YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Notre-Dame des Loups
Adrien Tomas
Mnémos, roman (France), western fantastique, 182 pages, mai 2014, 18€

Après la Guerre de Sécession. Un groupe de pistoleros, les Veneurs, traque les Rej, les Rejetons de la Dame, les wendigos - donnez-leur le p... de nom que vous voudrez - dans les montagnes à la lisière du Canada. Ils savent, au fond d’eux, que le terme de leur quête est proche : Notre-Dame des Loups, la première d’entre eux, qui est venue d’Europe lorsque les phalanges de veneurs ont fini de les exterminer. Wurm, l’Allemand, a traversé l’Atlantique pour poursuivre la traque. les vieilles méthodes ayant échoué, il a confié le groupe à Jack, un chasseur de primes sans pitié. Il y a avec eux le vieux Jonas, qui fond les perles d’argent de leurs armes, Arlington et Winters, que tout oppose, et Evangeline, l’ancienne esclave dresseuse de leur meute de molosses.
Face aux Rejs, ils sont expérimentés. Unis. Méthodiques. Mais cela ne suffit pas.



A l’issue d’une embuscade, Arlington se fait éventrer par un Rej. Manque d’attention ? Ou les autres (Jack qui les repère mieux que personne, les chiens d’Evangeline) l’ont-ils volontairement laissé se faire tuer ? Peu importe, la méfiance mutuelle s’efface derrière la nécessité de trouver une ville pour refaire du ravitaillement. Dans un bourg boueux, tandis qu’on reprend des forces, une jeune Indienne, Waukahee, se présente à eux, en colère : leurs coups de feu ont fait échouer sa traque. Car elle les chasse aussi, à l’arc. Elle cherche aussi à venger les siens. Si elle tombe à pic pour remplacer Arlington, son incorporation fait débat, révélant une fois de plus qui commande dans le groupe, et qui se tait.
Le lendemain, on retrouve le vieux Jonas mort, une balle d’argent dans la tête. Les doutes se multiplient : un agent des Rejs ? ou un traître dans le groupe ? La paranoïa monte d’un cran rendant Jack plus violent encore qu’à l’habitude, prêt à flinguer au moindre soupçon...
Et ils repartent vers le Nord, vers Notre-Dame des Loups, là où tout doit finir...

Après deux pavés de fantasy et un prix Imaginales, Adrien Tomas s’accorde une escapade fantastique avec ce western de pas tout à fait 200 pages. Et prouve qu’il n’a pas de leçon à recevoir sur cette forme plus courte, très nerveuse.
Il adopte une narration interne, changeant de personnage et de point de vue à chaque chapitre, notamment parce que le narrateur décède systématiquement, ainsi qu’on le comprend très vite. L’auteur en joue dès lors, annonçant dès les lignes suivants le nom du prochain cadavre, ne nous laissant comme répit pour digérer l’information que le temps que nous nous retiendrons de lire la suite... Les registres de langue varient cependant peu (juste ce qu’il faut), et l’introspection n’est pas plus à l’ordre du jour des personnages que l’exercice de style pur ne l’est pour l’auteur : l’adrénaline coule à flots, la trahison transpire autant que la peur.
Nouvelle dans le groupe, Waukahee essaie d’en savoir plus sur ses compagnons, mais ils sont soit taiseux, soit peu enclins aux confidences, même entre eux. Unis par le malheur, ils demeurent parfois des énigmes pour les autres. Ils vivent dans le présent, et ne raviveront le passé que lors d’une ultime veillée d’armes.
Avant un finale grandiose, à la croisée parfaite des genres, une confrontation entre le chasseur et sa proie, l’homme et sa némésis.
De sa fantasy politique, Adrien Tomas a ramené son talent pour la trahison et la dissimulation. Parsemant la traque de quelques indices, saupoudrés avec mesure, il nous cisèle quelques coups de théâtre délectable, qui cadencent son western au son des coups de feu, jusqu’à vider le barillet et nous laisser raides.

« Notre-Dame des Loups » n’a pas les mêmes ambitions que « La Geste du Sixième Royaume » ou « La Maison des Mages ». Mais il démontre la même maîtrise, dans la psychologie des personnage, dans le ficelage de l’intrigue, dans le rythme de la narration. Loin de ces fresques totales, Adrien Tomas nous sidère avec cette histoire nerveuse, violente, qui se dévore d’une traite. D’une nuit.
Et si vous n’arrivez pas à dormir ensuite, calmez votre pouls battant avec sa nouvelle série de fantasy, « Le Chant des épines », dont le second volume sort bientôt.


Titre : Notre-Dame des Loups
Auteur : Adrien Tomas
Couverture : Atelier Octobre Rouge
Édition originale :
Éditeur : Mnémos
Site Internet : page roman (site éditeur)
Pages : 182
Format (en cm) : 24 x 14 x 2
Dépôt légal : avril 2014
ISBN : 9782354081768
Prix : 18 €
Poche :
Collection : Hélios
Site Internet : page roman (site éditeur)
Pages : 250
Format (en cm) : 18 x 11 x 2
Dépôt légal : septembre 2015
ISBN : 9782354083304
Prix : 8,90 €



Nicolas Soffray
25 mars 2017






JPEG - 576.6 ko



JPEG - 77.7 ko



WebAnalytics