YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Chlorophylle et le Monstre des Trois Sources
Jean-Luc Cornette et René Hausman, d’après Macherot
Le Lombard

Il est étonnant à plus d’un titre cet album de Chlorophylle. Mais avant tout, il remet en lumière un grand nom de la bande dessinée franco-belge, l’immense Macherot, et cette série pleine de poésie, de drôlerie, sans doute pour beaucoup classée dans l’Histoire du genre.
Mais ce serait dommage d’oublier Chlorophylle, Minimum et tous leurs amis de Coquefredouille.



Justement, l’éditeur Le Lombard ne souhaite pas cet oubli et veut relancer le titre à la manière de la Collection “Le Spirou de...”. Pour cela, il faut donc réunir un scénariste et un dessinateur pour qu’ils donnent leur interprétation de cet univers. D’ailleurs, tout est parti d’une envie de Zidrou et Godi, concrétisée par l’album “Embrouilles à Coquefredouille” (2014). Dès que Jean-Luc Cornette a eu vent de cette possibilité, il s’est engouffré dans les sous-bois de la série, a créé un scénario et l’a proposé à René Hausman.
Oui, qui mieux pour une mise en images que ce dessinateur qui, 62 ans plus tôt, entre au journal Spirou, poussé avec sympathie par un certain Macherot à persévérer dans le métier. L’un avait à peine 18 ans, l’autre 30, et ils restèrent amis toute leur vie.
Pourtant, Hausman a tout d’abord refusé, car le premier scénario de Cornette était trop urbain, avec beaucoup de maisons, de voitures, de bateaux à dessiner. Mais il a accepté avec grand plaisir lorsque la copie fut revue pour qu’il puisse se délecter d’un univers graphique cadrant avec sa passion, la nature.

JPEG - 153.7 ko

Et c’est aussi une histoire d’amis, comme en comporte tant la série “Chlorophylle”, et une belle aventure qui tend à l’hommage, même si Hausman s’est délibérément détaché du graphisme de Macherot.

C’est surtout une histoire d’amour, puisque la venue de Particule Pique-Chester, quittant la ville trop polluée, pour s’installer à côté du lac des Trois-Sources, près du petit bosquet, va bouleverser Minimum. Et oui, le jeune mulot est tombé amoureux, est au comble du bonheur, même si, pour Chlorophylle, il semble un peu perdre la boule. Mais très vite, l’idylle tourne court quand la jolie Particule se fait enlever par un immense et hideux croque-mitaine. En fait, nous partons à la rencontre de Caczor, un drôle d’animal pas verni par Dame Nature ni sa copine la vie... pour une histoire pleine de souris, mulots, castors, blaireaux, lapins, oies, loutre, hérissons, corneille et autre rouge-gorge, tous croqués par le dessin malicieux de René Hausman.

JPEG - 224.4 ko

L’instant est délicieux, Cornette joue des références cinématographiques de Frankenstein à King Kong tandis que le dessinateur des Ardennes s’enfonce en de sombres taillis, là où son goût du fantastique se développe le mieux, dans l’aquarelle des ses couleurs.
L’album n’est pas dénué d’une certaine naïveté, se situe dans le temps des débuts de la série, et s’achève sur une morale sans doute plus proche du public adulte que jeunesse. Mais tous apprécieront la douce folie qui renvoie à ces plaisirs que l’on ne goûte que lors de splendides journées estivales.

C’est aussi le dernier album d’Hausman, disparu lui-aussi en 2016, qui permet de profiter encore de son immense talent.


Chlorophylle et le Monstre des Trois Sources
- Scénario : Jean-Luc Cornette
- Dessin et couleurs : René Hausman
- Éditeur : Le Lombard
- Pagination : 48 pages couleurs
- Format : 24.1 x 31.8 cm
- Dépôt légal : 4 mars 2016
- Numéro ISBN : 9782803637065
- Prix public : 14,99 €


Illustrations © René Hausman et Éditions Le Lombard (2016)


Fabrice Leduc
10 janvier 2017






JPEG - 76.6 ko



JPEG - 82.5 ko



JPEG - 76.6 ko



JPEG - 64.7 ko



JPEG - 92.7 ko



WebAnalytics