YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Lockdown (T1 et 2)
Nykken, Michio Yazu
Ki-oon Seinen

La journée de Sota semblait être comme toutes les autres. Des discussions sur les filles avec son meilleur camarade de classe, Junji, une tentative ratée de déclaration à celle dont il est tombé amoureux, Miho. Mais cette journée allait tourner au cauchemar quand les terroristes ont pénétré dans l’enceinte du lycée. Le groupe d’hommes cagoulés ne montrait aucune hésitation. Ils étaient là pour une seule raison : faire soigner leur cheffe dans l’infirmerie de l’école et ni les professeurs ni les élèves n’auront de choix. Bien au contraire, à la moindre incartade, les cadavres commenceraient à s’accumuler dans la cour. Mask s’est retrouvé à devoir prendre la direction des opérations bien malgré lui, en attendant que Hozuki récupère. Mais la blessure est bien trop grave et dans un acte désespéré, Mask lui fait l’injection... Dans les classes, la panique est bien présente et l’accident tant redouté va inévitablement se produire devant les yeux désespérés de Sota.



Junji était monté sur la terrasse pour piquer un petit roupillon avant le début des cours. Et puis il y eut les premiers coups de feu. Junji comprend très vite que ce qu’il se passe à l’entrée du lycée n’est pas pour le tournage d’un film mais bien le début d’une prise d’otages. Après l’annonce par l’un des terroristes que les élèves doivent rester dans leur classe, Junji n’a plus d’autre choix que de tenter de passer inaperçu, mais avec Yuki qui lui colle aux basques, ce n’est pas gagné. Pourtant, il sera bien le seul responsable quand un des terroristes le repère en sortant des toilettes. Sans réfléchir, Junji s’attaque à l’homme et parvient à le neutraliser. Et coup de chance, sa tenue est à sa taille. De retour sur la terrasse, il découvre une jeune femme tout de noir vêtue qui ne cherche pas à l’arrêter, bien au contraire : avec un petit sourire, elle se jette dans le vide. Si Junji achève la première journée en étant en vie, cela va-t-il durer ? Quand Sota débarque suivi de Miho et qu’il tente de s’en prendre à la jeune fille, il réagit au quart de tour. Seulement son ami n’est déjà plus tout à fait humain, tout comme la femme de la veille...

JPEG - 67.8 ko

“Lockdown” est la nouvelle série de Michio Yazu, que nous suivons sur Killer Instinct. Abandonnant l’analyse comportementale des psychopathes, le mangaka nous entraîne dans une histoire encore difficile à cerner. Tout commence comme dans un scénario classique de zombies. Une groupe de terroristes, un des membres blessé devient un cobaye pour une mystérieuse solution, injectée pour normalement la soigner. Seulement, non seulement celle-ci devient un monstre affamé de chair humaine, mais elle contamine tout ce qu’elle mord. On pourrait se croire dans un épisode de “Resident Evil”. Mais contrairement à nos chers morts-vivants, Hozuki continue à raisonner comme une humaine, d’une incroyable perversité certes, mais une humaine. Et sa perversité va porter sur le personnel et les élèves de ce lycée où son équipe s’est réfugié.

De l’autre côté de la barrière, nous suivons les élèves d’une classe de 1ère qui va devenir la cible principale des terroristes. Très vite, la situation dégénère : une forte tête, un tir, une balle perdue et voilà la classe face à son premier mort. Le jeune Sota va alors se découvrir une âme de héros... ou de suicidaire quand il est prêt à s’en prendre à Hozuki. L’histoire ne va bien sûr par s’arrêter avec une seule contaminée et qui dit morts, dit contamination à foison... Et pourtant, Michio Yazu ne va pas créer une épidémie, bien au contraire. Il va circoncire la contamination pour plutôt s’intéresser au comportement d’élèves et de professeurs placés en situation de stress intense. Jusqu’où peut atteindre l’instinct de survie ? Jusqu’à dénoncer un camarade ? Vendre un camarade pour sauver sa peau ? Abandonner les autres et ne penser qu’à sa pomme ? Non seulement, les élèves seront mis devant des choix impossibles, mais Hozuki va les torturer avec un énorme sadisme, poussant les élèves au bord de la rupture. Toutefois, finalement, si elle les agresse psychologiquement, elle sera modérée physiquement parlant, alors qu’elle n’aura aucune pitié pour les professeurs.

Si le tome 1 nous propose de suivre Sota, le tome 2 nous expose les événements du point de vue de Junji. Ce dernier n’était pas avec ses camarades pendant l’assaut et va donc devoir survivre seul. Autant Sota est un garçon normal mis dans une situation exceptionnelle et qui va péter les plombs, autant les réactions de Junji sont réfléchies, posées, limite la version lycéenne de John McCane de la saga “Die Hard”. Autant un lecteur lambda peut s’incarner dans Sota, autant Junji n’est pas très réaliste. Difficile de croire qu’un simple lycéen puisse réagir ainsi, à moins que Michio Yazu nous cache un petit secret de derrière les fagots pour les prochains tomes. Junji et Hozuki vont rapidement être le couple de Némésis de la série. Les deux se défient mutuellement, surtout au moment du jeu qui doit condamner la quasi totalité des professeurs. Cet affrontement ne fait que commencer et il devrait se développer par la suite.

Au crayon, nous découvrons un mangaka de talent : Nykken. Difficile de croire qu’il s’agit de sa première série vu la qualité du dessin. Chaque personnage a un design facilement reconnaissable, impossible de se tromper de protagonistes. tous sont très expressifs et avec une atmosphère hyper tendue comme celle de “Lockdown”, bien faire passer les sentiments et les appréhensions des personnages est des plus importants. Son découpage des planches est très dynamique et il n’hésite pas à se mettre en danger avec des doubles pages impressionnantes, certes, bien aidé par l’ordinateur, mais qui montre que Nykken peut aller très loin dans le niveau de détail et qu’il n’hésite pas non plus à frôler de très près le gore. Sexy et gore, mais toujours avec une certaine finesse et un sens artistique évident. Jamais vulgaire, il parvient à faire passer des scènes réellement sordides sans trop de difficulté.

“Lockdown” est une série pleine de surprises et qui part sur un rythme et une intensité assez impressionnants. Espérons qu’elle garde ce niveau, ce qui pourrait en faire la petite pépite de 2017.


Lockdown (T1 et 2)
- Scénario : Michio Yazu
- Dessin : Nykken
- Traducteur  : Anne-Sophie Thévenon
- Éditeur français : Ki-oon
- Format : 130 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 196(T1) et 194(T2) pages
- Date de parution : 9 février 2017
- Numéro ISBN  : 979-10-327-0108-9 ; 979-10-327-0107-2
- Prix : 7,65 €


© Nykken, Michio Yazu 2014 / Futabasha Publishers Ltd.
© Edition Ki-oon - Tous droits réservés


Frédéric Leray
23 février 2017






JPEG - 26.3 ko



JPEG - 32.5 ko



JPEG - 25.4 ko



JPEG - 20.7 ko



JPEG - 26.4 ko



JPEG - 29.9 ko



WebAnalytics