YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Ghostface
Hyung Min-Woo
Pika Graphic

L’ile de Shodo. Les nations du monde décidèrent d’y envoyer les pires criminels, faisant de cette île une prison géante. Toutefois, un accord fut passé avec les exilés. S’ils restaient sur l’île, leurs crimes seraient oubliés sur le continent. Tous pensèrent que le chaos allaient se répandre et décimer ceux qui furent le cauchemar des bien-pensants. Seulement, contre toute attente, le respect de la loi du plus fort permit à cette île de devenir le refuge des parias. Seulement si leurs crimes étaient pardonnés sur le continent, les clans gouvernant l’île ne pardonnaient aucune incartade. Une loi féodale s’instaura et une paix tacite entre l’île et le continent s’installa. Toutefois, ceux qui quittaient l’île sans autorisations étaient marqué du sceau de l’infamie et portaient le surnom de Ghostface. Alors pourquoi un habitant de l’île a-t-il décidé de faire irruption sur le continent, massacré la sécurité d’un bâtiment de la firme Kuriger Haim et voler leur dernier invention : le Terex 50 ? Ce vol devait marquer la fin de la paix entre Shodo et le continent car en repartant pour l’île, le Ghostface amena avec lui le chaos...



Pourquoi son patron a-t-il envoyé Naomi avec le groupe d’assaut censé récupérer le Terex 50 ? Cet homme est aussi son bienfaiteur et son amant. C’est lui qui l’a sortie du caniveau il y a dix ans et lui a permis de grimper jusqu’en haut de la hiérarchie de la Kuriger Haim. Mais maintenant, elle se retrouve avec des hommes armés jusqu’aux dents à poursuivre un véritable psychopathe qui a déjà décimé le service de sécurité de la Kuriger Haim. Pire que tout, ce fou furieux a ingéré une partie des capsules de Terex 50 décuplant ses capacités déjà surhumaines. Et malheureusement, son groupe ne fera pas le poids face à un tel monstre et Naomi se retrouve bien désarmée face au Ghostface. Toutefois, ce dernier est entré sur le territoire du Roi Sauvage, un chef de gang ayant choisi de rester à l’écart des cinq clans dirigeant Shodo. Alors quand le bras droit du Serpent Bleu fait son apparition, Tetsan accepte de lui laisser le Ghostface. Mais malgré sa technique au sabre, Yashin ne parvient pas à terrasser ce monstre pourvu d’une stupéfiante capacité de régénération. Toutefois, quand le Serpent Bleu décide de prendre la jeune femme, Tetsan décide de se mêler de ce qui ne le regarde pas et choisit de devenir son protecteur.

JPEG - 35.9 ko

Hyung Min-Woo est un jeune manhwaga qui débuta sa carrière en 1994. Il commence à se faire un nom en 1998 avec sa série phare, “Priest”, qui comprendra 16 tomes. Il se lance en 2000 sur la série “Ghostface”, comportant cinq tomes. L’édition publié par les éditions Pika compile ces cinq tomes, un pavé impressionnant.

Impressionnant n’est pas un adjectif galvaudé quand on parle du travail de Hyung Min-Woo car ce sont 352 pages scotchantes par leur qualité qui s’offrent à nous. Le sujet de “Ghostface” rappelle dans un premier temps “New York 1997”, avec cette île prison ayant mis en place ses propres lois et un groupe devant récupérer un produit volé par un paria, un Ghostface. Mais cette série s’inspire surtout d’un roman de cape et d’épée chinois, expliquant le concept des cinq clans gouvernant l’île de Shodo. En gros, c’est la transposition de ce roman dans un univers inspiré du film de John Carpenter. L’ambiance est tout de suite installée par une introduction des plus sanglantes. L’action sera omniprésente même si de nombreux flash-backs viendront éclairer notre lanterne sur le passé des personnages mais également sur le mythe devenu réalité qui sera à l’origine du chaos venu s’installer dans l’île. Le récit n’est pas linéaire, demandant une attention particulière du lecteur mais n’enlevant aucunement le plaisir de lire. Hyung Min-Woo crée des personnages particulièrement charismatiques, comme son Roi Sauvage, homme-bête qui sous un calme apparent, cache un fauve prêt à tout détruire pour protéger les siens. Les combats sont titanesques, mettant évidemment en avant les chefs de clans se menant une guerre larvée pouvant exploser à tout moment. L’équilibre précaire de l’ordre sur Shodo va subir un séisme fatal.

Hyung Min-Woo est un artiste complet, scénariste, dessinateur et coloriste. Son style est plus proche du comic-book que du manga, faisant parfois penser au travail de Ben Templesmith ou encore de séries comme “Aeon Flux”. Ses personnages sont longilignes mais avec une musculature apparente toujours impressionnante. La qualité du crayonné a de quoi impressionner par la précision du traits et les détails qu’il accumule. Mais ce qui fait également sa force est sa colorisation quasi parfaite pour ce style de série. Chaque planche est un plaisir pour les yeux et pas seulement pour la plastique parfaite des personnages féminins. Malgré un ambiance souvent très sombre, la palette de couleur utilisée par le manhwaga rend chaque case limpide et permet une immersion immédiate dans l’histoire ou plutôt dans chaque scène. On prend même plaisir à revenir sur certaines planches pour vraiment apprécier la profondeur et le soin mis pour passer du noir et blanc à la couleur. Nous sommes loin des palettes par ordinateur. C’est un travail bien plus poussé, avec une finesse dans les ombrages et, même si les dessins sont parfois figés comme en position pause, les combats sont plus chorégraphiés que noyés dans le mouvement parfois excessif des mangas. En fait, Hyung Min-Woo a pris le meilleur du style comics pour le faire sien.

“Ghostface” aurait presque été parfait si sa conclusion en avait réellement été une. Mais cette série s’arrête sur une le combat crucial, sur la confrontation que l’on attendait depuis 300 pages... Rageant ! Mais bon, peut-être Hyung Min-Woo nous en dira un jour plus sur la véritable Naomi, sur le Roi Sauvage et les cinq clans.


A partir de 15 ans

Ghostface
- Auteur : Hyung Min-Woo
- Traduction : Kette Amoruso
- Éditeur français : Pika
- Collection : Pika Graphic
- Format : 170 x 240, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 352 pages
- Date de parution : 9 novembre 2016
- Numéro IBSN : 9782811632564
- Prix : 22 €


Ghostface © Hyung Min-Woo / Tous droits réservés
© Edition Pika - Tous droits réservés



Frédéric Leray
30 décembre 2016






JPEG - 41.3 ko



JPEG - 27.2 ko



JPEG - 26.9 ko



JPEG - 24.5 ko



WebAnalytics