YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Kokkoku (T6 et 7)
Seita Horio
Glénat

Juri est parvenue à arracher Majima des griffes de Sagawa. Ce dernier n’est pas ressorti indemne de cette confrontation et maintenir sa forme humaine lui demande énormément d’énergie. Mais surtout, il craint plus que tout le pouvoir de la jeune femme, celui de séparer le Sérano de son porteur. En fait, Sagawa n’est plus suivi que par Shiomi, tous les autres membre d’Amour véritable se sont ligués contre lui, quand ils ne cherchent pas purement et simplement à l’éliminer. Toutefois, sa puissance demeure bien supérieure à celle de simples humains et il ne craint rien en les tuant. Pourtant, un phénomène étrange finit par se produire. Une victime de Sagawa parvient avant de mourir à se transformer en régent. Mais la créature obtenue n’est pas parfaite et elle commence à errer dans la ville jusqu’à atteindre Makoto et Takafumi. Mais quand le régent s’attaque au père de Juri, Makoto ordonne à la créature d’arrêter et celle-ci obtempère immédiatement.



Pour sauver son grand-père, Juri a pris sur elle de détruire la pierre, leur seul moyen de quitter le monde statique sans avoir besoin de son intervention. Mais le danger demeure tant que Sagawa est en liberté. Toutefois, le semi régent est dorénavant seul. Shiomi a préféré se placer du côté de celle pouvant le sauver de ce monde de fou. L’objectif de Sagawa n’est pas du tout le sien, il ne souhaite pas devenir un observateur du futur de l’humanité, bloqué dans ce monde figé sans avenir. Juri est en fait son seul salut pour s’en sortir. Mais que faire de Sagawa ? Ses facultés de régent lui permettent de localiser tout être vivant, même s’il n’est pas capable de l’identifier. Mais Sagawa ne s’attendait certainement pas à devoir se battre contre l’ersatz de régent. Même si la créature est imparfaite, elle possède la puissance d’un régent et manipulée par Makoto, ses attaques sont peu prévisibles, le gamin improvisant chaque nouvelle attaque. Toutefois, si l’instinct de survie de Sagawa est plus fort que tout, l’énergie dépensée pour se défaire de l’étreinte du régent l’a épuisé et sa seule source de nourriture est son adversaire.

JPEG - 94 ko

Avec la fin du tome 5, nous avions de quoi être sceptiques sur la suite des aventures des naufragés du monde statique. Difficile d’imaginer ce que Seita Horio allait bien pouvoir imaginer pendant encore trois tomes, alors que les secrets de ce monde étranges nous étaient révélés. Mais les premières discussions entre Shiomi et Sagawa laissaient présager des discussions philosophiques sur la nature des régents qui n’allaient pas tarder à arriver ; Et Seita Horio semble même jouer la montre dans ce tome 6 qui m’a paru interminable. Pourtant, l’action demeure bien présente et la création du nouveau régent amène un peu de piment dans l’histoire, surtout que le géant sera dirigé par Makoto qui découvre les pouvoirs que lui octroie le monde statique. Pourtant quelque chose ne passe pas, Comme si la nonchalance de Sagawa anesthésiait également le lecteur. La tendance de Seita Horio a faire de petites ellipses pour revenir ensuite sur la scène n’aide finalement pas la lecture. Toutefois, le tome 6 sent fortement la fin de série, le méchant se retrouve isolé et les camps se stabilisent pour le combat final. Mais avant cela, le mangaka va augmenter un peu le tragique et apporter un peu de suspens afin de sortir le lecteur de sa torpeur et quoi de mieux que la destruction de la sortie du monde statique.

Le tome 7 tranche totalement avec le précédent car il sera de l’action pure. Le combat final contre Sagawa commence là et le semi-régent va être fortement malmené par le nouveau régent manipulé par Makoto. La vérité sur les pouvoirs du garçon est révélée à tous et le père passe vraiment pour un imbécile alors qu’il cherche au contraire à montrer son utilité, même s’il ne possède aucun pouvoir. C’est d’ailleurs étrange, mais il reste encore un tome pour qu’il s’en découvre un servant à quelque chose. Très vite le duel entre Juri et Sagawa se clarifie. Mais leur affrontement ne sera pas tant physique que psychologique, car Sagawa a bien conscience que son combat contre l’autre régent l’a fortement affaibli et qu’il doit jouer fin pour s’en sortir. Il va donc s’attaquer au point faible du groupe : l’obligation d’abandonner Juri dans le monde statique, la jeune fille étant la seule capable de les ramener dans le monde en mouvement. Sagawa va proposer un marché de dupes à la demoiselle, profitant de la présence du grand-père pour faire jouer la corde des sentiments. Seulement, Juri est devenue plus forte à force de combats dans le monde statique, et elle est prête à prendre toutes les décisions nécessaires, même les plus dures.

La fin du tome 7 laisse encore une fois sceptique : comment tenir encore deux cents pages avec cette conclusion ? Espérons que Seita Horio finira sa série en beauté.


Kokkoku (T6 et 7)
- Auteur : Seita Horio
- Traduction : Satoko Fujimoto, Anthony Prezman
- Editeur : Glénat
- Format : 130 x 180 mm
- Pagination : 224(T6) et 240(T7) pages noir et blanc
- Parution : 6 avril et 15 juin 2016
- ISBN : 9782344013052 ; 9782344013069
- Prix : 7,60 €


A lire sur la Yozone :
Kokkoku (T1)
Kokkoku (T2 et 3)
Kokkoku (T4 et 5)


© Edition Glénat - Tous droits réservés


Frédéric Leray
11 janvier 2017






JPEG - 21.8 ko



JPEG - 30.5 ko



JPEG - 25.9 ko



JPEG - 28.9 ko



JPEG - 25.7 ko



WebAnalytics