YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Golden Kamui (T2 et 3)
Satoru Noda
Ki-oon Seinen

Une troupe de soldats est sur les traces de Sugimoto. Ogata est parvenu à laisser un indice avant qu’il soit emmené à l’hôpital : il a tracé le mot immortel sur le sol. Le groupe de soldats ne sait trop ce que signifie cet indice mais leur instinct leur permet de trouver des traces de pas, deux séries de traces : celle d’un adulte et celle d’un enfant. Ont-elles un lien avec l’agresseur de Ogata ? En tout cas, Sugimoto n’a pas vraiment envie de leur donner la réponse. Mais face à des hommes en skis, il n’a guère de chance de pouvoir leur échapper. Il décide alors de se séparer d’Achirpa, chacun prenant une direction différente, mais il confie tout de même les dessins des peaux à la jeune Ainou. Mais leurs poursuivants choisissent de se séparer pour les prendre au piège. Le soldat s’occupant de Achirpa est un Matagi, et il n’a rien à envier à la jeune Ainou quand il s’agit de pister quelqu’un. Seulement Achirpa a un protecteur aux crocs acérés. Pour Sugimoto, son protecteur sera une véritable improvisation.



Sugimoto s’est fait prendre par ce psychopathe de lieutenant Tsurumi. Malheureusement, il s’est également fait des ennemis mortels de deux jumeaux qui ont déjà tenté de le tuer. Mais en les humiliant, Sugimoto s’est mis encore plus en danger. Heureusement pour lui, Achirpa et Yoshitake ont préparé son évasion. Bon, tout ne se déroule pas vraiment comme prévu. Si Yoshitake est parvenu à passer entre les barreaux de la fenêtre de la geôle de Sugimoto, le loup d’Achirpa effraie les chevaux qui devaient permettre d’arracher la fenêtre. Le temps joue contre Sugimoto qui doit rapidement trouver une solution car les jumeaux sont déjà là... Quand Tsurumi arrive dans la cellule, Sugimoto a les tripes à l’air et le cadavre d’un des jumeaux à ses pieds. Toutefois, Sugimoto propose au lieutenant de la 7e division de lui révéler où il a caché les dessins à condition qu’il le soigne. Difficile de refuser car si l’immortel meure, Tsurumi n’a plus aucune chance de trouver le trésor des Ainous. Alors il finit par accepter le deal... Seulement Sugimoto est un vrai renard et pour sauver sa peau, il est prêt à toutes les fourberies.

JPEG - 67.6 ko

Satoru Noda poursuit l’exploration du monde des Ainous, sans oublier de nous proposer des menus typiques de cette tribu. Bon, j’avoue que les cervelles d’animaux et leurs yeux crus, je n’en suis pas vraiment fan, mais il est amusant de voir que la jeune Achirpa estime que le miso est une sorte de caca en poudre. Le mélange entre l’ethnologie que nous propose Satoru Noda et l’aventure au coeur de laquelle se trouve la chasse au trésor des Ainous passe parfaitement, le mangaka ne lassant jamais son lecteur et utilisant la culture Ainou pour offrir des moments d’humour créant une pause au lecteur. Car le retour à l’action est toujours particulièrement violent. Cette fois, la nature viendra au secours de nos héros à travers deux animaux : un ours et un loup. Pour le loup, nous allons enfin apprendre comment il est devenu le protecteur de Achirpa. Cela va retirer son petit côté mystérieux, voire de dieu-animal, mais cela s’avère plus crédible pour la série. Peu à peu, le nombre de personnages secondaires qui s’agglutinent dans les parages de Sugimoto augmente de façon exponentielle. Deux types de soldats vont croiser leur chemin.

Tout d’abord, le soldat Matagi. Ce dernier n’est pas foncièrement mauvais, bien au contraire, il va peu à peu retrouver foi dans ses origines indigènes. Affronter le grand loup blanc va provoquer une révélation chez le soldat qui stoppe soudainement sa chasse au trésor. Il faut dire que nos héros l’abandonnent en bien piètre état et qu’il ne doit la vie sauve qu’à l’intervention d’un vieux chasseur. Ce dernier va le pousser à se débarrasser du soldat pour retrouver son instinct ancestrale. Un vrai retour aux sources.

D’un côté les soldats souhaitant se donner une deuxième chance, et de l’autre les fous furieux. Le premier à montrer le bout de sa plaque métallique au front est Tsurumi. Voilà un vrai psychopathe avec des tendances cannibales. Le lieutenant n’a plus tous ses esprits et il va utiliser les moyens que lui met à disposition l’armée pour trouver le trésor des Ainous. Et pour cela, il est prêt à tuer tous ceux qui se trouvent sur son passage et Sugimoto ne fera pas exception à la règle. Tsurumi est assez manichéen comme personne. Sa folie ne laisse aucun doute sur son destin et il devient un des méchants de l’histoire. Le cas de Hijikata est plus complexe. Contrairement à Tsurumi, il ne recherche pas simplement l’or des Ainous, ill a un projet bien plus grand, une utopie de liberté et d’indépendance pour la région d’Hokkaido. Toutefois, Hijikata n’en reste pas moins un guerrier sans égal malgré son âge. Il prouve qu’il sait se montrer sans pitié envers ses ennemis. Sera-t-il capable de mener à bien son grand projet alors que ses alliés ne pensent qu’à l’argent ? Les prochains tomes nous le diront. En tout cas, “Golden Kamui” possède de nombreuses histoires parallèles dont le seul point commun est l’or des Ainous.

Le charme du premier tome demeure avec ses deux suivants. Plaisir de découvrir les coutumes du peuple Ainou et vrai suspens au niveau de l’action. Une excellente série.


Golden Kamui (T2 et 3)
- Auteur : Satoru Noda
- Traducteur  : Sébastien Ludmann
- Éditeur français : Ki-oon
- Format : 130 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 192(T2) et 194(T3) pages
- Date de parution : 13 octobre et 8 décembre 2016
- Numéro ISBN  : 979-10-327-0036-5 ; 979-10-327-0037-2
- Prix : 7,90 €


A lire sur la Yozone :
Golden Kamui (T1)


GOLDEN KAMUY © 2014 by Satoru Noda / SHUEISHA Inc.
© Edition Ki-oon - Tous droits réservés


Frédéric Leray
29 mars 2017






JPEG - 28.8 ko



JPEG - 31.7 ko



JPEG - 32.5 ko



JPEG - 28.2 ko



JPEG - 30.2 ko



JPEG - 31.1 ko



WebAnalytics