YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Starfuckers
Alcante, Gihef et Dylan Teague
Kennes

Maria est une jolie fille, bien roulée et plutôt maligne, même si elle rêve encore de devenir celle qu’aimera par dessus tout la star de cinéma américain, Hugh Gates, le fiancé de l’Amérique ! Pas de chance, elle est née du mauvais côté de la frontière. Une nuit, elle se décide et devient une Espalda mojada (une “dos mouillé”) comme on appelle les émigrants qui traversent clandestinement le Rio Grande. A tout juste dix-huit ans, elle foule le sol américain avec une seule idée en tête : briller plus que les étoiles dans le ciel ! En attendant la rencontre qui la fera star, c’est au Pink Rabbit qu’elle aligne les lap dances et les petits extra en loge pour soutirer un max de dollars à une clientèle qui rêve, elle, des ses jolis nichons.



Et puis, il y a cet étonnant indien, Wapiti fertile (!), à qui elle doit l’argent pour son passage et ses papiers d’identité. Et pour lequel elle doit vendre de soi-disants yoghourts bio produits selon la tradition ancestrale de la tribu (sic !)...
Oui, Maria, tu es dans la merde et sans doute encore bien naïve.

C’est pourquoi, histoire de gagner une solide poignée de dollars, accepte-t-elle une soirée coquine chez un ponte d’Hollywood... le joint est fait, c’est Hugh Gates en personne, son rêve se matérialise, mais la réalité va la ramener cruellement vers les manies dépravées d’une certaine classe de personnalités.
Avec son ami Bill, un ancien paparazzi qui a fait la photo de trop et en garde le souvenir d’un demi visage vitriolé, un homme défait qui aime bien faire sauter sur ses genoux sa Baby Doll, tout en gardant (mais si !) une honnête réserve, elle va se lancer, avec son esprit de justice à l’assaut des perversions d’Hollywood.
Lui a les connaissances du terrain, elle son charme naturel ! Ils vont faire trembler le Star System : de l’infâme et du fameux... c’est le programme de la suite de cette aventure pour ce duo improbable, forme de Belle et de Bête d ’aujourd’hui !

Alcante et Gihef, au scénario, ont décidé de se lancer dans un créneau peu pratiqué en bande dessinée, dans les traces de séries TV comme “Californication” ou “Nip Tuck”. Du thriller, du sexe et de l’humour à grands traits qui n’évite surtout pas la caricature.

JPEG - 178.3 ko

Dès la couverture et le titre, ils annoncent la couleur : on va provoquer un peu, aller aux limites du genre, par l’image et le texte, et essayer de rallier le plus large public - sans doute à partir de 16 ans, mais bon la BD passera de mains en mains ! - pour peut-être dénoncer ce qu’aiment les gens aujourd’hui (connaître les dérives des people), et titiller du côté de l’érotique avec cette belle plante qu’est Maria. L’Anglais Dylan Teague est au rendez-vous avec son dessin rond, semi-réaliste et pulpeux à souhait, pour donner à cette comédie enlevée la fraicheur et le dynamisme qu’elle réclame.

“Starfuckers” est un divertissement pour ceux qui aiment les aventures sexy, les dialogues directs extrêmement gratinés, des histoires pour divertir sans prise de tête. J’aimerais pour la suite un scénario plus original, maintenant que l’album d’introduction (!), ou disons plutôt de mise en place, est passé.


Starfuckers
- Scénario : Alcante, Gihef
- Dessin : Dylan Teague
- Couleurs : V. Daviet
- Éditeur : Kennes
- Pagination : 48 pages couleurs
- Dépôt légal : 18 janvier 2017
- Numéro ISBN : 978-2-8758-0312-2
- Prix public : 14,95 €


Illustrations © Dylan Teague et Éditions Kennes (2017)


Fabrice Leduc
27 avril 2017






JPEG - 74 ko



JPEG - 78.6 ko



JPEG - 88.3 ko



JPEG - 74.8 ko



JPEG - 80.8 ko



JPEG - 91.7 ko



WebAnalytics