YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Hadrian’s Wall (T1) Meurtre en apesanteur
Kyle Higgins, Alec Siegel & Rod Reis
Glénat Comics

2085, il pleut des cordes sur Seattle.
Depuis quelques temps, la tension monte entre la Terre et la colonie Theta. C’est dans ce climat de Guerre Froide que le détective Simon Moore est envoyé à bord de l’Hadrian’s Wall, un vaisseau chargé d’explorer l’espace pour y répertorier les ressources exploitables.

JPEG - 171.7 ko

Un homme y est mort, Edward Madigan, lors d’une sortie extra-véhiculaire, sans doute à cause d’une faille d’étanchéité dans sa combinaison spatiale.



Marshall a embauché Simon pour le compte de la société Antarès, espérant qu’il fasse une enquête de routine permettant de classer le dossier afin que l’Hadrian’s Wall reprenne sa mission. Mais en plus d’avoir un sérieux passif avec le décédé, de retrouver son ex-femme à bord et d’être complètement accro à ses médocs, Simon Moore a un gros défaut : c’est un excellent détective.

JPEG - 158.7 ko

Il va vite comprendre qu’il fait face à un meurtre et qu’il a huit dossiers devant lui dont un est celui d’un assassin. Pourquoi ? Comment ? L’enquête devient vite un enfer quand on lui vole ses médicaments, qu’il doit faire face à l’animosité violente d’Anabelle, son ex et, surtout, quand son lourd passif avec Madigan est révélé à tous... mais là surprises !!!

Co-scénarisée par Kyle Higgins et Alec Siegel, auteurs de la série à succès “C.O.W.L.”, “Hadrian’s Wall” est un polar qui tend vers le thriller psychologique. On s’installe avec force dans une enquête tordue impliquant des personnages qui ont de lourds passifs qui viennent polluer leurs relations. Dans une ambiance à la “Blade Runner”, les pions avancent avec prudence sur un échiquier miné par avance. Qui a tué ? Qui intrigue ? Qui manipule ? L’enquête, dans ce huis-clos étouffant, est passionnante, zigzagant entre les révélations présentes et passées.
Le dessin de Rod Reis décrit remarquablement cet oppressant terrain d’action qu’est le vaisseau, espace fermé et restreint dans l’immensité de l’espace.

JPEG - 256.5 ko

Il insiste sur les personnages par des cadrages serrés sur les visages et nous invite aux nombreuses scènes d’interrogatoires où il est essentiel d’écouter, de dévisager, de lire le langage corporel. Tout cela, il le réalise à la perfection, nous plongeant avec ses couleurs sombres, glauques, dans les ambiances d’un vaisseau à l’espace réduit. On pourrait s’imaginer sous les lumières blafardes d’un sous-marin.
Le dessin numérique m’a paru froid, sec au premier abord, puis il prend toute sa dimension dès qu’on entre dans l’ombre des personnages, des coursives de l’Hadrian’s Wall, de l’intensité mise dans l’expression des visages avec la couleur comme outil de la narration. Superbe travail.
Et puis nos trois auteurs virent à 180° et nous larguent au bout d’une longue enquête vers une porte ouverte sur l’espace intersidéral et une surprise qui nécessite que vite, oui très vite, le second tome arrive.

JPEG - 124.8 ko

“Hadrian’s Wall” est un très bon thriller qui a décidé d’entrer en collision avec la science-fiction. Une excellente idée dont on découvrira la suite avec la fin de cette enquête dans le tome 2 annoncé en 2017. Mais quelque chose me dit que ce titre reviendra pour d’autres scènes de crimes...


(T1) Meurtre en apesanteur
- Série : Hadrian’s Wall
- Scénario : Kyle Higgins & Alec Siegel
- Dessin et couleurs : Rod Reis
- Éditeur : Glénat Comics
- Pagination : 144 pages couleurs
- Format : 18,5 x 28,3 cm
- Dépôt légal : 19 octobre 2016
- Numéro ISBN : 9782344011362
- Prix public : 16,95 €


Illustrations © Rod Reis et Éditions Glénat Comics (2016)


Fabrice Leduc
15 février 2017






JPEG - 86.6 ko



JPEG - 72.1 ko



JPEG - 80.4 ko



JPEG - 79.1 ko



JPEG - 80.3 ko



JPEG - 82.6 ko



JPEG - 157.6 ko
Couverture US d’Hadrian’s Wall #6



WebAnalytics