YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Point Final
Sylvie Huguet
La Clef d’Argent, nouvelles (France), science-fiction, 131 pages, avril 2017, 9€

L’anticipation dystopique n’est pas le pré carré d’une littérature young adult qui la dilue dans des affres sentimentales d’ado en perte de repères. La SF, en temps troublés, sait faire entendre sa voix quant au futur incertain (ou trop certain) qui se profile. Sylvie Huguet, dans ce recueil, s’attache à des sujets qui lui sont chers, mais qui nous concernent tous.



Pas moins de 19 textes dans ces 130 pages. Vous l’aurez compris, la brièveté est de mise, mais elle n’en renforce que davantage le propos.
L’avenir de l’homme” fait un sort au féminisme extrémiste mais aussi à tout mouvement qui dresserait un groupe social contre un autre, en nous projetant dans un futur lointain, et du point de vue d’un « observateur extérieur », à l’instar de “Des anthropoïdes”, nous rappelant que nous ne sommes pas, et c’est sans doute heureux, l’étalon d’intelligence de l’univers que nous prêtons à nous croire. “Épreuves” évoque, dans un texte d’une grande tension, la possibilité de « professionnaliser » la Culture, sorte d’écho très dystopique à “L’Imprévu”.

Qu’il s’agisse de railler l’orgueil d’auteurs rêvant de postérité(“L’imprévu”), de dénoncer les canons esthétiques des mannequins (“Le crime de Ronsard”), diktat purement masculin, ou encore la déresponsabilisation de tous avec la permanente recherche judiciaire d’un coupable dans “Attention, fleurs méchantes”, Sylvie Huguet est capable d’humour, certes noir, et les excès administratifs, la pression de nous faire rentrer des cases, sans que rien ne déborde, sont sa cible favorite. Elle s’en prend à l’éducation dans “Au nom du droit” et“ L’héritier”, à la religion dans “Lettre à Voltaire” et “Serment” ; au droit à partir dans la dignité avec “La Cérémonie”, “Morte”, “Criminel” et le conclusif “Point final”.
L’avenir des plus âgés, dans la société, leur emploi ou même la vie, est également au centre de “Reconversion”, monologue désabusé, “Longévité” qui traite de l’insoluble (ou pas) problème des retraites, et rejoint la cause animale dans “Les Templiers d’Adam”, lorsqu’un maire de Paris s’en prend aux chiens des retraités pour en faire des boucs émissaires.

Quelle que soit leur forme, ces textes nous placent devant les conséquences proches de nos choix actuels, et nous mettent en garde contre ces « solutions » politiques brandies par les camps de la droite de l’échiquier politique, stigmatisant certains groupes ethniques, sociaux, culturels, générationnels, leur attribuant tous les maux au lieu de chercher des réponses permettant un vivre ensemble au quotidien. Sylvie Huguet y va tantôt avec des gants, montrant les procédés insidieux et détournés, tantôt sans pour nous placer « trop tard », quand ce mal a pris racine et qu’il n’est (ou ne sera) plus possible de faire machine arrière. Quand les « étrangers » ont été mis dehors, que les nouveaux parasites de la société sont les inactifs, retraités ou chômeurs, pauvres de surcroît. Sans aller jusqu’au recyclage extrême de « Soleil Vert » de Harry Harrison, l’autrice nous dépeint un avenir où, d’une façon au d’une autre, on est fortement incité à ne pas s’éterniser, à laisser sa place à plus utile, plus actif... où l’inutilité, l’échec, mais aussi et surtout la différence sont passibles de sanctions. Mieux vaut, dans ces dictatures parfois pavées de bonnes intentions, ne pas sortir du moule, surtout par le haut, et faire profil bas.

La couverture de Léo Gontier est d’ailleurs on ne peut plus explicite, et réalisée avec beaucoup d’inventivité, croisant le Veau d’or biblique avec une esthétique urbaine presque hollywoodienne : la « culture de masse » du cinéma, de la télévision, et d’internet a lénifié les foules, qui se hâtent d’acclamer des leaders charismatiques pour peu qu’il les flatte dans le sens du poil.

Un recueil « d’alerte », des textes brefs, favorisant l’effet surprenant et révélateur de la chute, qu’on devine parfois lentement, qui s’impose au fil des lignes comme une affreuse évidence. Et un humour grinçant, qui ne fait pas oublier que tout ce mal est déjà en germe, hélas.


Titre : Point final (nouvelles)
Auteur : Sylvie Huguet
Nouvelles : L’avenir de l’homme ; L’imprévu ; Épreuves ; Lettre à Voltaire ; La cérémonie ; Morte ; Criminel ; Le crime de Ronsard ; Le peuple sourd ; Attention, fleurs méchantes ; Au nom du droit ; Jurisprudence ; Reconversion ; Longévité ; Les Templiers d’Adam ; Des anthropoïdes ; Serment ; L’héritier ; Point final
Couverture : Léo Gontier
Éditeur : La Clef d’Argent
Collection : KholekTh
Site Internet : page roman (site éditeur)
Numéro : 33
Pages : 131
Format (en cm) : 18 x 11 x 1
Dépôt légal : avril 2017
ISBN : 9791090662391
Prix : 9 €



Nicolas Soffray
27 avril 2017






JPEG - 29 ko



WebAnalytics