YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Abominable Charles Christopher (L’) (T2)
Karl Kerschl
Studio Lounak

Encore tout à la tristesse d’avoir perdu son ami, Charles Christopher poursuit sa mission et se dirige vers la ville. Il lui faut juguler la menace pesant sur la forêt, afin que cette dernière ne disparaisse sous l’avancée inéluctable de la civilisation.
S’y rendre n’est pas de tout repos, mais c’est aux portes de la cité qu’il rencontre un redoutable adversaire qui ne rêve que de lui couper la tête en guise de trophée.
Quelle sera l’issue d’un combat pour lequel Charles Christopher n’est pas du tout taillé ?



JPEG - 73 ko

Dans le premier tome de “L’abominable Charles Christopher”, les lecteurs découvraient ce bon gros yéti à l’âme d’enfant que les esprits élémentaires ont chargé d’une mission. Pourquoi lui, alors qu’il semble si mal armé pour répondre aux espoirs placés en lui ? Peut-être parce qu’il a conservé une certaine innocence qui l’empêche de voir le mal partout... et qui le pousse à se jeter dans la gueule du loup sans en prendre conscience. La méfiance lui est étrangère même si, pour la plupart, ses congénères animaliers ne se montrent pas tendres envers lui.

Tout le contraire de Gilgamesh qui semble faire régner la terreur sur la ville, la destination de Charles, comme en témoigne la teneur de son discours en préparation. Certains l’alertent bien du danger à affronter un tel adversaire, mais il ne fuit pas, se contenant d’éviter les coups sans riposter. Il incarne la bonté même, à l’opposé de la méchanceté affichée par Gilgamesh, grimé dans une armure de cérémonie. Qui est-il vraiment ? Est-il homme ? Ou animal ?
Par contre, Charles est très sensible à la détresse des autres animaux et il ne peut rester neutre quand un se fait agresser. Par exemple, les pièges le font sortir de ses gonds dans un déchaînement de violence pour les détruire. Les autres passent avant sa propre sécurité.
Impossible de ne pas être touché par ce personnage si impressionnant et pourtant si démuni face à la fourberie ambiante.

JPEG - 54.5 ko

Le récit est centré autour de Charles Christopher et de sa mission aux allures de quête initiatique. Les lecteurs le suivent en fil rouge, entrecoupé de nombreuses images du quotidien ou histoires parallèles comme le trafic de Sissi la Moufette, les démêlés conjugaux d’un oiseau, les amours d’un lapin, les séances de psy... autant de morceaux d’anthologie qui évoquent immanquablement notre propre vie. La Forêt des Cèdres ressemble tant à ce que nous connaissons. Karl Kerschl se moque en quelque sorte des travers de la société humaine en les transposant dans un cadre animalier plus léger, plus propice au sourire. Même quand le yéti se rend en ville, aucun homme n’apparaît, laissant planer le doute sur les habitants.
Comme dans le premier tome, l’histoire de Vivol et Moon Bear se poursuit. Comment s’inscrit-elle dans la trame générale ? Qu’est-ce qui les relie ? Autant de points d’interrogation, aptes à entretenir la curiosité.

Le dessin est toujours aussi attractif, Karl Kerschl croque très bien tous les animaux, leur donnant des expressions si humaines, tout en conservant une certaine distance avec ceux qu’il dissèque, c’est-à-dire nous même. L’utilisation de la bichromie sert parfaitement ce comic, elle permet de se concentrer sur l’essentiel.

JPEG - 65.9 ko

“L’abominable Charles Christopher” éveille de nombreux sentiments en nous, c’est un personnage si touchant par son innocence que l’on aurait envie de le protéger, alors que son physique montre qu’il est tout à fait capable de se défendre.
Cette série fait du bien, elle se prête au sourire, sait se montrer grave avec des problèmes d’actualité, mais toujours de manière ludique et touchante.
Tous les publics peuvent y trouver le bonheur, le propos se révèle universel et présenté de manière compréhensible par tous.
Au vu de toutes ses qualités, que “L’abominable Charles Christopher” ait remporté un Joe Shuster et un Eisner Award est tout à fait mérité.

Une friandise à consommer sans modération !


L’abominable Charles Christopher (T2)
- Auteur : Karl Kerschl
- Traduction : Jacinthe Leclerc
- Lettrage : Serge LaPointe
- Éditeur : Studio Lounak
- Format : 20 x 25 cm
- Pagination : 136 pages en bichromie
- Dépôt légal : 10 novembre 2016 pour la seconde édition française
- ISBN : 978-2-9814095-5-3
- Prix public : 19,95 €


À lire sur la Yozone :
L’abominable Charles Christopher (T1)


Illustrations © Karl Kerschl et Studio Lounak pour l’édition française (2016)


François Schnebelen
5 avril 2017






JPEG - 35.1 ko



JPEG - 30.4 ko



JPEG - 36.1 ko



JPEG - 33.4 ko



JPEG - 33.5 ko



JPEG - 34.9 ko



WebAnalytics