YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Saga d’Oap Täo (La)
Jean-Marc Ligny
ActuSF, Les 3 souhaits, roman (France),science-fiction, 450 pages, août 2014, 18€

Oap Täo est un baroudeur, un des plus vieux contrebandiers de l’espace, une longévité due à la bienveillance du GRIS, la police stellaire, à son égard. Parce qu’ainsi qu’il va le narrer avec force détails pas toujours reluisants à deux étudiants venus l’interviewer sur un bar-astéroïde tenu par un Breton, dans sa lointaine jeunesse, alors qu’il débutait, il a plus ou moins sauvé l’univers. A son corps défendant et de mauvais gré.
Prenez des notes les jeunes, voilà comment s’écrivent les légendes.



Je m’en voudrais de déflorer l’intrigue truculente que nous sert Jean-Marc Ligny. Mais bon, juste un peu. Disons seulement qu’après avoir ramassé un droïde dans une épave toute chaude, Oap Täo a pas mal de monde aux fesses, le GRIS, mais surtout des trafiquants de Fleur, une drogue bien dure, qui tous voudraient lui faire prendre la place du mort. Appâté de diverses manières, des douces et des fortes qu’on ne lui laisse pas décliner, accompagné de son droïde fort sage et philosophe, le voilà parti pour une planète inconnue pour découvrir la vraie nature de cette drogue qu’on s’arrache... L’occasion d’un épisode mystique, avant un retour très attendu et une mise au point par la police de l’espace-vos-papiers-bonjour qui ne propose même pas d’alternative, tu collabores ou le gouvernement te loge gratuitement à vie. Du coup, le contrebandier ne se sent pas de refuser de les aider, et se retrouve expédié sur une planète non moins mystérieuse pour y faire d’autres expériences qui le marqueront profondément.

Tout cela fleure bon la bonne SF des années 80-90, sur la forme : un individu lambda est propulsé, bon gré mal gré, « héros ». Avec des nuances, forcément : son comportement n’a rien d’héroïque au premier sens du terme, bien au contraire, il subit les événements, freine parfois des quatre fers, cherche à échapper à ce destin qu’on lui impose, ses épreuves dont il se passerait bien. Au fil du temps, il déplace son curseur du bien, du mal et de l’acceptable en fonction de ses chances de survie et un peu, aussi, de son code moral. Ainsi, lorsqu’on le menace de mort s’il ne va pas récolter plusieurs tonnes de la drogue qui ravage l’univers, il obtempère prudemment, le temps de trouver une échappatoire. Inversement, quand on lui propose, le pistolet certes vaguement sur la tempe, de libérer l’Humanité de ce fléau, il est plus enclin à faire preuve de bonne volonté. Anti-héros, Oap Täo ? Opportuniste ? Adaptatif ?

La plume de Jean-Marc Ligny est truculente, son personnage gouailleur colle parfaitement aux péripéties qu’il traverse, mais le ton sait se faire plus sérieux lorsque les circonstances l’exigent.
Mais le principal intérêt de ce roman, élément du Cycle des nouveaux mondes, c’est le fond. Ainsi qu’il en est question dans l’interview de l’auteur qui clôt comme souvent les romans chez ActuSF, le décor n’est pas bâti à la va-vite autour des gesticulations du personnage. Au contraire, ce dernier apporte une part non négligeable de guide, presque touristique, dans cet univers qui a essaimé depuis la Terre. Par ses yeux, nous voyons ces nouveaux mondes, leur architecture, leurs sociétés, par ses pensées, il nous distille nombre de références, notamment artistiques. Cela peut paraître artificiel, au premier abord, de nous citer des noms de peintres, de sculpteurs qui n’existent pas, mais cela participe à la représentation mentale d’un univers cohérent. Ligny prend ainsi le contrepied total de space-opera comme « Star Wars » (citons le plus gros, tant qu’à faire) où tout est utilitaire, où on en vient à s’interroger sur l’alphabétisation des personnages, où les éléments de culture sont extrêmement rares et élitistes (l’opéra-cirque, quand Palpatine évoque Dark Plagueis, épisode 3). L’univers d’Oap Täo est vivant, parcouru de courants littéraires, artistiques, des best-sellers à d’autres choses plus pointues, qui transparaissent dans le roman de la façon la plus naturelle qui soit, comme dans notre vie courante : par des allusions, des références à des connaissances qu’on sait ou estime communes (dans le cas de mon exemple, vous avez de grandes chances d’avoir vu Star Wars ou d’en avoir au moins entendu parler). C’est une toile de fond qui peut sembler invisible, superflue, mais sa présence change beaucoup de choses dans l’appropriation de l’univers, dans sa réception par nous, lecteurs. C’est comme une tapisserie, qu’on ne remarque pas consciemment, mais dont l’absence aurait fini par nous choquer. Une toile dont les motifs sont parsemés d’un texte à l’autre, formant un tout cohérent, et donnant la sensation, à chaque nouvelle lecture, de revenir en terrain familier.

De l’aventure, de la réflexion sur ce qui fait de nous des humains, sur l’avenir de notre espèce, avec les espoirs de nos aspirations et la persistances de nos inévitables travers. Un très bon roman, plein de surprises, à (re)découvrir.


Titre : La Saga d’Oap Täo
Série : Cycle des nouveaux mondes
Auteur : Jean-Marc Ligny
Couverture : Henrik Sahlstrom
Éditeur : ActuSF
Collection : Les 3 souhaits
Site Internet : page roman (site éditeur)
Pages : 450
Format (en cm) :
Dépôt légal : août 2014
ISBN : 9782917689677
Prix : 18 € ou 6,99€ en numérique



Nicolas Soffray
5 mars 2017






JPEG - 61.3 ko



WebAnalytics