YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Re:Zero (T1 et 2)
Daichi Matsuse et Tappei Nagatsuki
Ototo

Subaru revenait tranquillement de faire de petits achats à la supérette quand le monde autour de lui se mit soudainement à changer, ou plus exactement sans trop savoir ni comment ni pourquoi, notre jeune héros est passé d’une rue moderne à un une rue digne d’un jeu d’heroic fantasy. Avec ses vêtements bizarres pour le lieu, il ne passe pas inaperçu. Mais se retrouver dans un quartier marchand sans le sou, et surtout sans argent local, n’aide pas du tout. Pourtant, cette situation ne le tracasse pas autant qu’l aurait pu le penser et quand un trio de brigands tente de le détrousser, il n’hésite pas une seconde et fonce dans le tas. Monumental erreur car il se fait aussitôt passer à tabac. C’est dans cette position peu à son avantage qu’il rencontre la petite voleuse, Felt, et sa victime, la demi-elfe, Satela. Cette dernière daignera lui porter main forte, mais uniquement pour mettre la main sur celle qui lui a volé un précieux insigne. Lui étant redevable, Subaru décide de l’aider dans ses recherches. De toute façon, il n’a guère mieux à faire. Et pourtant, sa bonté ne sera pas récompensée car il y perdra la vie...



Une mort réversible. Tel est donc le pouvoir dont Subaru a hérité dans ce monde des plus curieux. Son destin semble donc de devoir aider coûte que coûte Satela, ou peu importe son véritable nom, à retrouver son insigne. Mais jusqu’à présent, il finit toujours par mourir des mains de cette psychopathe semblant savourer la vue des entrailles de ses victimes. De quoi guère vous encourager à poursuivre les recherches. Et pourtant, Subaru ne perd pas espoir, chaque nouvelle vie, si elle commence toujours de la même façon, lui permet de progresser et d’espérer trouver une solution à cette boucle temporelle. Bon cette fois, il a été un peu trop confiant et a fini avec un couteau entre les côtes. Se méfier des trois abrutis qui l’attendent dans la ruelle, enfin ! Il est temps d’agir de façon coordonnée et pour se débarrasser du danger que représente le trio, Subaru tente la technique la plus basique au monde : il appelle tout simplement à la garde. Si les trois compères font d’abord les malins, leur assurance fond comme neige au soleil quand apparaît contre toute attente le maître épéiste Reinhard.

JPEG - 69.9 ko

“Re:Zero” est l’adaptation d’une light novel de Tappei Nagatsuki, publiée sur le web. Difficile de ne pas faire immédiatement le lien avec la série phare des éditions Ototo, Sword Art Online. Non seulement, le contexte de création de ce manga lui ressemble étrangement et le synopsis de départ laisse paraître un soupçon de similitude. Toutefois, la comparaison va rapidement prendre fin avec... la mort du personnage principal et son retour immédiat à la vie. En fait, si l’on doit comparer cette série avec un jeu vidéo, nous serions dans le cas d’une séquence devant impérativement être terminée pour que le joueur puisse avancer et si par malheur il meurt durant sa progression, il recommence tout simplement au début de la séquence. Voilà un concept qui pourrait s’annoncer un rien lassant car le lecteur risque de finir par se fatiguer de devoir revoir en boucle des scènes avec seulement quelques changements. Heureusement, Tappei Nagatsuki utilise très intelligemment son concept pour au contraire dévoiler de larges pans de son histoire que son héros n’a pu découvrir à cause de sa mort prématurée. Un héros à la fois bourré d’humour et qui se qualifie d’ailleurs comme un maître chômeur sans le sou, mais surtout avec une capacité d’adaptation à ce drôle d’univers assez hallucinante, comme si ce phénomène ne le surprenait pas plus que cela. Un mystère plane sur ce cher Subaru, trop confiant pour être honnête ; Et surtout pourquoi lui ? Pourquoi le transformer en sauveur de gentes damoiselles ?

Le dessin de la série est confié à Daichi Matsuse, avec Shinichirou Otsuka pour le character design. Et il faut avouer que ce duo est particulièrement efficace. Les personnages sont charismatiques, sympathiques et inquiétants si nécessaire. Nos héros ont évidemment toutes les qualités physiques nécessaires à leur rôle, nous aurons même droit aux abdos en béton de Subaru (si ça ce n’est pas louche !). Si les deux héroïnes font un peu gamine, la méchante de l’histoire est une femme accomplie, doublée d’une psychopathe patentée. Les dessins de Daichi Matsuse sont précis, efficaces, d’une grande qualité ; Si son style est classique, le rendu est quasiment sans défaut, avec des personnages très expressifs et très facilement reconnaissables. Certes, ces deux premiers tomes ne croulent pas sous le nombre de protagonistes, mais d’un autre côté, ce n’est pas plus mal et plus proche de la réalité d’un joueur de jeu vidéo. Les deux premiers tomes qui forment le premier arc se lisent finalement très rapidement, le lecteur étant pris dans cette boucle temporelle en se demandant comment le héros va bien pouvoir s’en sortir et il faut avouer que la conclusion de cet arc est à la fois surprenant et logique. Surprenant car le lecteur pouvait s’attendre à plus de continuité mais aussi très logique car le mangaka nous a peut être tout simplement induit en erreur sur le type de jeu dans lequel se retrouve son héros. Mais le prochain arc nous éclairera sur la nouvelle mission de Subaru.

“Re:Zero” ouvre un nouveau chapitre des plus intéressants dans l’utilisation du monde des jeux vidéos et de la logique tournant autour. Si ce premier arc s’avère de très bonne facture, le suivant pourrait être encore plus passionnant.


Re:Zero, Re:Life in a different world from zero (T1 et 2)
- Scénario : Tappei Nagatsuki
- Dessin : Daichi Matsuse
- Character Design : Shinichirou Otsuka
- Traducteur  : Nicolas Pujol
- Éditeur français : Ototo
- Format : 125 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 224(T1) et 200(T2) pages
- Date de parution : 21 avril et 19 mai 2017
- Numéro IBSN : 9782377170067 ; 9782377170074
- Prix : 6,99 €


©Daichi Matsuse 2014 ©Tappei Nagatsuki 2014 KADOKAWA CORPORATION
© Edition Ototo - Tous droits réservés


Frédéric Leray
28 avril 2017






JPEG - 54.1 ko



JPEG - 22.9 ko



JPEG - 26.7 ko



JPEG - 29.7 ko



JPEG - 25.7 ko



JPEG - 26.8 ko



WebAnalytics