YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




T2 : Trainspotting
Film britannique de Danny Boyle (2017)
Le 1er mars 2017

****



Genre : Comédie Noire
Durée : 1h57

Avec Ewan McGregor (Mark « Rent Boy » Renton), Ewen Bremner (Daniel « Spud » Murphy), Jonny Lee Miller (Simon « Sick Boy » Williamson), Robert Carlyle (Francis « Franco » Begbie), Kelly MacDonald (Diane)....

JPEG - 26.5 ko

Synopsis

20 ans après, voici les nouvelles aventures de Renton, Sick Boy, Spud et Begbie. Qu’a fait Renton de l’argent qu’il a dérobé ? Begbie est-il toujours incarcéré ? Sick Boy a-t-il conquis le monde ? Spud est-il toujours pareil ? Les quatre amis vont voir leurs chemins se croiser de nouveau dans le quartier froid et pluvieux de Leith, où la rancœur perdure depuis vingt ans.

JPEG - 37.9 ko

Juste la première scène, juste cette petite bribe de musique, tout est pour nous rappeler la scène d’ouverture d’il y a vingt ans. Ewan « Rent Boy » McGregor a vieilli, mais la magie pointe, on le sent, on la devine. Les premières minutes nous conduisent rapidement dans les vies de nos quatre garçons d’Edimbourg. La ville d’ailleurs refait son apparition, plus jolie, reconstruite, plus lumineuse qu’en 1996. Elle reste néanmoins touchée par les stigmates de son passé, cette noirceur est visible dans l’habitat de Spud, qui est celui qui a le moins « évolué », ancré toujours aux nineties. Cette suite est un retour sur l’attachement qui lie Mark, Daniel, Simon et Francis depuis l’enfance. Des retours en arrière émaillent le présent. On découvre le lien fort qui les unissait. Unis comme les cinq doigts de la main, unis contre vent et marées jusqu’au jour où la trahison arrive.
Le retour de Mark « Rent Boy » Renton dans son passé ravive des tensions, mais également des souvenirs.
Ce film n’aurait pu être possible sans l’accord d’Ewan, Jonny, Robert et Ewen. On sent leur joie de se réapproprier leur rôle d’il y a 20 ans. De pouvoir ainsi montrer l’évolution de leur personnage. D’ailleurs très vite, on en oublie les acteurs, Ewan MCGregor redevient Rent Boy. Cette coupure de 20 ans n’aura duré que le temps d’un battement de cils.
Le film est moins gore et moins speed que le premier. Des arrêts sur image apportent une certaine lenteur. Ils rythment le récit ainsi que ces ombres qui marquent l’absence. Les lieux ont vieilli, des personnages ont plus ou moins changé, mais l’essence de Trainspotting est toujours présent.
Je ne veux rien vous divulgâcher pour que le plaisir soit intact. Sachez néanmoins qu’il y a une vraie scène poignante : un monologue de Mark Renton sur l’addiction, sur la vie, une seule réflexion Choose life.
Lors de la sortie de Trainspotting, j’avais 15 ans. Ce film est très vite devenu une référence, un de mes films préférés, avec une bande son de folie, que j’écoute toujours. Trainspotting 2 ne m’a pas déçu, loin de là.

Pendant tout le film, Danny Boyle joue avec les fans de la première heure, dont je fais partie. Ces quelques notes de Lust for life qui retentissent pour s’arrêter subitement, nous tiennent en haleine, nous crispent pour -enfin- nous libérer à la toute fin du film. Une explosion s’est alors emparée de moi, je voulais danser. Une ode à T2, une ode à la vie, Choose life !

Profitez de la sortie du film pour découvrir, en ce moment en librairie, les romans d’Irvine Welsh qui ont inspiré les films : Trainspotting et Porno.

FICHE TECHNIQUE

Réalisation  : Danny Boyle
Scénario : John Hodge, d’après le roman Porno d’Irvine Welsh
Direction artistique : Mark Tildesley
Décors : Véronique Melery
Costumes  : Rachael Fleming et Steven Noble
Photographie : Anthony Dod Mantle
Montage : Jon Harris
Production  : Bernard Bellew, Danny Boyle, Christian Colson et Andrew Macdonald
Sociétés de production  : Cloud Eight Films, DNA Films, Decibel Films et TriStar
Société de distribution : Sony Pictures Entertainment

LIEN(S) YOZONE

=> Bande annonce


Images © Sony Pictures



Ingrid Etienne
25 février 2017






JPEG - 3 ko



WebAnalytics