YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Part des Ombres (La), tome 1/2
Gabriel Katz
Scrineo, roman (France), fantasy, 318 pages, octobre 2016, 20€

Cela fait dix ans que la Goranie vit sous le joug de la Trace. Ces montagnards tatoués ont déferlé des montagnes et balayé la plus grande armée du monde. Ce matin-là, alors qu’on s’apprête à célébrer un mariage dans un village, une délégation arrive de la capitale, ravivant une ancienne coutume : la Procession. Mais quelque chose dérape et l’hommage aux jeunes époux se transforme en un bain de sang. Personne ne doit savoir.
Un an plus tard, un mystérieux Fantôme rassemble autour de lui un poignée de mercenaires. Sous l’égide de Kaelyn, la maîtresse de guerre, il envisage de lever une armée de paysans pour bouter l’étranger hors du royaume mais surtout se venger des puissants qui ont anéanti ce village pour effacer leurs traces. Et pour cela, il a besoin de gens compétents, débrouillards et qui n’hésiteraient pas à tuer. Une définition qui convient en partie à Olen, le baroudeur qui pensait pouvoir enfin se poser, et Desmeon, le Danseur, aux lames redoutables. Ensemble, ils vont instiller la peur dans le cœur des coupables...



Si comme moi, vous n’avez jamais lu Gabriel Katz, vous allez rapidement corriger cette erreur.
Primé aux Imaginales (la trilogie « Le Puits des mémoire ») et aux Halliennales (« La Maîtresse de guerre »), il a créé un monde dense et complexe, violent, dangereux. Dans « La Part des Ombres », il réussit de main de maître à réemployer ses héros sans donner au lecteur plus que des miettes sur leur passé, sans nuire à son histoire, mais exacerbant très vite notre curiosité. D’autant que la forme vaut le fond, et ce tome se dévore à telle vitesse qu’on espère la seconde moitié de l’histoire pour bientôt.

C’est une histoire de vengeance, donc. On éventera très vite, dès son apparition, l’identité de Fantôme, pour n’en apprécier que davantage sa ténacité et sa détermination. Par le prisme des combattants qu’il a su attirer à lui, on remarquera aussi son audace.
La narration alterne le point de vue entre les différents mercenaires. Ils ne sont cependant pas portés à l’introspection (donc n’espérez pas de grandes révélations), et leur curiosité à l’égard des autres s’arrête difficilement aux limites qu’ils leur imposent quant à leur propre histoire. Mais nous suivons également l’histoire depuis l’autre camp, avec le roi de Goranie, sa fille farouche, et les envahisseurs de la Trace, le gouverneur, qui s’est plié aux coutumes locales pour mieux régner, et son fils, tête à claques à l’origine de toutes les galères de cette histoire. Son éducation à la cour de Goranie, loin de la rudesse des montagnes, en a fait un adulte gâté, imbu de lui-même et totalement immature, à l’opposé des gens de son peuple guerrier. Mais il reste le fils du gouverneur, et son père va tout faire pour épargner sa vie. Même si cela demande que d’autres têtes tombent.

Avec « La Part des Ombres », Gabriel Katz nous narre avec merveille les prémices d’un soulèvement. D’une part, les dégâts dont sont capables, par divers biais (infiltration, coup d’éclat) une poignée d’individus compétents et déterminés (vous avez dit résistance ou terrorisme ? c’est une question de point de vue), et de l’autre, les errements d’un pouvoir qui s’efforce de maquiller ses erreurs passées et oppresse davantage son peuple pour conserver l’illusion du contrôle de la situation.
Mais, talent de l’auteur, si ces précédents personnages gagnent très vite notre sympathie, il maintient les autres dans une zone floue entre bien et mal. La violence de Fantôme n’est-elle pas révélatrice de l’extrémisme de son projet, une revanche tout aussi meurtrière, à peine moins aveugle que ce qu’il a subi ? La sagesse politique du gouverneur, loin des instincts guerriers de son peuple, prompt à tuer, témoigne d’une volonté d’apaisement en dépit de la domination politique (et là aussi notre Histoire est riche d’exemples ambivalents).
La vengeance n’est donc qu’un prétexte, littéraire, pour dépeindre une société, avec ses faiblesses, ses forces (?), ses points de rupture.
Le coup de maître final des rebelles, et son ultime retournement, nous laissent à la dernière page sur un insoutenable suspense.
Vite, la suite !


Titre : La Part des ombres
Série : La part des ombres, tome 1/2
Auteur : Gabriel Katz
Couverture : Aurélien Police
Éditeur : Scrineo
Collection : Fantasy
Site Internet : page roman (site éditeur)
Pages : 436
Format (en cm) :
Dépôt légal : octobre 2016
ISBN : 9782367404431
Prix : 20 €



Nicolas Soffray
1er mai 2017






JPEG - 685.2 ko



WebAnalytics