YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Gift+- (T1)
Yuka Nagate
Komikku éditions

Tamaki Suzuhara n’est pas vraiment reconnue comme une élève très sociale. Pourtant quand une de ses camarades menace de se jeter du haut du toit de l’école, Tamaki prend sur elle pour tenter de l’en empêcher. Il faut dire que la jeune fille est devenue le souffre-douleur de sa classe et devant l’inaction des professeurs, elle a décidé d’en finir. Mais pour Tamaki, toutes les vies sont importantes et elle ne peut accepter que quelqu’un gaspille aussi bêtement la sienne. Pourtant, par maladresse, la suicidaire a failli arriver à ses fins, mais c’était mal connaître la dextérité de Tamaki qui parvient à la faire atterrir avec un minimum de dommage. Sa froideur et son calme a surpris les professeurs sur place, mais s’ils connaissaient la teneur de ses activités annexes, ils seraient en réalité terrifiés. Car pour sauver des vies, Tamaki n’hésite pas à tuer ceux qui ne méritent pas de vivre...



Le docteur Hayashi est très estimé par ses patients car ils savent que le médecin fait toujours tout son possible pour leur trouver un greffon le plus rapidement possible, alors qu’ils devraient attendre une éternité à l’hôpital. Seulement, Hayashi ne passe pas par les canaux officiels. Son fournisseur est juste une voix au téléphone et un motard toujours casqué lui livre l’organe nécessaire. Son fournisseur lui amène toujours un organe particulièrement frais, parfaitement compatible. Il faut dire que les donneurs sont triés sur le volet, parmi des criminels qui n’ont aucun respect pour la vie et qui vont se racheter bien malgré eux en donnant leur corps à la médecine. Comme ce pervers prenant plaisir à étrangler ses victimes en les violant. Mais pour Tamaki, ces êtres ne sont que des baleines, qu’elle dépèce après dans son laboratoire pour en extraire des organes de parfaite qualité et les fournir à Hayashi. Toutefois, le médecin n’est pas un inconnu pour la jeune fille. C’est lui qui lui fit une greffe du cœur, mais à l’époque, il portait un autre nom...

JPEG - 74.4 ko

Yuka Nagate s’est faite un nom en tant que dessinatrice, mettant en images les scénarios de grands noms comme Buronson et Tetsuo Hara. Nous avions en particulier découvert son travail sur la préquelle de la série “Hokuto no Ken”, La Légende de Toki. La mangaka nous avait alors impressionnés par son touché et la qualité de son crayonné.

C’est donc avec plaisir que nous la retrouvons avec une série loin de faire dans la mièvrerie. Si elle quittait le monde hyper violent d’“Hokuto no Ken”, c’est pour se lancer dans un autre monde tout aussi violent et impitoyable : celui du trafic d’organes. Toutefois, l’héroïne de Yuka Nagate n’est pas un serial killer ou une psychopathe prenant plaisir à disséquer vivant ses victimes. Tamaki est une simple écolière ayant un certain don pour la chirurgie. Toutefois elle a aussi un principe de base : toutes les vies sont importantes. Mais surtout, si pour sauver une vie, il faut sacrifier celle d’un pervers ou un criminel notoire qui ne respecte pas celle des autres, alors soit ! Tamaki n’a jamais le bras qui hésite et son côté un rien asocial semble l’aider à s’occuper du corps de ses donneurs sans se poser la moindre question. La jeune fille a sa propre morale et elle l’applique. Attention, il ne s’agit aucunement de justice et Tamaki ne se glorifie jamais d’être une justicière. Elle ne cherche qu’à sauver des vies, un point c’est tout. Son patron, ce jeune blondinet, demeure un mystère. Comment en est-il arrivé à la vente illicite d’organes à des médecins que l’on pourrait qualifier de véreux s’ils ne sauvaient des vies.

Hayashi arrive alors comme le pivot de l’histoire. C’est par son intermédiaire que l’on découvre la seconde vie de Tamaki. Mais le médecin possède lui aussi un secret, un passé sulfureux pourtant lié à Tamaki. Ce premier tome pose le contexte de la série, nous présente les principaux personnages, mais garde encore de nombreux mystères sur l’organisation employant Tamaki et la jeune fille elle-même. Toutefois, la mangaka ne va pas mettre longtemps pour mettre sur le trajet un groupe rival, lié à la mafia et n’ayant strictement aucune morale.

Je vous parlais du dessin de Yuka Nagate qui nous avait impressionnés dans sa représentation de Loki. Elle nous prouve ici que son dessin surréaliste est tout simplement impériale dans une aventure contemporaine. Et surtout, si la mangaka ne joue pas sur le gore côté opération, elle ne prend pas de gants pour les scènes de violence ou de sexe. La couverture donne le ton de l’intégralité du tome : un petit bijou, comprenant des personnages avec de vraies gueules de l’emploi. Les décors sont également riches, mettant le lecteur en totale immersion dans ce monde sombre, malsain. On pourrait être un brin tatillon et regretter que ses personnages féminins se ressemblent beaucoup quand elle passe à des coupes à la garçonne, mais c’est vraiment pour jouer les bougons car soyons franc, Yuka Nagate nous ravit par son trait précis, efficace et au réalisme sans faille.

“Gift+-” est un vrai cadeau pour les amateurs de thriller avec une atmosphère glauque à souhait, avec une héroïne loin d’être une douce jeune fille, surtout quand elle est le scalpel à la main.


pour public averti

Gift+- (T1)
- Auteur : Yuka Nagate
- Traducteur  : Arnaud Delage
- Éditeur français : Komikku éditions
- Format : 13 x 18 cm
- Date de parution : 26 janvier 2017
- Numéro IBSN : 978-2372871471
- Prix : 12 €


© Yuka Nagate 2015
© Komikku éditions- Tous droits réservés


Frédéric Leray
16 janvier 2017






JPEG - 27.6 ko



JPEG - 27.3 ko



JPEG - 22.4 ko



JPEG - 26.9 ko



WebAnalytics