YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




7 Princes et le Labyrinthe Millénaire (Les) (T1)
Haruno Atori et Yu Aikawa
Doki-Doki

On raconte qu’il y a très longtemps, l’empereur qui dominait le pays mourut en laissant son jeune fils comme seul héritier. Les sept seigneurs de l’empire décidèrent de l’évincer afin de prendre le contrôle de l’empire. Ils firent alors enfermer le prince dans un cachot souterrain. En reprenant ses esprits, c’est cette histoire qui vint naturellement à Yuan. Mais que faisait-il dans un cachot ? Il ne se souvenait pas comment il était arrivé là et surtout il ne savait pas comment en sortir. Un tour rapide des lieux lui confirma l’absence d’issue. Heureusement, un puits dans le toit permit à un inconnu de lui lancer une corde. Celui-ci se dénommait Laurence Ackroyd. Toutefois, ils n’eurent pas le temps de faire plus connaissance car une terrible secousse fissura le sol et l’eau se mit à envahir le couloir où ils se trouvaient.. Sans l’intervention de Titas Ram, ils auraient certainement fini noyés. Ce dernier est un brigand connu dans tout le pays, peut-être aussi célèbre que l’homme se tenant derrière lui, l’homme qui l’a fait mettre derrière les barreaux, le détective Messiah Reed.



Quelle étrange équipe que voilà ! A part Yuan, tous sont connus dans tout l’empire, même Laurence qui est en fait le champion d’ats martiaux surnommé l’Invincible. Mais pourquoi se retrouvent-ils tous enfermés dans ce mystérieux château ? Mystérieux pour Yuan car ses acolytes semblent avoir une idée de la raison de leur présence dans ce lieu. Un château des plus dangereux, secoué par de violentes secousses qui les mettent tous en péril. Encore une fois, deux inconnus viennent à leur rescousse : Zan Audubon, le chanteur aveugle, et Gidéon Redfield, un militant des droits civiques. Cette fois, il n’y a plus de doute, ils sont tous réunis dans cette demeure pour une seule raison : ils sont tous candidats à la succession au trône impérial. En fait, ce rituel a été mis en place après la mort du dernier empereur de la lignée d’ignis. Ce dernier fut retrouvé mort ainsi que son fils et les sept seigneurs du royaume dans son château. Comme symbole, à l’approche de la mort de l’empereur en titre, huit personnes renommées du pays sont choisies pour que l’une d’elle devienne le nouvel empereur et les sept autres, les princes à son service.

JPEG - 84.8 ko

“Les 7 Princes et le Labyrinthe Millénaire” est la nouvelle série de Yu Aikawa. L’auteure de “Butterfly” et de “Dark Edge” ne sera cette fois qu’au scénario. Cette mini-série de quatre tomes nous entraîne dans un empire à une époque qui se rapprocherait de la classique ère victorienne. La mangaka nous présente une forme de huis clos oppressant, où huit candidats à la succession de l’empereur doivent s’enfuir d’un château maudit tout en désignant celui qui sera le futur empereur. Très vite viennent les premiers morts mais est-ce l’oeuvre du château qui est truffé de pièges et d’énigmes ou celle d’un prétendant ne supportant pas la concurrence ? Le groupe est fait pour ne pas rester longtemps uni, des animosités de longues dates refont surface et vont gangrener la cohésion que tente de créer le pauvre Yuan. Bon, il ne faut guère longtemps avant de comprendre que cet innocent jeune homme est l’élu devant être désigné empereur, mais cela en fait également une cible rêvée pour le possible tueur. Toutefois, le mystère entourant le château et ses pièges accroissent l’angoisse des personnages et génèrent un plutôt bon suspens sur qui survivra à ces épreuves. Jusqu’à quand ce cumul d’ego peut tenir ? Et surtout, y a-t-il réellement une sortie à ce labyrinthe peu à peu noyé sous les eaux ? Les véritables personnalités des protagonistes se révèlent peu à peu, qui sera rongé par son ambition ?

Ce jeu de massacre est mis en images par Haruno Atori, un jeune mangaka qui s’attaque ici à sa première série. Et Yu Aikawa ne lui a pas vraiment fait de cadeaux car il se voit devoir se focaliser uniquement sur huit personnages, en tout cas pour le moment, l’obligeant à une grande rigueur dans leur dessin. Chacun possède un style vestimentaire bien spécifique qui permet de l’identifier du premier coup d’œil : Messiah, le dandy, Titas au style hindou, ou encore la tenue à jabot de Zan. Des tenues contraignantes côté design et pourtant, Haruno Atori s’en sort avec les félicitations du jury car il parvient à préserver la qualité de son dessin sur tout le tome. Toutefois, cela ne suffit évidemment pas dans une histoire où la scène du crime est tout aussi importante. Les protagonistes passent de salles piégées en salles piégées et les pièges demandent une grande attention pour le mangaka car il faut qu’il montre au lecteur immédiatement tous les indices et ne pas se satisfaire de zoom. Le lecteur parvient à s’immerger dans ce labyrinthe sans difficulté, ayant tous les éléments pour se repérer, en tout cas tout autant que les personnages de cette histoire. Le duo de mangakas fonctionne bien mais on peut se demander si ce premier tome ne va pas trop vite car les révélations sont si nombreuses qu’il donne l’impression de ne pas en laisser tellement pour les trois prochains tomes. En tout cas, c’est mon ressenti. Est-ce pour tromper l’ennemi ?

“Les 7 Princes et le Labyrinthe Millénaire” commence sur une bonne impression, qu’il faudra confirmer dans le prochain tome.


Les 7 Princes et le Labyrinthe Millénaire (T1)
- Scénario : Yu Aikawa
- Dessins : Haruno Atori
- Traducteur  : Ryoko Akiyama
- Éditeur français : Doki-Doki
- Format : 127 x 180 mm, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 192 pages
- Date de parution : 3 mai 2017
- Numéro ISBN : 978-2-81894-158-4
- Prix : 7,50 €


© Edition Doki-Doki - Tous droits réservés


Frédéric Leray
17 mai 2017






JPEG - 45.2 ko



JPEG - 29.1 ko



JPEG - 26.3 ko



JPEG - 29.9 ko



WebAnalytics