YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Bungo, Stray Dogs (T1 et 2)
Kafka Asagiri, Harukawa 35
Ototo

Atsushi est un jeune orphelin, n’ayant plus de toit sous lequel dormir depuis qu’il a été renvoyé du centre d’accueil où il vivait, soi disant pour raison économique. Mais les paroles qui lui furent dites étaient d’une rare violence et le garçon n’est pas vraiment dans le meilleur état d’esprit... En tout cas peut-être dans un meilleur état que ce jeune homme coulant à pic dans la rivière. Ne pouvant l’abandonner, Atsushi se jette à l’eau et récupère le suicidaire, qui ne semble pas vraiment apprécier qu’on lui sauve la vie. En fait, Dazai est un habitué des suicides ratés, mais surtout il est un membre de la célèbres agence de détectives armés. Toutefois, ce ne sont pas des enquêteurs comme les autres, tous les membres de l’agence possèdent un pouvoir. Et Dazai est actuellement en mission, à la recherche d’un tigre sauvage semant la terreur dans la région. Un tigre qui semble également avoir pris Atsushi comme cible. Une aubaine pour Dazai qui voit dans le jeune homme un appât idéal.



Atsushi a accepté de travailler pour les détectives armés. Mais leur dernière affaire a semé un énorme doute chez le jeune homme. Il a découvert que la mafia portuaire le recherchait ou plus exactement, ils recherchent le tigre-garou en lui. Et la prime est colossale. Ayant mis en danger des membres de l’agence, Atsushi décide de partir pensant qu’il éloignerait comme cela le danger. Mais la mafia n’en a que faire et leur attaque contre l’agence fait prendre conscience à Atsushi qu’il a plus de chance de survivre auprès de ces étranges détectives, capables de se débarrasser sans trop de problème d’un groupe entier de tueurs. Il est temps pour le jeune homme de faire la connaissance plus en profondeur des membres de cette agence et il se voit l’honneur de seconder le plus grand détective de l’agence, au pouvoir de déduction surnaturel : Ranpo Edogawa. Les voici partis pour élucider le meurtre d’une jeune femme. Toutefois, cette dernière est en fait un membre de la police et ses collègues ne voient pas vraiment d’un bon œil l’intervention de ces deux étrangers dans cette affaire. En fait, il préférerait la résoudre en interne. Toutefois, Ranpo leur propose un défi : résoudre le mystère de ce meurtre en une minute....

JPEG - 58.8 ko

“Bungo, Stray Dogs” est la première série publiée en France de Kafka Asagiri. Avec un nom de plume comme Kafka, il n’est donc pas étonnant que le mangaka est choisi de donner à chacun de ses personnages principaux des noms de célèbres écrivains nippons. Curieuse idée de base me diriez-vous, surtout que si je ne vous l’avais pas dit, il y a de grandes chances que cela vous serait passé totalement au-dessus de la tête. En fait, ce choix est surtout pour la jeune génération japonaise, pour que la pop culture se mélange avec la culture littéraire. Les personnages de Kafka Asagiri possède également des traits de caractère de leurs illustres homonymes et leurs pouvoirs sont aussi en lien avec les auteurs. Une méthode comme une autre pour découvrir les œuvres d’auteurs comme Ranpo Edogawa ou encore Osamu Dazai. Pour ce dernier je vous conseille d’ailleurs de découvrir ou redécouvrir une de ses œuvres, adaptée en animé d’une très grande qualité : La Déchéance d’un Homme.

En tout cas, ne vous méprenez pas, “Bungo, Stray Dogs” n’est pas un manga pour intellectuel en mal de littérature illustrée. C’est un bon shonen, mélangeant policier et fantastique. Policier car n’oublions pas que nos héros font partie d’une agence de détectives, et ils devront résoudre des enquêtes, qui pourront les mener dans des pièges posés par la terrible mafia portuaire. Les deux camps ennemis sont rapidement bien identifiés, et les possesseurs de pouvoirs des deux factions ne manqueront pas de s’affronter. Le jeune Atsushi se retrouve bien malgré lui plongé au cœur de cette lutte contre la mafia locale. Il n’est pas vraiment sans défense car il possède un pouvoir impressionnant : celui de se transformer en un tigre capable de régénération fulgurante. Mais contrairement à ses partenaires de l’agence, il ne maîtrise pas du tout son pouvoir, qui heureusement se déclenche au bon moment. Le premier tome sera très riche d’informations, surtout sur Atsushi, sur son passé, son traumatisme d’avoir été abandonné. Nous découvrirons aussi la mafia et celui qui sera le vrai méchant de l’histoire, lui aussi un possesseur de pouvoirs des plus destructeurs. Dazai aura la capacité d’annihiler les pouvoirs, faisant de lui un homme des plus dangereux pour les autre détenteurs de capacités surhumaines.

Si le concept de base est, somme toute, assez classique, les personnages sont plutôt attachants. Les costumes, façon prohibition américaine, ne permettent pas vraiment de trouver une référence temporelle. Les dessins de Harukawa 35 font beaucoup dans l’ambiance vraiment sympathique qui émane de cette série. Ce mangaka, au pseudo assez particulier, est un petit nouveau, même si à 35 ans, il est difficile de parler de jeune auteur. En tout cas, son travail sur la série est assez remarquable pour un premier manga. Il fait partie de ces mangakas au style graphique proche du shojo, avec des décors souvent épurés, des personnages très longilignes et assez élastiques. Mais même si sa palette de traits pour les visages est limitée par son style de dessin, les personnages n’en demeurent pas moins très faciles à identifier et la lecture est très fluide, avec de nombreuses pleines pages et de grandes cases. Un petit bémol sur le design du tigre, en tout cas lors de sa première apparition. Les proportions ne sont pas là et on sent que Harukawa 35 n’était pas très à l’aise pour le dessiner. La seconde apparition est bien plus convaincante, le tigre ressemblant enfin au félin majestueux que l’on connaît. Mais hormis ce bémol, la qualité du dessin de Harukawa 35 est indéniable.

“Bungo, Stray Dogs” sort plutôt bien son épingle du jeu. Son rythme et très soutenu et la présentation des différents détectives remplit pour le moment bien l’espace. Le véritable test pour le duo de mangaka arrive en fait maintenant, il va falloir échafauder une véritable histoire et un suspense qui pourra vivre sa vie sur plusieurs tomes.


Bungo, Stray Dogs (T1 et 2)
- Scénario : Kafka Asagiri
- Dessin : Harukawa 35
- Traducteur  : Nicolas Pujol
- Éditeur français : Ototo
- Format : 125 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Date de parution : 3 février 2017
- Numéro IBSN : 9782377170005 ; 9782377170012
- Prix : 7,99 €


BUNGO STRAY DOGS © Kafka ASAGIRI 2013 © Sango HARUKAWA 2013 KADOKAWA CORPORATION
© Edition Ototo - Tous droits réservés


Frédéric Leray
20 janvier 2017






JPEG - 45.4 ko



JPEG - 29.7 ko



JPEG - 33 ko



JPEG - 24.3 ko



JPEG - 32.7 ko



JPEG - 34.5 ko



WebAnalytics