YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Warlord (T11 et 12)
Kim Byung Jin et Kim Sung Jae
Ki-oon

Lamo, celle par qui tout a commencé, se dresse devant Cherab et Daram. Mais elle n’a plus rien à voir avec la femme Ryong qu’elle était. Ce n’est plus qu’une coquille vide à l’apparence de squelette, au point que Daram ne peut croire qu’il s’agit de sa soeur les attaquant avec sa lance. Mais quand il parvient à la saisir, pendant un court instant, Lamo retrouve son doux visage, toutefois, la jeune femme n’était qu’un mirage, pour faire douter Daram, le temps nécessaire pour reprendre l’avantage. Le choc est rude et pourtant, savoir que sa soeur est devenue un pion du King Lord le désarme bien plus efficacement que n’importe lequel de ses coups. La rébellion semble avoir pris un avantage certain, mais c’est mal connaître les humains que les penser sans défenses et le shogun compte bien prouver qu’il est de taille à affronter l’âme damnée du King Lord. Seulement, il a oublié un détail d’importance : seule l’épée de Bayren peut blesser Lamo et elle est entre les mains de Maruhan. Le jeune mercenaire pourra-t-il frapper sa propre mère ?



Qui est vraiment l’empereur Shamarkal ? Est-il ce Ryong du nom de Bazyara qui est parvenu à renvoyer Lamo auprès du King Lord ? Pour tout comprendre, il faut remonter bien des années dans le passé, alors que la princesse Arasol n’était encore qu’une enfant. A cette époque, Bazyara était le maître de Daram et Cherab, un Ryong respecté de tous. Mais il avait également pris conscience que son peuple risquait de mourir de la consanguinité qui se répandait comme la peste, fléau de leur vie recluse. Il prit alors sur lui de tenter un rapprochement avec les humains, et choisit de partir pour le plus grand de leur royaume, l’empire Kartan. A l’époque, le pays souffrait d’une terrible disette, l’empereur Shamarkal préférant nourrir ses armées en guerre plutôt que son peuple. C’était un terrible tyran, qui maltraiterait sa femme et sa fille. Toutefois, en pénétrant dans le palais, Bazyara découvrit que la reine avait les traits de sa défunte femme et il ne put supporter qu’elle subisse les tortures infligées par ce fou de Shamarkal. Lui-même, ressemblant fortement à l’empereur, Bazyara choisit alors de prendre sa place....

JPEG - 95.4 ko

Kim Sung Jae s’est lancé dans une serie de combats avec des Ryong toujours plus puissants au point que le lecteur se demande où le mangaka est en train de l’entrainer. D’un autre côté, nous connaissons son goût pour les affrontements titanesques qui l’obligent à pousser ses héros dans leurs derniers retranchements. Avec l’arrivée de Lamo, le mangaka ajoute une bonne dose d’émotion et de tragédie au premier sens du terme, car son frère et son fils vont devoir lutter contre le corps de celle qui provoqua la guerre entre humains et Ryong. Tous nos héros se retrouvent à devoir combattre cette création du King Lord dont nous allons bientôt découvrir l’identité. Mais restons sur celle qui sera le personnage centrale de l’intégralité du tome 11. Pour nous démontrer sa puissance, Lamo va laminer tous ses adversaires. Oui, elle était facile mais quand vous vous retrouvez avec un tome qui se complaît à faire durer un combat sur près de 200 pages, difficile de résister à quelques mauvais jeux de mots pour jouer la montre. Ce combat nous offrira tous les poncifs du genre : héroïsme, sacrifice, mort dramatique et retournement de situation avec le retour d’un protagoniste pour ouvrir sur un nouveau fil rouge, le tome risquant de tourner en boucle sinon. Si certains personnages vont enfin nous quitter, nous voici avec une nouvelle énigme : celle de Sharmarkal.

Rien ne vaut une nouvelle énigme pour relancer l’attention du lecteur et permettre aux mangakas de faire une pause dans leur grand massacre. Nous allons découvrir qui est réellement celui se faisant passer pour l’empereur Shamarkal. Il faut dire que depuis le début de la serie, celui qui devait être un tyran apparaissait comme le meilleur des rois. L’explication nous est enfin donnée et avec elle nous est révélée la véritable identité du King Lord. Toutefois, un mystère demeure sur la nouvelle nature de celui ayant pris le nom de King Lord. Un indice nous est donné, fournissant suffisamment d’informations au lecteur pour qu’il imagine quels nouveaux combats titanesques vont l’attendre dans les prochains tomes. Pour une fois, les deux mangakas se lancent dans une serie très longue durée puisque 13 tomes sont déjà parus, mais le lecteur n’attendant plus vraiment de nouvelles révélations, il faut donc se préparer à de nouveaux affrontements classiques de shonen pouvant durer une éternité. Certes, les dessins de Kim Byung Jin sont toujours de grandes qualités, avec des combats d’une grande lisibilité, utilisant les techniques de mouvements avec une rare dextérité. On savoure les détails de chaque scène, et surtout des pleines pages, grande spécialité du dessinateur.

Allez, ne cachons pas notre plaisir de suivre cette serie, avec ses défauts et ses nombreuses qualités.


Warlord (T11 et 12)
- Scénario : Kim Sung Jae
- Dessin : Kim Byung Jin
- Traducteur  : Kette Amoruso
- Éditeur français : Ki-oon
- Format : 130 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 192 pages
- Date de parution : 28 janvier et 26 mai 2016
- Numéro ISBN  : 978-2-35592-911-3 ; 978-2-35592-959-5
- Prix : 7,65 €


A lire sur la Yozone :
Warlord (T1 et 2)
Warlord (T3 et 4)
Warlord (T5 et 6)
Warlord (T7 et 8)
Warlord (T9 et 10)


© KIM Byung Jin, KIM Sung Jae, Daewon C.I. Inc.
© Ki-oon - Tous droits réservés


Frédéric Leray
26 décembre 2016






JPEG - 28.1 ko



JPEG - 32.2 ko



JPEG - 36.5 ko



JPEG - 26 ko



JPEG - 27.7 ko



JPEG - 24.2 ko



WebAnalytics