YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Bifrost n°86
Rédacteur en Chef : Olivier Girard
Revue, n°86, nouvelles - articles - entretiens - critiques, avril 2017, 192 pages, 11€

Seulement deux nouvelles au sommaire : une de 50 pages signée Laurent Genefort et “Journal d’un monstre” de Richard Matheson, accompagnant le dossier consacré à l’auteur. “Journal d’un monstre” est la première nouvelle qu’il a publiée et aussi sa plus connue, car rééditée à de multiples reprises. Rien qu’en français, elle l’a été 19 fois ! Alors pourquoi justement ce titre pour le présent « Bifrost », alors que la monumentale bibliographie due à Alain Sprauel signale 172 nouvelles ? Un peu comme si cette première publication dépassait toutes les autres, que d’entrée, l’écrivain avait atteint le sommet avec elle...



Richard Matheson, l’homme, s’avère assez mystérieux, effacé par son œuvre et ses jalons les plus importants. Le dossier insiste notamment sur « Je suis une légende », son premier roman adapté trois fois au cinéma, ainsi que sur « La maison des damnés » avec un très intéressant parallèle entre ce roman et « La maison hantée » de Shirley Jackson, dans deux approches très différentes. Grégory Drake, grand artisan de ce spécial Richard Matheson retrace la vie de l’auteur et aborde aussi, entre autres, ses nouvelles à travers l’intégrale raisonnée disponible chez J’ai Lu en trois tomes.
Deux entretiens jalonnent ce dossier, ainsi qu’un papier de Richard Matheson paru dans le « Livre d’Or » qui lui est consacré. Sa carrière de scénariste est largement abordée dans les deux premiers. En fin de carrière, il est étonnant de constater son sentiment vis-à-vis de l’horreur qu’il réprouve fortement. Pourtant dans « La maison des damnés », il faisait clairement dans la surenchère.
Un dossier très complet avec 10 pages de bibliographie et de nombreux articles offrent une vue d’ensemble de Richard Matheson.

Avec “Carnaval, l’Aire Tripartite”, Laurent Genefort revient sur Omale. L’épouse du procureur, Chirtal, tombe amoureuse d’un Hodgqin. Quand elle le quitte pour un membre d’une autre reh, il ne peut l’accepter, le prend même comme une insulte personnelle et veut la déposséder de tous ses droits. Et voilà Chirtal embarquée dans un procès dont elle ne veut pas mais dont elle ne peut faire l’économie.
Les 50 pages se lisent sans interruptions, le lecteur est pris par cette relation, par le courage affiché par cette femme n’écoutant que son cœur et faisant fi de la raison. Le procès expose le côté retors de l’humain, le peu de tolérance qu’il peut avoir au détriment de l’ouverture d’esprit. L’histoire est poignante, c’est comme si l’on refusait à Chirtal le droit au bonheur. Une fois de plus, Laurent Genefort explore avec succès l’univers d’Omale, ce qui ne peut que réjouir les lecteurs.

L’épisode 7 de « Starwars » est décrypté par les professeurs Lehoucq et Steyer. D’où la base Starkiller tire-t-elle son énergie ? Comment la lumière peut-elle être ralentie ? Très instructif comme d’habitude. La rubrique “Scientifiction” constitue vraiment un rendez-vous incontournable de « Bifrost », comme son important volet critique. Et “Paroles...” met en avant la traductrice Michelle Charrier.

Richard Matheson et la longue nouvelle de Laurent Genefort, deux très bonnes raisons pour lire ce numéro de « Bifrost ».


Titre : Bifrost
Numéro : 86
Rédacteur en chef : Olivier Girard
Couverture : Olivier Ledroit
Type : revue
Genres : SF, études, critiques, nouvelles, entretien, etc.
Sites Internet : le numéro 86, la revue (Bifrost) et l’éditeur (Le Bélial’)
Dépôt légal : avril 2017
ISBN : 978-2-913039-83-4
Dimensions (en cm) : 14,9 x 21
Pages : 192
Prix : 11€



Pour contacter l’auteur de cet article :
[email protected]


François Schnebelen
31 mai 2017






JPEG - 30 ko



WebAnalytics