de l’éditeur, format poche, 225 pages, 7,30€, dès 12 ans.

La grande nouveauté est « L’Oeil d’Aragash », le 29e tome de Loup Solitaire, totalement inédit jusqu’ici. Loup Solitaire est une série de Joe Dever, plus complexe à jouer et un peu plus exigeante sur le fond, l’auteur ayant construit un univers plus détaillé, avec des clans, des royaumes, des ordres, dont le fameux Nouvel Ordre Kaï auquel vous appartenez, dont les membres ont des talents martiaux et spirituels qui permettent des choix et des interactions plus subtiles que les combats des Défis Fantastiques. A ce même titre, le hasard des dés est remplacé par une table sur laquelle il faut piquer avec son crayon, et une table des dégâts moins arbitraire que « je te touche, ça fait 2 points d’endurance en moins ». Une complexité qui m’avait rebuté en tant que jeune lecteur (je vous parle d’il y a presque un quart de siècle) et qui me plaît davantage aujourd’hui. Même si c’est toujours rageant de ne pas avoir le bon talent au moment opportun, mais c’est la vie. Dans ce tome inédit, vous devez rapporter un puissant artefact au monastère, mais le palais où il est caché est puissamment gardé !

Le livre sur le site de l’éditeur, format intermédiaire, 420 pages, 16,50€, dès 13-14 ans.

Simplicité des uns, profondeur de l’autre. Si les deux premiers ont vu leurs couleurs revivifiées (« Les sombres cohortes » en est à sa 4e édition et 4e maquette de couverture), le Loup Solitaire bénéficie d’une illustration beaucoup plus actuelle signée Alberto Dal Lago.
Le genre et son support ont donc encore la cote, comme en témoigne également le pavé « DestinyQuest » publié par Bragelonne en 2013, conçu par un fan de Jackson et Livingstone.

Pour cet été, sans tablette ni smartphone, prenez vos dés et vos crayons !


Nicolas Soffray
2 juin 2017






JPEG - 92.5 ko



JPEG - 83 ko



JPEG - 69.7 ko



WebAnalytics